CHRONIQUE BALLE DE MATCH: Complaintes d’un stade meurtri.

(CHALLENGE SPORTS) – « Suis pas très âgé, car né en 1985. Mon baptême s’est fait avec faste un après midi de 31 octobre. Les joueurs des deux clubs phares de l’époque à savoir la Jeanne d’Arc et le Jaraaf, ont été les premiers à fouler ma pelouse, et ce jour, mes filets ont tremblé du fait d’un tonitruant spécialiste des balles arrêtées: Moussa Ndao….

Un stade Léopold SENGHOR méconnaissable donne l’impression de crier son ras-le-bol.

…Mes gradins ont reçu la République, les responsables du foot sénégalais et des supporters justes chambreurs mais très fair- play. Mon tableau magnétique constituait l’attraction des spectateurs, surtout des enfants. J’offrais aux reporters une cabine de haut de gamme. Ma sono égayait les moments d’avant match et accompagnait les buts des lions. Oui je n’avais qu’un club résident dans ma fiche. C’était l’Équipe Nationale de football du Sénégal, Je me nommais Amitié. Mon nom était au bout de toutes les lèvres, je m’exposais fièrement sur la route de l’aéroport international de Yoff dont je partagerai plus tard le même nom mythique de Leopold Sédar Senghor chantre de la négritude, apôtre de l’universel, enfant de Joal l’ombreuse. Je reçus des félicitations de mes pairs, du Sénégal, d’Afrique et du monde entier. Je me rappelle celles de mon aîné Demba Diop sussuré d’une voix teintée de tristesse, car jaloux de l’ombre que je lui faisais en abritant les plus grands rendez-vous du football.
J’étais un bijou dans un écrin d’or avec mes projecteurs d’un blanc laiteux.
Réservé à l’équipe nationale, j’ai connu des générations de joueurs, d’entraîneurs et d’événements. Ce but assassin du camerounais Ernest Ebongue à la 89e mn éliminant mes lions dans ce quart de finale de Sénégal 92 hante encore mes rêves. Ce penalty raté de Baffoe Anthony lors de cette interminable série de tirs au but de la finale entre le Ghana et la côte d’Ivoire, reste dans mon histoire .
Tout le monde me chouchoutait, une équipe de techniciens était à mes petits soins.
Cette période idyllique connut ses premières fissures quand on m’annonça qu’en plus du football, je devrais également abriter des combats de lutte.
Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais les échos qui me parvenaient n’étaient guère rassurants.
Le supplice du gazon débuta quand le premier combat fut organisé. Nous vîmes des camions déposer des charges et des charges de sable sur une bâche étalée sur la pelouse qui suffoquait. Ce scénario se répétera sur plusieurs années, mais le coup de massue arrivera avec les navetanes. Les autorités ayant faibli, devant les responsables de l’ONCAV, m’ont livré à cet organisme. Avec pas moins de six matchs tous les jours, alors que la moyenne d’utilisation d’un gazon est de 12 à 15 heures par semaine.
Plus d’arrosage alors qu’il en faut deux par jour avec une moyenne de 10 litres d’eau par m2.
Plus de regénération car avec cette utilisation intense, il fallait arrêter souvent de jouer pendant 15 jours pour traiter le gazon avec au moins cinq ouvriers ayant le niveau cap horticole et un technicien niveau BTS.
Toutes ces exigences n’ayant pas été respectées, ce fut la mort de ce qui était la raison d’être d’un stade : sa pelouse.
Agressé de l’extérieur par les vendeurs de moutons, les garagistes, gargotiers et prédateurs fonciers, je gis tel un vestige en attente d’une réfection toujours promise et dont le budget annoncé me paraît exorbitant.
Je ne saurais terminer sans parler de mes frères Me Babacar Seye que l’on menace de démolir, Ely Manel Fall à peine rafistolé avec une pelouse de seconde main est déjà libéré aux navetanes, Maniang Soumare pas encore terminé et déjà il plie sous les phases nationales avec en plus les grenades du dimanche 5 septembre qui ont endommagé la pelouse. Bon Dieu faites qu’ils n’aillent pas vers Lat Dior qui m’a supplée pour les rencontres internationales.
Caroline Faye agonise à Mbour, récemment le ministre des sports attaquait le maire de Mbour sur la gestion du stade, alors que Massene Sene, Amadou Barry et Alassane Djigo ne connaissent pas un meilleur sort.
Porte voix des stades du Sénégal, je dénonce les locations abusives de nos terrains, salles et autres installations annexes, l’absence de traçabilité des ressources que nous générons et notre utilisation abusive par les navetanes.
Pour terminer, je propose à ce que notre gestion soit confiée à des militaires.”
Dakar le 8 septembre 2021


Post scriptum
Malgré ce cri du cœur décrivant un sinistre tableau, le Sénégal est 1er au classement FIFA, place que nous devons à nos performances.
Le football sénégalais présente la particularité de n’avoir ni le budget ni les infrastructures en rapport avec ce rang.
Le Maroc avec le plus gros budget en Afrique pointe à la 4e place. Alors l’Afrique du Sud, avec les meilleures installations est classée 15e
Ha dites moi, si la FIFA devait se référer au nombre et à la qualité des stades quel serait notre place dans cette hiérarchie ?
Serigne Fallou DIENG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code