Entretien avec Al Seyni Ndiaye, (Beach Soccer : “Nous sommes déterminés à remporter cette CAN chez nous”

(CHALLENGE SPORTS) – Al Seyni Ndiaye veut soulever sa sixième Coupe d’Afrique des nations (Can) de Beach Soccer, prévue du 23 au 30 mai prochain en terre sénégalaise. Dans une interview accordée à «L’Asnews», le capitaine des « Lions » de la plage est revenu sur le tirage, les adversaires du Sénégal, ainsi que les objectifs pour ce tournoi.

A quelques semaines du début de la Can de Beach Soccer, comment se porte le groupe ?

Nous sommes en regroupement interne depuis le 29 mars. Pour le moment, l’effectif se porte très bien. C’est vrai qu’il y a la présence de nouveaux joueurs, car la liste des 12 joueurs qui devront disputer cette Can au Sénégal n’est pas encore publiée par le sélectionneur national, Ngalla Sylla. L’entraîneur est encore à la recherche de joueurs pour former un groupe solide capable de gagner la coupe. Des joueurs sont blessés, mais ils sont remplacés. Je peux vous assurer que le groupe est super motivé et déterminé à quelques semaines du début du tournoi continental.

Avec le ramadan, quelle est la stratégie que les dirigeants ont mise en place pour vous permettre de faire vos activités convenablement ?

Avec le Ramadan, nous faisons deux séances d’entraînements par jour. Pour les après-midi, on commence à 17 heures et parfois on termine à 18h. La nuit, on commence à 21 heures. Vraiment, notre planning n’a pratiquement pas changé durant cette période.

Quels aspects mettez-vous le plus en avant lors de vos séances d’entraînement ?

Le coach Ngalla Sylla mise énormément sur l’aspect technique et tactique. Et depuis le regroupement, il nous fait travailler dans ce secteur qui est considéré comme le plus important dans cette discipline.

Cette Can de Beach Soccer aura lieu en terre sénégalaise. Qu’est-ce que cela vous fait de jouer ce tournoi dans votre pays ?

En tant que joueur, je ne peux qu’être content. On est la première équipe dans cette discipline sur le plan africain et 10ème au plan mondial. Donc, c’est tout à fait normal qu’on se réjouisse du fait d’accueillir une telle compétition. Il faut féliciter l’Etat et la fédération. Avec le contexte économique, ce n’était pas évident. En tout cas, nous allons tout faire pour donner du plaisir à nos supporters. Mais, il ne faut jamais oublier que le peuple attend beaucoup de nous. Nous avons gagné cinq coupes à l’extérieur. Cette fois- ci, on va essayer de gagner notre sixième trophée continental à domicile. Nous sommes déterminés à remporter cette coupe.

Le Sénégal n’est plus à présenter dans cette discipline. Pour cette Can, quel sera l’objectif ?

On n’a pas besoin de chercher de midi à quatorze heures. Notre objectif est clair et net. Il nous faut défendre notre statut de champion d’Afrique à domicile. Au cas contraire, ce sera une grande déception pour nous.

Pensez-vous que le groupe est assez outillé pour remporter cette compétition ?

Les joueurs de l’équipe nationale du Sénégal sont capables de remporter n’importe quelle compétition. C’est vrai qu’il y a de nouveaux joueurs dans la Tanière, mais la base demeure toujours intacte. Nous avons de l’expérience et savons ce qui nous attend.

Comment jugez-vous l’apport du sélectionneur Ngalla Sylla ?

Depuis que Ngalla Sylla est à la tête de la sélection, l’équipe ne cesse de progresser. Il fait partie des personnes qui ont révolutionné cette discipline au Sénégal. La preuve, on n’a pas concédé la moindre défaite en compétition officielle. Il a instauré beaucoup de choses dans cette équipe. Ce n’est pas pour rien qu’en Afrique, on est premier. En dehors du terrain, il nous donne souvent des conseils. C’est un jeune entraîneur et il ne cesse de prouver tout son savoir-faire. Si l’Etat met tous les moyens de son côté, il peut réussir avec cette équipe.

Les autres pays viendront également avec l’envie de gagner. Le fait de jouer à domicile ne va pas accentuer une certaine pression sur vos épaules?

Le fait d’organiser cette compétition au Sénégal est une pression supplémentaire pour nous. C’est la première fois que le Sénégal organise cette Can. Mais, je pense que la pression ne se trouve pas dans les phases préparatoires. Le peuple nous attend à domicile. On connaît notre mission et on fera tout pour ne pas décevoir nos supporters.

Nous sommes en période de Covid 19 et le public pourrait ne pas assister à cette compétition. Cela peut-il avoir un impact sur vos performances ?

Bien sûr que cela va avoir une influence si on joue à huis clos. Nous avons besoin des supporters. Mais on espère que d’ici le 23 mai, la Fédération va trouver une solution avec la Caf, pour que les supporters puissent venir au stade. L’Etat a levé les mesures barrières en championnat, les supporters peuvent à nouveau assister aux différents matchs, mais par mesure de sécurité, les nombres de places seront réduits. Dans tous les cas, nous avons besoin de nos supporters pour qu’ils viennent nous accompagner à atteindre notre objectif qui est de gagner cette coupe et de nous qualifier pour la prochaine coupe du monde.

Personnellement, comment avez-vous passé cette saison, notamment en club ?

La reprise du championnat a été difficile. Nous sommes restés plus d’un an sans jouer. Mais c’est l’occasion de féliciter et de remercier les autorités sénégalaises. Pour le moment, tout est Alhamdoulilah, on parvient à jouer le week-end.

Vous avez pratiquement tout gagné avec cette équipe au niveau africain. Qu’est-ce qui vous motive à vouloir encore continuer ?

J’ai pratiquement tout gagné avec le Sénégal sur le plan africain. Mais, les compétitions ne se limitent pas en Afrique, il y a aussi le niveau mondial. Je n’ai jamais atteint les demi-finales d’une coupe du monde. Aujourd’hui, mon souhait est d’aller en demi-finale avec l’équipe nationale et pourquoi ne pas soulever cette coupe.

Vous êtes un des cadres de cette équipe dont vous êtes le capitaine depuis des années. a quand la retraite ?

J’ai commencé à jouer au Beach Soccer à l’âge de 17 ans. Mes aînés sont encore dans l’équipe. Dans le groupe, on m’appelle le jeune vétéran. Je fais partie des plus jeunes et en même temps les plus anciens sur le plan africain. Je peux encore jouer dix ans de plus. Pensez-vous déjà à la reconversion, après le Beach Soccer. Chaque jour, je pense à ma reconversion et laisser ma place aux jeunes talents. Mais, ce n’est pas encore le moment.

Est-ce que vous avez des contacts à l’extérieur ?

N’eut été la propagation du Covid-19, je serai actuellement en Europe. Mais cette maladie a perturbé notre démarche. Mais si tout se passe bien, après la Coupe d’Afrique, je pense que la situation va se décanter.

 Vous partagez votre poule avec la Tanzanie, la RDC et l’Ouganda. Quelle lecture faites-vous  de ce groupe?

On partage le groupe avec la Tanzanie, l’Ouganda et la RDC. Lors de la dernière édition, nous avons joué avec la Tanzanie, mais pour les deux autres, on ne connaît ni leurs forces ni leurs faiblesses. Cette poule est équilibrée. Et nos adversaires feront tout leur possible pour nous battre. On ne doit pas sous-estimer les autres équipes. C’est à nous d’être serein et vigilants sur tous les plans pour passer ce tour.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code