Tapha Tine : “Prêt à en découdre avec Boy Niang”

(CHALLENGE SPORTS ) – Tapha Tine va retrouver les ferveurs de l’arène le 25 juillet prochain, après trois ans d’absence. Face au pensionnaire de l’écurie Baol Mbolo, un certain Boy Niang2, la star montante de Pikine, qui vient de signer un contrat avec Gaston Mbengue pour défier Balla Gaye 2.  Dans un entretien exclusif accordé à l’Asnews, le tombeur de Yékini Jr revient sur sa préparation, en cette période de ramadan.Le géant se dit plus que jamais prêt à s’expliquer avec son adversaire.

Comment Tapha Tine prépare-t-il son combat face à Boy Niang en cette période de ramadan ?

Actuellement, je fais une séance par jour. Dans mon planning, c’est aux environs de 17 heures que je vais en salle. Si par contre je dois m’entraîner à la plage, c’est après la rupture du jeûne. Voilà mes entraînements en cette période.

Comptez-vous partir à l’étranger pour continuer votre préparation ?

Pour le moment, toutes mes préparations se font au Sénégal. Mon staff n’a pas encore décidé sur ce point, car le dernier mot lui revient.

Certains amateurs disent que votre combat est l’un des plus grands chocs de la saison. Comment appréciez-vous cette analyse ?

C’est tout à fait normal que les observateurs disent que ce duel est un choc de titans. C’est la première fois que j’affronte Boy Niang. Je pense que les amateurs ne seront pas déçus. Les férus de la lutte auront droit à un duel explosif où rien ne sera laissé en rade.

Que peut-on attendre de ce duel ?

Il faut que les supporters soient prêts le jour j. Mon adversaire et moi ferons tout notre possible pour que les supporters soient fiers de nous. Il faut également que le promoteur soit content de notre prestation, car il a investi des millions. En ce qui me concerne, je serai prêt sur tous les plans Incha Allah.

Malgré la Covid-19, les promoteurs ont ficelé beaucoup de duels, surtout le concept grand contre petit. Comment voyez-vous cela ?

Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent grand contre petit. Pour moi, il suffit juste de faire ses preuves dans ce milieu. Si on prend l’exemple dans le football, parfois tu vois des footballeurs qui ont plus de 30 ans, mais ils continuent de faire leurs preuves. Dans notre discipline, les jeunes doivent montrer ce dont ils sont capables. Et les anciens, à leur niveau, ont l’obligation de leur donner une chance.

C’est quoi l’objectif de Tapha Tine dans la lutte ?

Dans tous mes combats, je souhaite la victoire. C’est uniquement ça mon objectif dans l’arène sénégalaise.

Votre adversaire vient de signer un autre contrat. Comment voyez-vous cela ?

Je préfère me taire sur ce point. Je ne connais pas les tenants et les aboutissants de ce contrat. En tout cas, je me limite uniquement à mon contrat avec le promoteur Pape Thialis.

Est-ce que d’autres promoteurs vous ont contacté pour signer un autre combat ?

Pour le moment, personne ne m’a contacté. Aucun promoteur n’est en train de me démarcher pour un autre combat. Tout ce que je peux dire, c’est que je suis en plein dans mes préparations pour mon combat face à Boy Niang le 25 juillet prochain.

Qui sera le prochain adversaire de Tapha Tine après Boy Niang ?

Je suis dans ce milieu depuis longtemps et pratiquement, j’ai tout fait dans cette discipline. Je suis un champion et j’ai lutté dans beaucoup d’événements. Je n’ai plus rien à prouver.

A vous entendre, on dirait que Tapha Tine est prêt pour son combat face à Boy Niang ?

Si ce n’était pas la Covid-19, aucune discipline au Sénégal ne pourrait rivaliser avec la lutte. On était sur une bonne marche. Et je prie pour que tous les combats puissent se dérouler dans de très bonnes conditions. Les promoteurs sont en train de régulariser les duels au niveau du Cng. A mon niveau, je me sens prêt pour le choc. Ce combat a été ficelé depuis 7 ou 8 mois.

En tant que lutteur, quel commentaire faites-vous du saccage de l’arène nationale par des supporters?

Je condamne fermement ces actes. Vraiment, ces images ne reflètent pas la lutte sénégalaise. Tout le monde déplore ces actes barbares. On ne peut pas concevoir que l’Etat mette en place ce bijou d’un montant de 32 milliards Fcfa et que des gens se lèvent un bon jour pour tout détruire, soi-disant que leur lutteur a été terrassé. Les membres du Comité national de gestion (Cng) de la lutte doivent identifier les malfaiteurs et les sanctionner. Il existe des caméras de surveillance au niveau du stade, je pense que les dirigeants de la lutte seront en mesure de prendre les sanctions nécessaires à l’endroit des supporters.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code