Rugby : Ses débuts, Biarritz, Sénégal….. Steeve Sargos ouvre son cahier de souvenirs !

(CHALLENGE SPORTS) – Capitaine de l’équipe nationale du Sénégal de Rugby avec laquelle il compte 90 sélections, Steeve Sargos n’est plus à présenter au public sénégalais. Dans un entretien accordé à Quinze Mondial, il est revenu sur sa longue carrière, son ascension jusqu’au Biarritz Olympique, en passant par le Sénégal.

Quel regard portez-vous sur votre passage dans l’équipe du Sénégal ?

Je suis arrivé sur le changement de la fédération sénégalaise. Une structure a été mise en place, l’avantage que j’ai eu c’est qu’on a eu un staff stable. On a eu très peu de changements en quinze ans. J’ai eu 90 sélections. Cette stabilité dirigeante a fait que j’ai vécu l’épanouissement et l’agrandissement de la fédération. Je me retrouve capitaine à mon deuxième match donc sur la durée des 80 matchs j’ai pu discuter avec les dirigeants. J’ai vu grandir l’équipe nationale. On est passés du groupe C au groupe A, on a vu passer beaucoup de joueurs. Le Sénégal a été un gros changement dans ma vie d’homme et dans ma vie de joueur. Ça a été la charge émotionnelle la plus intense de ma carrière avec mon premier match en première division avec le BO.

Pouvez-vous développer le fait que ça ait changé votre vie d’homme ?

Je suis arrivé à 23 ou 24 ans en équipe nationale, j’avais jamais mis un pied au Sénégal, je ne connaissais pas ma famille sénégalaise. J’ai été adopté donc je n’avais aucune connaissance. Je jouais à Oyonnax en Pro D2 à Aix où jouait Léon Lopy et je me retrouve en sélection comme ça. A la base j’étais pris pour faire le stage à Madrid avec l’équipe d’Espagne car ma mère est espagnole. Léon Lopy a eu les mots pour me convaincre de rejoindre cette sélection qui était sans budget, sans rien. C’est cela qui m’a plu, l’aventure humaine. Tu pars pour zéro. On était deux ou trois pros à l’époque. Pour moi ça montrait déjà la valeur des hommes avec qui j’avais joué. C’était déjà beaucoup pour moi. C’est ce qui m’a plu dans ce projet.

Vous n’avez pas eu de regrets de choisir le Sénégal donc ?

Non bien au contraire (rires) car suite à ce voyage il y a eu une reconnexion familiale très émouvante. La rencontre avec ma famille paternelle, ma culture, mes racines, les mœurs, l’odeur de l’Afrique. Jouer au stade Léopold Sédar-Senghor devant 35 000 personnes, ça a été quelque chose d’extraordinaire qui m’a changé la vie. Malgré mon début de vie difficile d’un point de vue familial et sentimental, où je n’ai pas eu de chance, la roue a tourné. J’ai eu ce privilège de découvrir mon pays, mon bled et je suis fier de l’avoir représenté avec le brassard pendant ces quinze années. Au-delà du sport, tout ce qu’incarne ce peuple. Je suis très satisfait, très fier. Cela a été très fort d’un point de vue émotionnel. C’est difficilement mesurable parce que c’est tellement immense quand tu te retrouves avec le brassard devant 40 000 personnes, où il y a ta famille. Tu es dans le pays de ton père, de ton grand-père. C’est assez symbolique pour moi, cela peut paraitre spécial mais cela a été très fort. Ca a vraiment changé ma vie d’homme. Je n’ai plus été le même après ce premier voyage.

Cela a été plus que du rugby en fait ?

C’était avant tout le reste, le rugby est venu le samedi à 16h00 au stade Léopold Sédar-Senghor. Ce que j’ai pu croquer du samedi d’arrivée au vendredi soir veille de match a été quelque chose…je ne sais pas si j’ai égalé cette émotion en vingt ans à part la naissance de mon fils. 

Que manque-t-il au rugby sénégalais pour un jour devenir l’égal du football ?

Déjà l’impact médiatique. Au Sénégal les sports nationaux sont la lutte et le football. On est loin de la reconnaissance médiatique des Lions et des lutteurs. On n’a pas leur enveloppe économique. On n’a pas les infrastructures. On n’a pas les partenaires, les sponsors, le matériel. J’ajouterai aussi qu’il n’y a pas un accompagnement des jeunes, comme on peut l’avoir en France. Il n’y a pas de ramassage par exemple, trop peu de rugby dans les écoles. Cela fait donc beaucoup de choses. Malgré les moyens que l’on a eu, le parcours est beau car avec pas grand-chose on est tout de même arrivés au sommet de l’Afrique, c’est-à-dire le groupe A. C’était mon objectif. J’avais un rêve qui était de disputer la Coupe du monde en 2007. On perd un match contre la Namibie sur une erreur arbitrale…aujourd’hui encore je me demande ce qu’il a pu siffler ce jour-là. Si tu veux faire de grandes choses avec une fédération et une équipe nationale, il faut qu’il y ait de grands moyens derrière. Même si on est l’Afrique. Les sud-africains sont sur le toit du monde parce que derrière il y a des moyens incomparables avec tous les autres pays d’Afrique. C’est la même chose pour la Namibie où il y a des infrastructures, des centres de formation. Tous les joueurs qui ont été en sélection intègrent la fédération. Je ne pense pas qu’au Sénégal cela soit le cas. On a été plusieurs pros à avoir porté le maillot de la sélection nationale et je ne connais pas un seul joueur dans l’équipe dirigeante de la fédération. C’est ce qui m’interpelle un petit peu.

Cette faute de moyens, à qui la faute selon vous ?

Je n’ai pas le pouvoir de donner mon jugement là-dessus. J’ai mon idée dessus bien sûr. Je me suis battu pendant 14 ans sur certains détails là-dessus. Il y a des modes de fonctionnement économiques qui leur appartiennent. La fédération a une stabilité depuis quinze ans donc aujourd’hui je ne peux pas me permettre de critiquer. La seule chose que je peux dire en tant qu’ancien capitaine de la sélection nationale c’est qu’il y a quelques lacunes. Je pense qu’on aurait pu faire de grandes choses si dans la continuité de cette génération de joueurs ils avaient intégré des éléments dans la fédération. Nous étions les mieux placés pour comprendre la fédération, pour comprendre les expatriés et le rugby local. C’est pas un choix politique ou fédéral mais voilà. Avec les cadres on est restés sur notre faim, c’est dommage. En même temps c’est à l’image de notre non-qualification sur ces quinze ans de collaboration peut-être. Comme sur le rugby à 7, féminin. Je n’ai toujours pas compris pourquoi on est partis prendre des gens extérieurs qui viennent d’horizon différent, qui n’ont aucun lien avec la fédération, avec la culture, le rugby sénégalais.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code