Aliou Cissé lance le duel de Brazza : “Gagner et reprendre la première place »

(CHALLENGE SPORTS)-Le Sénégal joue demain le Congo à Brazzaville. A la veille de cette importante rencontre, le sélectionneur des « Lions » a fait face à la presse. Pour Aliou Cissé, il faudra confirmer le succès obtenu mercredi dernier contre le Togo et repartir de la capitale congolaise avec les trois points.

Une idée sur l’équipe congolaise !

« C’est une équipe que nous avons en éliminatoires de la Can, mais aussi en éliminatoires de la Coupe du monde. C’est une équipe que nous connaissons. La dernière fois que nous avions rencontré cette équipe, nous étions déjà qualifiés.  Et avec le staff, nous avions décidé d’élaborer un n nouveau système. Et nous avons tiré des enseignements sur ce système-là. Mais je sais que le contexte est différent. Ce sont des éliminatoires pour aller à une coupe du monde. Je sens des joueurs concentrés et motivés. Des joueurs prêts pour faire un meilleur résultat ».

Reprendre a première place à la Namibie !

« C’est vrai que la Namibie a quatre points. Mais c’est une équipe qui a joué un match de plus. Nous, nous allons jouer notre second match. Et comme j’ai eu à le dire, dans ces éliminatoires, même si on gagne le match de demain, rien n’est fait. C’est six matchs où il faudra être cohérant, mais aussi se préparer pour combattre. Nous sommes conscients de notre force. A nous de faire le travail pour reprendre cette première place demain ».

Une équipe différente de celle face au Togo !

« Les matchs s’enchainent. Nous avons joué mercredi dernier. Et peut-être que le onze de départ contre le Congo sera différent de celui que nous avions eu contre le Togo. Mais je pense que le plus important et j’ai eu à le souligner, tous les joueurs sont prêts. L’équipe nationale du Sénégal, ce n’est pas seulement onze joueurs. Nous avons 23 joueurs et ils savent qu’on faire appel à eux, à n’importe quel moment.  Ce sera à nous de préparer. Et il sera important de confirmer cette victoire face au Togo ».

L’éternelle équation des blocs bas

« C’est difficile de jouer face à des blocs bas. Moi depuis que je suis en fonction jusqu’à présent, j’ai envie de dire que toutes les équipes, ce n’est pas seulement le Togo ou la Namibie, toutes les équipes que nous avons eu à jouer, privilégient ce systèmes. Ils refusent le jeu, nous laissent le ballon. Mais c’est à nous de trouver la solution. Nous travaillons sur cet aspect-là ».

L’ascension de Mountarou Bladé !

« Je gère un groupe dans son ensemble. Je ne gère pas des individualités. Mountarou a un passé avec toutes nos petites catégories. Mais la vérité, c’est que c’est sa première sélection avec l’équipe A. Il a fait de très bonnes choses avec Teungueth FC, mais je ne suis pas mécontent d’Ibrahima Mbaye. Qu’il continue à s’accrocher, qu’il continue à travailler. Si l’équipe a besoin de lui, je pense qu’il répondra présent ».

Covid 19 et match contre la Namibie en Afrique du Sud

« C’est une question pertinente. Mais si vous me posez la question, dans mon petit coin, qu’est-ce que je peux y faire ? Je pense que c’est d’ordre administratif. C’est à nos dirigeants, notre fédération de s’imposer sur la hiérarchie du football mondial. C’est vrai que la question va être posée. Et je sais que vous me posez cette question-là, c’est par rapport à Sadio Mané, Edouard Mendy et les autres qui jouent en Angleterre. Je n’ai pas envie d’y penser car j’ai un match. Mais il faut reconnaitre que c’est un énorme problème. Aujourd’hui, on est dans l’incertitude totale pour la quatrième journée. Comment peut-on faire jouer une équipe dans un pays répertorié comme zone rouge ? Je pense que la Caf aura une réponse à nous donner. Mais en réalité, nous, en tant que entraineur, en tant que technicien, la seule chose que nous pouvons et il n’y a pas que moi, c’est de dénoncer. Tous les entraineurs ne sont pas contents et le dénoncent fortement. Maintenant, c’est à la FIFA aussi de savoir que le football ne s’arrête pas seulement en Europe. Et qu’il y a d’autres confédérations qui existent. Nous avons aussi notre mot à dire.  Et à un moment donné, il faut aussi nous entendre. Si aujourd’hui l’Afrique doit aller à la Coupe du monde, je pense qu’elle doit y aller et être représentée par ses meilleures équipes. Et ces meilleures équipes ont besoin de leurs meilleurs joueurs pour pouvoir le faire. Comme j’ai eu à le dire, moi personnellement, je ne peux rien y faire. Je ne peux que dénoncer. Et je crois qu’il y a des gens qui sont mieux outillés que moi pour pouvoir taper sur la table. Et dire que maintenant, ça suffit ».

Manque d’efficacité de Boulaye Dia !

« Il est difficile de parler d’individualité. Nous travaillons tous les jours pour avoir un collectif fort. Moi, mon discours aujourd’hui, c’est un collectif. Et aujourd’hui, le collectif, Famara en fait partie, tout comme Boulaye. C’est que vrai que nous demandons à un attaquant de marquer des buts. Mais, ce n’est pas que ça. Je suis désolé de le dire. Aujourd’hui, le travail de Boulaye est très intéressant dans notre système. Il nous apporte de la profondeur, un point d’appui. Il arrive à combiner avec Sadio Mané qui est souvent en décrochage et lui, souvent en profondeur. Si vous regardez le but que Sadio a marqué contre le Togo, vous remarquerez que Boulaye est impliqué. Il faut saluer ce travail que Boulaye Dia est en train de faire. Famara, c’est un joueur que je connais. Mais il y a aussi Habib Diallo. Ismaila Sarr peut aussi jouer à ce poste-là. Abdallah Sima a eu à jouer comme attaquant. Nous avons vraiment beaucoup de possibilités. Mais aujourd’hui, c’est Boulaye qui a été choisi. Et sérieusement, je ne suis pas mécontent de ce qu’il est en train de faire. Je suis plutôt satisfait et je voudrais que vous l’encouragiez ».

Blessures de Nampalys Mendy et de Krépin Diatta

« Ce sont des garçons qui sont arrivés blessés. Je crois que l’équipe nationale, ce n’est pas seulement trois joueurs. Quand ils sont performants, ils sont là et quand ils sont dans des difficultés, vous les abandonnez. Je pense que c’est important d’avoir cette mentalité. C’était important d’avoir Krépin et Nampalys avec nous. D’après les médecins, il est apte. Maintenant, nous allons voir est ce qu’il a le rythme. C’est très important car c’est un match international aussi. Nous ne pouvons pas faire joueur quelqu’un qui a peu de temps de jeu. C’est la même chose pour Krépin. Ils sont disponibles et nous allons voir comment les incorporer ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code