CHRONIQUE BALLE DE MATCH : Football sénégalais : Et si Pfister avait raison?

(CHALLENGE SPORTS) – Le football sénégalais à travers ses performances avec les sélections nationales semble avoir trouvé sa voie. Dans toutes les catégories en A et en U, dans les genres et types féminin, Beach soccer, handicapés (sourds) , le Sénégal s’engage dans des compétitions avec des résultats divers et somme toute assez honorables.

Le Sénégal devient un des grands du football africain mais les clubs traînent encore les pieds.


Les places en finale de CAN et les performances à la coupe du monde ne sont plus des exploits mais relèvent désormais du cours normal des choses. Notre position au sommet du football africain par le truchement du classement de la FIFA aidant, tout le monde exige la coupe. Nous devons être champions d’Afrique s’ententons nous dire partout.
À la question de savoir qu’est ce qui justifie cette attente: est-ce par nos infrastructures ? Est-ce par notre budget ? Est-ce par la structuration de notre football ? Est ce par la vitalité de nos clubs ? La réponse est, bien sûr non. Mais on justifie toujours nos ambitions par la qualité et le niveau de nos joueurs.
Certes cela peut se défendre car nos joueurs font partie, pour certains, des meilleurs au monde, à leur poste. Mais au juste, d’où nous proviennent ces joueurs ?
Tous de l’extérieur (expatriés, binationaux) aucun joueur issu de nos clubs. A une ou deux exceptions près.
Cette situation va à l’encontre d’une idée qui a été longtemps défendue par les techniciens sénégalais qui affirmaient que “pour une équipe nationale de qualité il faut nécessairement des clubs forts”. Le doyen Laye Diaw l’a vulgarisée et avec lui, le chanteur Omar Pene. Ce débat autour du profil de nos clubs a connu son summum avec l’arrivée de Otto Pfister. Le technicien allemand après son arrivée et suite à une analyse froide avait dit aux responsables de notre football que “le Sénégal ne pouvait pas avoir de grands clubs du genre Zamalek, Al Ahly, et autres géants qui régnaient sur l’Afrique et qu’il fallait se tourner vers les collèges de formation”
C’est ainsi que naquit le collège des Espoirs en 1979 à Thiès avec à sa tête Otto et Yerim Diagne.
Les pensionnaires venaient des différentes régions du Sénégal parmi eux certains connaîtront une grande renommée: Salif Diagne ex Raja, Salif Diallo Us Gorée, Pape Fall SEIB, OM, Racine Kane SEIB, Mamadou Seck lauréat du concours du jeune footballeur qui venait de Diourbel et qui n’aura pas la carrière promise à son immense talent, Mass Faye du Mbossé et autres Insa Ngom Linguere.
Cette initiative ne fit pas long feu et le collège fut fermé. Sous les flêches’ de l’amicale des entraîneurs et éducateurs de football (AEEF) qui lui menèrent une guerre féroce sous la houlette des Bamour Fall, feu Oumar Sarr, Joe Diop et leurs amis, Otto Pfister finit par partir.
Ce fut ensuite l’ère des équipes d’entreprise SOTRAC, PORT, SIDEC, SEIB, CSS, ETICS, SODEFITEX etc, cette expérience fut également un échec comme sa devancière qui portait sur les clubs militaire et paramilitaire ASFA et Police. À chaque fois la question de la reconversion après football se posait, les entreprises ne pouvant absorber tous les anciens joueurs, l’armée comme la police connurent les mêmes difficultés et on parlait en son temps de policier joueur ou de joueur policier.
Durant toute cette période et ces péripéties les clubs dits traditionnels tinrent bon JA, JARAAF, GOREE, CASA à titre d’exemple continuaient à disputer le haut du pavé, alors que notre équipe nationale connaissait de rares qualifications avec de maigres résultats.
Quand une bande de copains eurent la lumineuse idée de faire Diambars, ce fut un début de solution pour le foot sénégalais car les centres suivirent comme Génération foot, Dakar sacré cœur, Aspire, Lusithana et d’autres de moindre envergure mais qui produisent des talents. Lesquels talents sont souvent pris en charge par des bénévoles un peu partout à travers le pays dans des conditions très difficiles, Ahmadou Bamba Dieng de l’ OM, qui vient de connaître sa première sélection, pour ne citer que lui, a commencé sur les terrains sablonneux de Diourbel.
Ainsi le Sénégal, 40 ans plus tard, retrouve une voie qui a été décriée par des techniciens mus par diverses motivations. Les débats les plus exacerbés sur des thèmes aussi variés que le football de masse et le football d’élite, la valorisation de l’expertise locale, le sport comme moyen d’éveil des masses, oui on était encore à la limitation des partis, et autour de feu Mawade Wade y’avait un fort courant d’idées de gauche. Ces dissensions ont continué jusqu’à la proposition de Mawade Wade par ses pairs à la tête de la direction technique nationale. On se rappelle sa sortie sur les ondes de la RTS. Mais le ministre d’alors François Bop opposa un refus catégorique à sa nomination et Pape Diop fut choisi à sa place et cela produira l’aventure de 86 et les états généraux du football qui s’en suivront.
Maintenant que l’initiative privée se charge de la prise en charge de la formation grâce au partenariat et à plusieurs stratégies. Maintenant que les talents naissent et éclosent avec à la clé de juteux contrats. Alors que nos clubs continuent à bégayer, malgré un timide professionnalisme.
Nous nous devons de reconnaître que Otto Pfister avait, décidément, raison.
Serigne Fallou DIENG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code