CHRONIQUE BALLE DE MATCH: Une bande de copains conquérants.

(CHALLENGE SPORTS) – La cerise est sur le gâteau. Les Lions du Senegal ont réussi à concocter avec brio le gâteau qu’ils vont servir novembre prochain au Qatar. La bande de copains l’a encore fait après avoir servi le plan de résistance le 06 février dernier à Yaoundé.

Au premier titre continental, le Sénégal vient d’ajouter une troisième qualification à la coupe du monde Qatar 2022. Un double exploit en l’espace de 51 jours. Rien n’a changé dans le scénario. Une série de penalties hautement remportée par les Lions . Sinon honorer avec brio le tout nouveau Stade Abdoulaye Wade de Diamniadio. Les premières foulées dans ce joyau ont donné lieu a une liesse populaire digne des grands soirs. Une ivresse totale qui donne encore de la valeur ajoutée au sacre continental acquis au Cameroun. Ce fut certes long à se concrétiser comme victoire finale mais rapidement perceptible. Le caractère ultra offensif affiché dès l’entame du match par l’équipe sénégalaise a très tôt dessiné les contours d’une ambition légitime de se qualifier. Le Sénégal champion d’Afrique, le Sénégal mondialiste, c’est désormais cette double casquette fièrement vissée sur la tète qui fait l’identité du pays de la teranga. Digérer l’euphorie de la Can et se remettre en cause à l’épreuve des barrages pour Qatar 2022, était certes un exercice périlleux, voire délicat au regard de la joie procurée en Fevrier. Mais les Lions ont su garder le dynamisme, victorieux après avoir trébuché au Caire sans perdre l’espoir de s’inviter au plus grand banquet du football mondial. Cette qualification sonne aussi comme un pas supplémentaire vers une véritable maturation. Car elle est désormais ancrée dans les esprits gagneurs des Lions du Sénégal. Elle a appris qu’un destin et une trajectoire se forgent parfois dans la douleur pour atteindre les sommets. Une première sortie nantie d’un titre continental a domicile dans un ultime match, cela reste un rendez vous avec une grosse charge émotionnelle qu’ils ont su évacuer. Rater les deux premiers penalties d’une épreuve très relevée également d’un mental d’acier que toutes les grandes équipes doivent afficher. Aujourd’hui, ils poursuivent leur ascension d’épreuve en épreuve, ils avancent, poussant des fleurs par ci, prenant de la force par là avec le même noyau et le même coach. Reste la conquête du monde à cette bande de conquérants. Autre défi, autre réalité. En attendant, bienvenue au Qatar. Marakhban Bikoum.

Abdoulaye DABO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code