Amadou Gackou, spécialiste du 400 mètres : L’homme au record de 52 ans.

(CHALLENGE SPORTS). Finaliste des 400 mètres lors des Jeux Olympiques de Mexico en 1968, Amadou Gackou détient depuis cette année le record national de la spécialité.

Amadou Gakou aux JO de Mexico 1968.

Jeux Olympiques de Mexico ! Ce 18 octobre 1968. Les spectateurs s’apprêtent à vivre la finale des 400 mètres. Une finale à laquelle participe le Sénégalais Amadou Gackou, qui a terminé premier dans toutes ses séries. Après plus de 45 secondes de course, le trio américain composé de Lee Evans, Larry James et Ron Freeman monte sur le podium. Candidat sérieux pour ceux qui le connaissent et surprenant pour d’autres, le Sénégalais est quatrième avec 45”01”’ : La plus mauvaise place d’une course car l’athlète est au pied du podium.

A défaut d’une médaille, Amadou Gackou bat le record du Sénégal et d’Afrique. Si la performance continentale a été effacée quatre ans plus tard, elle est toujours inégalée au Sénégal.  Elle aura 52 ans dans quelques semaines. Mais ce brillant athlète était au commencement…un footballeur. 

Au début, c’était le football !

Né le 25 mars 1940 à Dakar, Amadou Gakou, comme tous les jeunes de son quartier, commence sa carrière sportive par le football à l’Union sportive d’Indigène (USI). Au début des années 60, il sera repéré par Ibrahima Diarra plus connu sous le nom de « Pacha », dénicheur de talents récemment décédé.  Ce dernier l’oriente vers l’athlétisme à l’Union Sportive de Gorée mais aussi à la section de football. Ailier droit comme poste de prédilection, il lui est souvent arrivé avec sa vitesse de semer ses adversaires mais aussi d’oublier le ballon derrière lui. «Mes amis voulaient que je fasse l’athlétisme avec ma pointe de vitesse», raconte-t-il.  Il se décida en fin de compte, le futur champion choisit de courir les distances reines de l’athlétisme que sont 100 mètres et 200 mètres. Mais c’est le vieux Daouda Faye, père d’Abdoulaye Faye du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui lui conseilla le 400 mètres. « L’appétit venant en mangeant, je commençais à prendre goût à la piste. Puis j’ai décroché deux médailles d’Or aux Jeux de l’Amitié de 1963 à Dakar sur 400 mètres et 4X400 mètres », explique celui qui a été reçu et cité en exemple par le premier président sénégalais Léopold Senghor. Ce qui augure sans doute pour l’athlète sénégalais de bonnes choses surtout que le Sénégal va participer à ses premiers Jeux Olympiques en 1964 à Tokyo (Japon). « L’année suivante coïncidait avec les premiers du Sénégal et j’ai établi un nouveau record aux 800 mètres avec un chrono d’une 1’50” à Tokyo », explique-t-il. Animé par le désir de décrocher la première médaille olympique sénégalaise, Amadou Gackou, entre deux Jo, repousse les limites de la fatigue sur les pistes nationales, continentales et mondiales avec des résultats encourageants. Ces différents efforts seront récompensés dans la mesure où il va se qualifier aux Jo de Mexico en 1968.

Si Bob Beamon m’avait dopé…

Amadou Gakou a failli être médaillé olympique en 1968.

C’est avec beaucoup de fierté que le spécialiste du tour de terrain tente de revenir sur cette course qui continue encore de marquer les esprits 52 ans après. Il se remémore les circonstances : «A une trentaine de secondes avant le départ de la finale du 400 mètres, Bob Beamon venait de réaliser son fameux saut en longueur avec un bond 8,90 mètres. Une performance qui m’a beaucoup galvanisé pour décrocher une médaille olympique », laisse entendre Gackou qui estime être animé d’une grande fierté pour avoir enregistré la quatrième performance avec un record de 45”01 avec un record national et continental à la clé. Selon ses propos, il pouvait être médaillé. « J’ai gagné toutes mes courses en quart et en demi-finale même si je me suis souvent évanoui avec l’effet de l’altitude et à chaque fois c’est le capitaine Mamadou Sarr qui me relevait », affirme-t-il tout en soulignant qu’il n’a jamais pensé à s’économiser tout en reconnaissant la victoire du trio américain. Mais les trois Américains en ont décidé autrement. Selon Gackou, ces derniers étaient sans doute plus motivés que lui avant la course. Car souligne-t-il, « le trio américain avait une revanche à prendre sur l’histoire avec les problèmes de racisme à l’époque et la lutte pour les droits civiques. Les Noirs américains avaient besoin de s’affirmer et cela était visible à travers leur comportement quand ils recevaient leurs médailles », se rappelle notre interlocuteur. En effet, le trio américain a levé la main gantée de noir au moment de recevoir les honneurs.

Ibrahima Wade pouvait battre mon record ?

Aucun athlète de la jeune génération n’a encore égalé le record d’Amadou Gakou.

Sur le plan national, Amadou Gackou détient toujours le record de tour de piste. Une performance qui date du 18 octobre 1968 lors des Jeux Olympiques de Mexico. Pour le recordman de cette spécialité, il manque beaucoup de choses aux athlètes sénégalais pour faire la différence. « Pour les coureurs, il faut avoir un large registre, une grande marge de manœuvre pour évoluer et ce fut mon cas », dit l’ancien directeur technique de l’athlétisme sénégalais qui fait savoir qu’il a commencé par le 1.500 mètres. Seulement il renseigne que l’ancien champion d’Afrique du relais 4X400 Ibrahima Wade aurait pu battre son record national. «Il était bien parti pour battre mon record de 400 mètres sur le plan national mais il a préféré changer de nationalité en devenant Français après les championnats  d’Afrique de 1998 à Dakar», regrette celui qui fut sept fois champion du Sénégal aux 400 mètres et cinq fois sur les 4X400. Toutefois, il garde espoir que son record soit battu de son vivant.

Il espère que la nouvelle génération va se surpasser pour battre ce record. Mamadou Kassé Hanne le spécialiste sénégalais des 400 mètres haies aurait pu le faire mais lui aussi il a opté pour la France. « Il a réussi un chrono de 46 secondes sur le tour de piste et il peut faire mieux même si son épreuve de prédilection est le 400 mètres haies », laisse entendre Gackou qui a participé à cinq Jo dont trois comme athlète (1964, 1968 et 1972) ; un (76 comme entraîneur et en 1980 comme invité spécial du ministre feu François Bob.

KANGHE NDIAYE

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code