CAF: la Fifa roule pour Motsepe, Me Senghor et Yahya, 1er et 2e vice-pdt

Diverses sources font état d’un arrangement trouvé par la FIFA pour répartir les hauts postes de direction de la CAF entre les candidats à la succession d’Ahmad.

La tournée africaine de Gianni Infantino n’avait évidemment rien de fortuit. En déplacement intensif sur le continent depuis la mi-février, le président de la FIFA ne passait pas d’un avion et d’une capitale à l’autre que pour distribuer des bons points. A une dizaine de jours de l’élection à la présidence de la Confédération africaine de football, plusieurs sources concordantes, parmi lesquelles le généralement bien informé Sud-Quotidien, font état d’un grand arrangement entre les différents prétendants à la succession du Malgache Ahmad Ahmad, lui-même dans l’attente (d’ici le 3 mars) du verdict final du Tribunal arbitral du sport sur sa propre candidature.

La présidence pour le favori de Zurich

A l’issue d’une rencontre tenue ce week-end à Rabat avec les trois candidats d’Afrique de l’Ouest, deux émissaires de la FIFA, le Suédois Mattia Grafström et le Congolais Véron Monsengo-Omba, sont parvenus à une entente sur la répartition des rôles dans le futur exécutif africain. Présenté comme le favori de Zurich, le Sud-Africain Patrice Motsepe prendrait la présidence. Le Sénégalais Augustin Senghor serait son premier vice-président et le Mauritanien Ahmed Yahya, son deuxième vice-président. Quant à l’Ivoirien Jacques Anouma, il serait nommé « conseiller spécial » du président ! Les différents candidats n’ont pas encore réagi à ces informations, pas davantage que la FIFA, qui apparaît plus que jamais comme la faiseuse de rois en Afrique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code