CHRONIQUE BALLE DE MATCH : La CAN 2022, pourquoi tant de pression?

(CHALLENGE SPORTS) – La clameur des élections de la fédération sénégalaise de football s’est tue, mais résonne et bruisse encore dans nos oreilles la “fatwa déclaration” des vaincus et une partie de la population à l’egard du bureau élu :”remporter la CAN ou démissionner”.

L’objectif principal est de remporter la CAN 2022.


C’est dans cette atmosphère de demande expressive avec un halo de pression paralysante que la FSF et l’entraîneur national Aliou CISSÉ vont préparer les éliminatoires et la participation à la prochaine coupe d’ Afrique.
Voilà l’une des conséquences de tenir une assemblée générale élective à quelques mois d’une compétition de cette envergure.
Défaut de planification ou bon escient ?
L’intelligence aurait commandé de tenir une conclave et de reporter l’AG sur une année paire 2022 pour éviter tel cas de figure.
Le haut niveau fait appel à toutes les sciences et à tous les outils surtout la planification qui n’est pas seulement la programmation.
Mettre en relation l’âge des joueurs de l’équipe nationale A avec celui des différentes catégories des U19, U17 et autres, avec les échéances CAN Coupe du monde, disposer d’une grille des performances.
Ceci nous aurait indiqué, par exemple, de ne pas faire Sénégal 92 avec les Bocandé Youm Omar Gueye Sene déjà finissant, mais soit en 90 avec leur fraîcheur on se rappelle leur CAN de cette année en Algérie. Ou bien deux ans plus tard en 94 avec la cuvée des Alboury Lakh, Mangane et autres Adama Cisse.
Une bonne planification nous permet de prendre en compte tous les paramètres pour être performants et ceci induit la structuration de notre direction technique nationale qui appelle des compétences autres que techniques et médicales.
L’un des cas d’école que les spécialistes aiment citer, c’est celui de la France. Avec sa génération de 78, elle a décidé d’organiser la coupe d’Europe des nations, l’ancêtre de l’Euro, en 84 qu’elle remporta et cette sélection tricolore aurait pu ouvrir son palmarès en 82 si l’arbitre hollandais M. Corver avait sanctionné l’agression de Schumacher sur Battiston lors de cette mémorable demi-finale du mondial espagnol.
Gagner la CAN…
Ceux qui ont fait cette exigence à la FSF de gagner le trophée continental devrait y ajouter ” à l’extérieur” qui plus, est encore au Cameroun.
Seulement, cette commande n’est pas une première car juste après Mali 2002 où on visait les demi finales, chaque fois les supporters réclament le graal.
Qu’est qui nous oblige ou invite, nous sénégalais à nous mettre la pression ? Et après chaque campagne réclamer la tête de l’entraîneur et du bureau fédéral ? Ni notre budget d’environ 5 petits milliards dont 3 sont attendus de la FIFA, 645 millions de la CAF, ni nos infrastructures (un seul stade), ne justifient nos ambitions. Alors que le Maroc avec le plus gros budget d’Afrique 90 millions USD, et des stades de niveau mondial qui font que 4 pays: Mali, Burkina, Niger et Djibouti vont y jouer leurs matchs éliminatoires, n’a gagné qu’une CAN et ce en 1976 en Éthiopie. L’on se rappelle de ce but des dernières minutes du marocain Baba répondant à celui de Chérif souleymane offrant le nul et la coupe aux lions de l’Atlas. C’était la seule can de l’histoire dont le 2e tour s’est joué sous forme de championnat.
Certes, me direz vous, il ne suffit pas d’avoir un gros budget et de bons stades pour gagner, mais j’estime que c’est nécessaire bien que cela ne soit pas suffisant.
Au Sénégal, nous avons l’organisation et la construction de notre pyramide de nos sélections nationales qui est un atout majeur. Nous jouons dans toutes les catégories d’âges avec de réelles performances adossées aux centres de formation. Ces centres dont Otto Pfister suggérait déjà les installations dans les années 79 avec le collège des Espoirs à Thiès.
À cela, si nous ajoutons le talent et la valeur de nos joueurs, nous aurons de réelles raisons d’espérer remporter cette CAN et pourquoi pas au Cameroun le pays des collines. Prions pour que, comme en 72, le pays hôte soit absent de la finale et que le Sénégal prenne la place du Congo.


Serigne Fallou DIENG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code