CHRONIQUE BALLE DE MATCH : Le système de jeu: offensif ou défensif?

(CHALLENGE SPORTS) – Dans les gradins des stades, sur les plateaux de télé, à travers les ondes, on a droit à des commentaires divers et variés : “il ne pense qu’à défendre” “il gagne sans convaincre” “oh c’est un adepte de la conservation”, “son jeu est super offensif il prend trop de risques”. Ces propos venant des analystes ou de simples supporters pour qualifier des entraîneurs et leurs systèmes de jeu.
Balle de match, cette semaine, va rebondir au milieu de ces stratégies mises en place par les entraîneurs pour organiser leur équipe durant un match.

Le système de jeu, c’est quoi au juste? Ça sert à quoi? Réponse de Balle De Match.


Pas pour les étudier, car nous n’en avons pas les compétences, mais juste en parler et revisiter leur histoire si riche et si passionnante.
Allons nous définir le système de jeu en parlant de ce qu’il est et de ce qu’il n’est pas ? On est tenté bien sûr de procéder ainsi car les définitions paraissent bien compliquées pour les non initiés.
On vous dira c’est une structure générale, c’est aussi l’ensemble des plans tactiques de l’entraîneur, c’est également la forme de base d’ une équipe qui implique les rôles des joueurs et leurs zones à eux affectées dans le terrain. Vous ne trouvez pas que c’est assez compliqué ? Pour nous oui, mais pas assez pour les techniciens qui pour nous présenter les différents systèmes de jeu convoquent l’algèbre et la géométrie : 4 4 2 plat / 4 4 2 losange/4 3 3/5 3 2/ 3 5 2/ 5 4 1/ 4 5 1/ etc… j’allais oublier il y’a aussi le 4 3 3 pointe basse. Nous vous épargnerons des variantes de ces systèmes, oui ce n’est pas seulement la COVID qui en dispose.
Ces différents systèmes, comme un virus, ont fait leur mutation à travers le temps et ont traversé l’histoire du football. Ainsi, le 5 4 1 a permis à l’inter de Milan de remporter plusieurs titres dans les années 60 mais également en 98, à la France de gagner la coupe du monde. C’est également avec ce 5 4 1 que José Mourihno avec l’inter a tué le Barça en 2010.
Le 4 3 3 de l’Angleterre lui a procuré sa seule coupe du monde en 1966, plus de 40 ans après en 2008 le Barça de Pep Guardiola va produire un succulent 4 3 3 pointe basse dans sa variante “faux neuf” avec Lionel Messi dans ce rôle.
Le 4 4 2 plat à été le socle du triplé de Manchester United en 1999.
Ainsi les systèmes de jeu sont dans une perpétuelle mutation compte tenu de l’évolution des recherches dans les instituts portant sur les schémas et les stratégies de jeu mais aussi de beaucoup d’autres facteurs telles que la morphologie des joueurs, l’évolution des lois du jeu ou les sensations de l’entraîneur.
Ces mutations ont fait que certains principes que l’ on pensait immuables comme le légendaire “la meilleure façon de se défendre c’est d’attaquer” a été démenti par les italiens qui ont prouvé que “la meilleure façon de se défendre c’est de bien se défendre d’abord”. Le Brésil qui a tardé à le comprendre et resté sevré de coupe du monde plus de 20 ans, avant de commencer à produire de grands gardiens de buts et avoir une défense rugueuse.
Dans cette quête perpétuelle de performances, certains entraîneurs ont leur système en tête et vont chercher les joueurs ayant le profil pour sa mise en œuvre. Claude Leroy avec les Kunde, Massing, Tataw et autres joueurs de 1m90 pour près de 100kg au Cameroun. Adama Cisse, Mame Birame Mangane, Alboury Lakh au Sénégal en est un parfait exemple. D’autres, heureusement les plus nombreux, conçoivent leurs systèmes en l’adaptant aux différents paramètres.
Les résultats en football ont toujours été tributaires des systèmes de jeu et de leur application.
Il ne s’agit pas aussi seulement de pouvoir mettre en place un système de jeu, mais également de pouvoir lire le système mis en place par votre antagoniste pour réajuster. Pour exemple, il m’est resté en mémoire cette inspiration de feu Youssou Touré Inty qui, face à une défense en ligne bien organisée de son adversaire, a fait replier Pape Fall qui jouait ailier pour le faire partir de derrière comme latéral. Non seulement le problème fut résolu, le match gagné par la SEIB mais la carrière de pape Fall prit la tournure que nous connaissons.
Donc comme nous le constatons il n’y a pas de système de jeu défensif ou offensif dans l’absolu tout dépend de la mise en œuvre donc de l’entraîneur.

Serigne Fallou DIENG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code