CHRONIQUE BALLE DE MATCH : Question de nationalité, l’Etat, la patrie ou la carrière…

(CHALLENGE SPORTS) – La devise, l’hymne national, le drapeau sont des éléments d’identification constitutifs d’un lien identitaire renvoyant à une appartenance à un État, une Nation.
Par des histoires partagées, des valeurs transmises les peuples ont perpétué ces formes d’organisation que cela soit sous forme de République, de Royaume ou d’Empire. Il est arrivé, souvent, que pour défendre leurs territoires délimités par des frontières, ces peuples se soient affrontés à travers des guerres et cela depuis la nuit des temps. Heureusement à côté de ces conflits armés, les populations ont trouvé d’autres formes de confrontations à travers le sport et particulièrement le football.

Bouna SARR serait tenté par endosser la nationalité sportive sénégalaise après avoir lorgné vainement les Bleus.


Bien qu’étant sans canons, ni fusils, chapeautées par la sportivité et le fair play, ces parties sportives ont gardé certains termes d’un vocabulaire teinté de nationalisme. “Mes joueurs ont eu un mental de guerrier”, s’écrie l’entraîneur. “Se battre pour le peuple, défendre nos couleurs”, tonnent les joueurs. “Nous sommes un grand peuple et par cette victoire nous venons de le démontrer”, rugissent souvent les reporters avec une once de chauvinisme.
Des phrases de ce genre, nous les entendons régulièrement des acteurs du football.
À chaque fois, ce lien d’appartenance est réaffirmé avec force. Dans les compétitions internationales, les moments d’exécution des hymnes sont de vive intensité émotionnelle.
Chaque joueur, chaque athlète fredonne avec la main sur le cœur et les yeux rivés sur son emblème national.
Mais voilà que pour diverses raisons, à côté de la nationalité civique renvoyant à un État, on a créé la nationalité sportive dont la définition répond à d’autres critères très divers car dépendant des règlements et lois de chaque pays.
Ainsi, au nom de cette nationalité sportive, un joueur peut être né dans un pays, faire le service militaire, jouer quelques années en sélection nationale et un beau jour changer d’avis pour arborer d’autres couleurs et jouer pour une autre nation.
Les exemples, dans lesquels cette question de nationalité a connu des applications diverses, foisonnent à travers le monde.
Aux Jeux Olympiques, le Royaume-Uni présente une équipe constituée des joueurs issus d’ Angleterre, d’Ecosse, du Pays de Galles, de l’Irlande du nord. Il arrive que certains joueurs ne connaissent pas l’hymne du Royaume-Uni comme cela fut le cas une année avec le capitaine Giggs. Pour la coupe du monde chacun de ces pays a sa propre sélection. Ceci pour confirmer les mots de Pierre de Coubertin: “Une Nation n’est pas nécessairement un État indépendant et il existe une géographie sportive qui peut différer parfois de la géographie politique.”
Alfredo Di Stéphano le légendaire attaquant argentin après six matchs et six buts et un championnat d’Amérique du Sud l’ancien de la Copa America a décidé de jouer pour l’Espagne.
Thiago Silva et Diego Costa les deux brésiliens ont changé de nationalité pour défendre les couleurs de l’Espagne.
Depuis un certain temps le problème des nationalités: partagées ou double se pose avec acuité. Ceci du fait des joueurs qui se soucient plus de leur carrière, des fédérations et pays qui pensent à leurs performances.
Si pour les nationalités partagées, ne concernant que sept pays (France, Chine, Angleterre, États-Unis, Hollande, Danemark, Nouvelle Zélande) il y’a moins de difficultés avec les notions d’anciennes colonies, il n’en est pas de même avec les autre types de nationalités.
Les binationaux:
Le marocain El Haddadi pour quelques minutes joués avec l’Espagne face à la Macédoine en 2016 a perdu toute possibilité de jouer avec les lions de l’atlas, alors qu’il ne connaîtra jamais une seconde sélection avec la Roja.
La FIFA a décidé, lors de son 70e congrès d’assouplir les conditions d’éligibilité des binationaux pour éviter certains cas similaires. À la suite de l’adoption des nouveaux textes par 193 voix pour et 1 contre, Infatinno a eu ce commentaire: “cela touche beaucoup d’entre vous, il y’a certaines situations difficiles que nous avons eues par le passé qui vont être évitées à l’avenir je pense que c’est une bonne nouvelle”.
Voilà donc une situation qui sourit aux africains et qui va accentuer la mobilité des joueurs.
Les sélections vont accueillir de nouveaux types de joueurs, qui compte tenu de leurs choix, seront qualifiés d’étrangers pour les uns, de traîtres pour les autres. Quelques uns leur reprochant leur manque d’engagement ou trouvant bizzare leur passion pour un pays qui n’est pas vraiment le leur.
Davor Sukker s’étonnait de l’émotion de Basile Boly pour la marseillaise, disant que c’est dès qu’il a revêtu le maillot aux damiers de la Croatie qu’il s’est senti pleinement concerné mais pas sous les couleurs de la Yougoslavie.
La mondialisation a touché le sport de plein fouet, les nationalités se négocient on ne soucie plus de la passion, des sensations seules les palmes comptent. Le Qatar est présent à la finale de la coupe du monde de hand ball, le meilleur joueur du Japon au mondial du Beach soccer est brésilien :faisons attention à ce que les nationalités ne soient cotées en bourse.
Mais aussi, tant que c’est possible de tendre la perche à ces enfants de l’émigration pour leurs terres premières accueillons les et faisons leur de la place. Bienvenue à toi Bouna Sarr

Serigne Fallou DIENG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code