CHRONIQUE BALLE DE MATCH: Un destin de champions.

(CHALLENGE SPORTS) – 3 tirs au but à 1, 1- 1, 4-1, 2-1, 0-0 tels sont les scores sanctionnant les matches retour de ce dernier tour qualificatif au Mondial 2022. À chacun de ses scores est lié un sort heureux ou malheureux soit des équipes ou des entraîneurs. C’est selon.

Sénégal /Égypte: Remake de la finale de la CAN.


Cette rencontre a opposé une Égypte revancharde à un Sénégal soucieux de confirmer son rang de champion d’Afrique. Avec le 1 à 0 du match aller les données de ce match étaient claires, mais pas aisées d’après coach Cisse. Cette confrontation qu’on disait à quatre 1/4 temps à fini par en ajouter deux autres avec les prolongations et la séance des tirs au but.
Dans un stade Abdoulaye Wade rempli et surchauffé par des supporters magnifiques, laissant la teranga à la maison tous titulaires d’un master 2 en « lasérologie », et doctorants en huées et « vacarmisme » . Dans cette chaudière, les poulains de Cissé ont eu une première mi temps de feu, tellement irrésistibles, avec un but matinal de Boulaye Dia répondant à un csc de son coéquipier Saliou Ciss au profit des pharaons. Égalité parfaite sur les deux matchs, la 2ème mi-temps fut moins maîtrisée du fait des changements plus ou moins heureux et du dispositif qui s’en est suivi. Les égyptiens n’en profitèrent pas se contentant de faire ce qu’ils savent faire : défendre, tomber, rouspéter. Leur banc QUIEROS et ses deux adjoints Sud américains n’ont rien proposé, sinon conduire les équipes à l’usure et les achever, genre hold up ou aux penaltys. Le Sénégal à deux reprises, a déjoué leur plan. Le Sénégal de cet après-midi du mardi 29 mars a eu de la gueule en plus du talent de ses joueurs, reconnu par tous, et est entré dans l’histoire. Ce genre de match vous aide à vous sublimer, à forger une identité, et à construire un destin.
Un destin vous dites ? Oui un destin de champion et de mondialiste dans la durée car maintenant l’on doit se dire que tout est possible.
L’une des images de ce match c’est également l’entrée de Pape Matar Sarr ce benjamin qui prouve que Cissé est déjà dans la projection pour la prochaine génération.

Tunisie/Mali: le réalisme des aigles.

Voilà la Tunisie qui se qualifie sans marquer le moindre but. Un csc d’un joueur malien à l’aller et ce nul sans gloire au retour. Une qualification à la tunisienne. Pour ce match les maliens ont commis l’erreur, avec l’arrivée des anciens autour de Magassouba, de toucher à la charpente de l’équipe avec de nouveaux joueurs.
Voilà une fâcheuse habitude que nous avons en Afrique de faire appel aux anciens internationaux pour soi disant apporter leur expérience. Très souvent ces anciens n’apportent aucune plus value, sinon raconter leur histoire et pavaner.

Nigeria/Ghana: Ça caillasse à Abuja.

À la fin du match et suite au nul éliminant leur équipe, les supporters nigerians saccagèrent le stade et s’en prirent à leurs adversaires obligés de rallier directement l’aéroport.
Le médecin chargé du contrôle antidopage est décédé sur place.
Entre ces deux équipes c’est une question d’entraîneurs. Le Nigeria se séparant de Gernoth Rohr quelques jours avant la CAN du Cameroun malgré le travail abattu ce qui causa la cassure et les contre performances.
Le Ghana se libérera du serbe Milovan Rajenac après la CAN 2021 et cette défaite mémorable face aux Comores 3 buts à 2. Otto Ado fit mis aux commandes pour un renouveau salvateur.

Algérie/Cameroun: Le couperet de Toko-Ekambi.

À peine à la tête de la FECAFOOT, Samuel ETOO, prit le risque de nommer son pote Rigobert Song à la place du portugais Toni Concelçao. Cette décision déclencha de vives polémiques, car de tradition, au Cameroun à cause des dissensions ethniques et des problèmes de clivages territoriaux, il est fait appel à des techniciens étrangers.
Ce match connut un déroulement cruel et une fin tragique pour les algériens avec ce but couperet venu d’ailleurs de Toko Ekambi qui élimine cruellement les Fennecs. Désillusion ! Alors que l’Algérie se voyait déjà au Qatar, le ciel leur tomba sur la tête. Belmadi a versé toutes les larmes de son corps.
Ce fut un poker gagnant pour Eto’o, car on commençait déjà à convoquer, pour le déplorer, son appartenance à la même ethnie que Song.

Maroc/RDC: Les Lions de l’Atlas plus forts que les Simbas..

La RDC est le seul pays à n’avoir pas participé à la CAN, à avoir le football local le moins structuré, le championnat national, d’un statut amateur, est en voie de suspension pour raison financière.
La sélection nationale, malgré la présence de joueurs de qualité, présente de réelles limites. Son élimination est du reste logique, malgré sa prestation dans l’ensemble des deux matchs.
Le royaume cherifien, malgré la qualité de son championnat le Botola Pro et les performances de ses clubs sur la scène africaine, peine à s’imposer en CAN, élimininé respectivement par le Bénin et l’Égypte lors des deux précédentes éditions.
Les lions de l’atlas ont fait un brillant parcours lors de ces éliminatoires sous la houlette de Vahid Halilhodzic.
On espère que le bosnien conduira la sélection marocaine au mondial, car ses déboires avec Hakim Ziyech la vedette de chelsea, qu’il refuse de convoquer a suscité l’ire des supporters qui le sifflaient en reclamant sa tête.
Si un tel cas se présentait cela ne serait pas une première. Après avoir qualifié le Japon pour le mondial russe il a été limogé à deux mois des compétitions avec comme motif « choc culturel ». Il demandait aux joueurs de » tricher pour obtenir des penaltys » de « s’extorioriser »
Avant cela aussi Vahid a été remercié par la fédération ivoirienne, après avoir qualifié les éléphants pour le mondial sud africain, alors qu’il n’avait enregistré qu’une seule défaite en 24 matchs.
Cette fois ci, le coup de fil du roi du Maroc sur le bord du terrain, à la fin du match sauvera peut-être sa tête et qu’il sera bien au Qatar.
Le tirage des poules se fera ce vendredi à Doha la capitale de cette petite péninsule de 11 586km2 Al Rihla c’est le nom du ballon officiel du mondial, nous prions pour que nos lions l’apprivoisent et le catapultent plusieurs fois au fond des filets adverses et qu’avec le Sénégal, l’Afrique atteigne pour la première fois les 1/2 voire la finale et pourquoi pas rentrer avec la coupe.
Nos vœux ardents les accompagnent.

Serigne Fallou DIENG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code