OPINION CONFRATERNELLE : Khalifa Diakhaté ancien Président ORCAV de Dakar et de GFC : Faut-il organiser le championnat national populaire (CNP) face à la situation scolaire ?

(CHALLENGE SPORTS). Depuis le 14 Mars 2020 Les cours sont suspendus dans les établissements scolaires, universitaires et de formation suite à la propagation du virus Covid-19. Cette situation qui perdure a entraîné un déficit dans le quantum horaire des enseignements. L’état et les acteurs du système éducatif tentent depuis lors de réduire le gap par des cours à distance qui charrient beaucoup de limites dont la fraction numérique. Le report de la reprise des cours du 02 juin 2020 a hypothéqué l’avenir des classes intermédiaires. Mais aussi les compétitions navétanes qui se jouent le plus souvent en période de vacances.

Khalifa Diakhaté ancien Président ODCAV de Guédiawaye et ORCAV de Guédiawaye.

Quelles que soient les mesures prises, l’année scolaire est écornée avec ses conséquences sur le cursus des apprenants. 

Le décret présidentiel réorganisant les examens n’est pas encore publié et on peut penser qu’ils se dérouleront dans une période favorable aux activités de vacances c’est à dire entre août et octobre 2020.

Les principaux acteurs sont souvent des élèves, des étudiants, des enseignants et le CNP dans un tel contexte peut influer négativement sur les résultats des  examens. Le mouvement est devenu un phénomène social et quand l’ASC joue, tout le quartier ou le village se mobilise.

Dans un tel contexte où tous les segments ont consenti à faire des sacrifices, le mouvement « Navetanes », doit se dire : que faire face à la situation scolaire ?

Des réflexions s’imposent

Mais aucune date n’est retenue pour éradiquer le virus d’où le déconfinement ailleurs et allègement des mesures barrières chez nous pour atténuer les conséquences économiques sociales. Continuons les prières et respectons les mesures édictées.

Il est vrai que sans le CNP, le manque à gagner est énorme, car durant cette période, se déroulent souvent dans les stades une activité économique intense avec les vendeurs  et leur tontine, l’emploi temporaire avec les bénévoles, le social (pour la préparation psychologique), les imprimés, le transfert des joueurs (une aubaine pour les pratiquants) et la formation continue pour les arbitres et les administratifs et autres.

Dans une telle situation l’intérêt national prime sur tout. L’état et les collectivités territoriales sont des partenaires stratégiques du mouvement associatif.

A travers un comité interministériel élargi aux syndicats d’enseignants, aux mouvements associatifs, à des ONG et des spécialistes on peut trouver un programme alternatif au CNP.

Il faudra surtout organiser des cours de renforcement, mener des activités de sensibilisation sur la nécessité de changement de comportement des sénégalais, les questions d’environnement de santé et d’hygiène. Chaque localité a ses spécificités et ses priorités.

Les programmes ficelés doivent recevoir un appui du fonds de riposte,  du soutien des ministères concernés et de la subvention de l’état et des collectivités territoriales jadis destinée au fonctionnement du mouvement « navetanes ».

Cet article  cherche tout simplement à susciter le débat autour d’idées novatrices pour démontrer la capacité d’adaptation et d’anticipation du mouvement associatif.  

Khalifa Diakhaté

Militant mouvement navétanes

et acteur de l’école

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code