OPINION CONFRATERNELLE : Techniciens locaux des Lions de la décennie : Style, flair et approche. Aliou Cissé : le choix de la stabilité.

Dossier d’ADAMA NDIONE

(CHALLENGE SPORTS). En devenant sélectionneur national du Sénégal le 4 Mars 2015 en remplacement d’Alain Giresse, Aliou Cissé ne se doutait peut-être pas qu’il resterait à la tête des Lions aussi longtemps. Aujourd’hui avec 51 matchs à la tête de la sélection, Cissé affiche un bilan élogieux de 32 victoires, 13 matchs nuls et 6 défaites. Seulement voilà, la plupart des défaites de Aliou Cissé à la tête de la sélection sont des défaites qui lui coûtent chères : en quarts de finale de la CAN 2017 contre le Cameroun (match nul puis tirs aux buts), contre la Colombie à la Coupe du Monde 2018 (0-1), contre l’Algérie à la CAN 2019 (deux fois, en poules et en finale 0-1 à chaque fois).

Cissé a réussi à bâtir une équipe forte et dynamique autour de jeunes talents.

Ce bilan cristallise toute la situation du natif de Ziguinchor, à la tête de la sélection. Réputé pour être tombé sur un des meilleurs groupes des Lions de l’histoire, Aliou Cissé n’a toujours pas remporté de trophées, malgré un gros potentiel. Ainsi, ses pourfendeurs évoquent généralement des carences tactiques qui lui ont souvent coûté des matchs-couperets.

En 2017 contre une équipe du Cameroun bien regroupé et qui opte pour un milieu de terrain densifié et un bloc bas, Cissé n’a jamais eu l’ingéniosité d’exploiter son potentiel avec ses joueurs de couloir. Si les entrées de Saliou Ciss en remplacement de Cheikh Mbengue blessé (86e mn) et de Moussa Sow pour Mame Birame Diouf (65e) peuvent être considérés comme des poste pour poste, Cissé aura été accusé de maladresse quand il fait entrer le joueur à vocation « défensive » Pape Alioune Ndiaye à la place de Cheikhou Kouyaté à la 109e mn des prolongations, alors que l’explosivité d’Ismaïla Sarr aurait peut-être eu raison de la défense camerounaise qui avait commencé à pêcher physiquement.

Lors de la défaite en 3e match de coupe du monde contre la Colombie où seul un match nul suffisait pour aller plus loin au 2e tour, les Lions sont étonnamment passifs devant des colombiens qui ne demandaient que cela. Sous une sorte de pression populaire, c’est Khadim Ndiaye qui aura été choisi dans les buts, dans un match qu’Aliou Cissé aborde en 4-4-2 à plat, avec Kouyaté et Gana Guéye dans la récupération, Sadio Mané et Ismaila Sarr sur les coté, ensuite Mbaye Niang et Keita Baldé devant.

Sénégal/Colombie Russie 2018, un des meilleurs de Cissé sur le banc des Lions malgré la défaite et l’élimination.

Certes dans ce match, le Sénégal a mieux géré son match. Sauf que ce but à la 74e minute de Yéri Mina sur corner aurait pu être évité si le Sénégal avait opté pour une densification de ses options défensives dans un match où un nul suffisait. Erreur tactique ou pas, le Sénégal prend ce but dans la foulée d’un changement défensif (Wagué pour Sabaly) et le corner qui était sur le point d’être tiré. Les deux autres changements poste pour poste (Konaté pour Keita Baldé à la 80e, Diafra pour Niang à la 86e) n’auront pas sauvé les apparences. Le match s’est joué sur de petits détails tactiques. Cissé va devoir apprendre. N4empêche on ne lui enlève pas un style gagnant depuis son arrivée à la tête des Lions : la prudence et la stabilité.

A la CAN 2019 les vieux démons ont encore resurgi. Aliou Cissé, a rencontré l’Algérie de Belmady qui évolue dans un 4-1-4-1 immuable, mais n’a jamais réussi à résoudre les problèmes tactiques du sélectionneur des fennecs.    

De son 11 initial lors du match de groupe où il perd 1-0 suite à un but de Youssef Belaïli à la 49e mn, à celui de la finale et ce but matinal de Bounnedjah, Cissé est passé d’un 4-2-3-1 à un 4-3-3, qui aurait pu faire recette s’il avait démarré ce match dans des conditions optimales. Il restera tout de même que l’équation Belmady n’aura jamais été résolue par Cissé.

Aujourd’hui Cissé est le sélectionneur qui a le plus duré à son poste avec un bilan élogieux et un style de jeu qui a donné presque des résultats escomptés. Aliou Cissé, à qui on reproche souvent des carences tactiques malgré une équipe qui gagne près de 64 % de ses matchs et n’en perd que les 12 %, réussira à rester à jamais dans l’histoire du football sénégalais, s’il réussi à remporter la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, prévue au Cameroun, en 2021.  

ADAMA NDIONE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code