OPINION CONFRATERNELLE : Techniciens locaux des Lions de la décennie : Style, flair et approche. L’intérim de Joseph Koto ou la transition douloureuse.

Un dossier d’ADAMA NDIONE

(CHALLENGE SPORTS). Le Sénégal sous Joseph Koto a été une vraie période trouble. Le français Pierre Lechantre est nommé sélectionneur des Lions dès le 27 Avril 2012, un peu plus de deux mois après le départ d’Amara Traoré. Sa signature est annoncée en grande pompe par le président de la Fédération Sénégalaise de Football, il donne des interviews où il décline son ambition pour les Lions, mais se rétracte deux semaines plus tard, à la faveur d’offres plus alléchantes qu’il aurait reçues d’Al Arabi au Qatar.

Sénégal/Côte d’Ivoire, l’examen de passage de Joseph Koto.

Me Augustin Senghor panique, tente de se justifier et dénonce l’attitude peu professionnelle de Lechantre, qu’il accuse de l’avoir « fait chanter ». Mais il faut réagir vite, la crise n’est pas loin. Pendant ce temps-là chez les U23, un entraîneur est là qui ne demande qu’à être promu chez les A. Koto sera désigné sélectionneur des Lions dès début juillet 2012, mais officiellement comme intérimaire.

Mais le temps presse. Il faut préparer vite les éliminatoires de la CAN 2013 (la Caf ayant décidé de transférer la Coupe d’Afrique des Nations dans les années impaires à partir de 2013, ndlr).      

La particularité des éliminatoires de cette première phase finale en année impaire est qu’elle se joue en double confrontation en aller et retour. Et le hasard du calendrier fait que les Lions doivent faire face aux Eléphants, d’abord à Abidjan puis à Dakar.

Koto convoque certains cadres qui n’étaient plus appelés depuis la débâcle de Bata, à savoir Moussa Sow, Demba Bâ, Kader Mangane et Issiar Dia. Il rappelle aussi Pape Kouly Diop, qui n’était plus appelé sous Amara Traoré. Aussi, le nouveau sélectionneur tente un amalgame plus ou moins équilibré en convoquant huit joueurs de l’équipe olympique quarts de finalistes des JO de Londres que sont Serigne Modou Kara Mbodji, Pape Ndiaye Souaré, Sadio Mané, Moussa Konaté, Ousmane Mané, Idrissa Gana Guèye, Pape Samba Guèye et Mohamed Diamé qui avait pris part à la Can équato-guinéenne.

Mais les contre-performances se sont enchainées, le public a trinqué, le stade suspendu. Après avoir perdu 4-2 à Abidjan à l’aller, Koto et ses joueurs sont battus 0-2 à domicile, et le match est arrêté à la 73e minute pour cause d’échauffourées dans les tribunes.  Le 11 de Koto interpelle surtout en ce sens qu’il met en attaque trois joueurs qui sont des attaquants de pointe : Papis Cissé (capitaine), Moussa Sow et Demba Ba. Abondance de biens ne nuit pas, à la seule condition de bien les utiliser. Dans ce match, tactiquement il était quasi impossible pour les Lions de Koto de marquer, car tous les trois joueurs de devant sont des finisseurs qui sont rarement dans la construction mais plutôt dans la finition. Cela a provoqué souvent des télescopages sur certaines actions.

Face à une défense composée de Siaka Thiéné, Kolo Touré, Souleymane Bamba et Emmanuel Eboué, et un milieu de terrain densifié avec Didier Zokora, Yaya Touré et Cheikh Tioté, l’équipe de Koto a étouffé. Dans la mesure où Dame Ndoye a plus joué en attaque qu’il n’a aidé ses compères du milieu de terrain, Ricardo Faty et Mouhamed Diamé n’ont rien pu faire, avec un Ousmane Mané frileux et inexpérimenté en sélection A. Koto était passé à côté. Il sera remercié dès le lendemain.

ADAMA NDIONE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code