« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Papa Lamine NDOUR STADES : Quand l’armée et « San Miguel» prenaient le pouvoir à Bata.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Pape Lamine Ndour dans les tribunes du stade de Bata.

Il me sera difficile de ressasser le passé. Huit ans après, les faits sont certes constants mais les retracer avec exactitude me parait difficile. D’autant que l’oubli est un gigantesque océan sur lequel navigue un seul navire, qui est la mémoire. Comme le mythe de Sisyphe, me voilà alors condamné par mon Grand Abdou Latif Diop, à rouler une pierre sur une montagne. J’espère que mon disque dur cérébrale ne va pas me trahir. Et que les pistes des différentes étapes qui m’ont mené à ma première grande expérience de football dans ma carrière de journaliste, défileront sans crasher dans mon lecteur de souvenirs. Les anecdotes sont nombreuses dans ma « jeune » carrière de 15 ans dans ce métier. Mais toute chose a une première et celle de 2012, pour ma première Coupe d’Afrique des nations de football, reste alors plus que fabuleux dans les souvenirs même si j’avais depuis 2007, commencé à suivre l’équipe nationale du Sénégal dans différents théâtres d’opérations à travers l’Afrique.

La pression d’une exaltante mission

Le stress d’un envoyé spécial pour la première fois.

J’étais un employé de Walfadjri à l’époque et particulièrement un reporter de Walf Sports qui était un des supports du groupe avec Walf Grand Place.  On était deux envoyés spéciaux choisis, Khalifa Ababacar Guèye et moi.  Deux jeunes, débordant d’énergie et qui avaient envie de casser la baraque et se singulariser dans le traitement de l’information.  Je connaissais déjà la position d’envoyé spécial car ayant déjà couvert des matchs à l’extérieur comme celui contre l’Algérie en 2007. Cette fois, c’est la CAN, le must de toutes les compétitions mises en jeu par la Confédération africaine de football (CAF). Il fallait donc marquer le coup et prouver que l’investissement sur nous, n’est pas vain car la concurrence était bien réelle sans compter les quotidiens d’informations générales qui devaient également envoyer des journalistes pour cet évènement.  C’était alors une fabuleuse pression professionnelle.  Cette découverte de la Guinée Equatoriale qui devait abriter l’évènement, m’excitait. J’avais l’impression d’être dans une autre dimension. Je bougeais au ralenti mais tout ce qui était autour de moi bougeait tellement vite. Et je ne voulais qu’une chose moi, pousser les portes de Bata où le Sénégal était logé en compagnie de la Zambie, la Guinée Equatoriale et de la Libye. Ce qui arrivera le 19 janvier 2012 dans la nuit. J’avais hâte de me lever le matin et voir la ville de Bata.

Assurer ses arrières, c’est le premier souci de tous les présidents Africains. Surtout si on est venu au pouvoir par coup d’Etat, il faut renforcer la sécurité surtout qu’on n’est pas à l’abri du même putsch. Le président Equato-guinéen l’a compris. Teodoro Obiang Nguema est arrivé au pouvoir en 1979, après avoir renversé son oncle Francisco Macias Nguema pour prendre les rênes du pays. Et installé les militaires dans les coins et recoins de son pays pour veiller au grain. La forte présence de ces hommes de tenue était l’image frappante qui décorait le pays. Mais, Nguema, ne s’était pas limité seulement à lâcher ses militaires. Le président, conscient de l’enjeu de l’internet source d’émancipation intellectuel, a réussi dans sa politique à contrôler ce réseau super puissant pour plonger dans une profonde ignorance son peuple. Dès lors, l’internet était un bien rare dans ce pays. La connexion venait par à-coup. Tout était contrôlé dans ce pays.  En lieu et place, la beuverie restait la chose la mieux partagée en Guinée Equatoriale. « San Miguel », la bière locale faisait des ravages. Des bars et des bistrots sont partout installés dans la ville de Bata. Et ce ne sont pas des clients qui manquaient. A chaque bar, sont assis au moins une dizaine de personnes.   Le taux de personnes instruit reste faible. Et les quelques intellectuels de ce pays devaient se ranger du côté de la famille Nguema au risque de terminer leur vie en prison. Parler du nom du président était presque un crime dans ce pays. On usait alors de métaphores pour parler de Nguema. La population de la Guinée équatoriale était caractérisée à l’époque par une inertie sans commune mesure.  La preuve, malgré le nombre de chantiers important noté dans cette contrée, il y a peu de   locaux qui y travaillent. La totalité de la main d’œuvre venait du Cameroun, du Sénégal, de la côte d’Ivoire et même de la Chine, de l’Espagne.

Notre arrestation par les militaires

Qu’importe, on s’était plu dans notre nouvel environnement. Je me souviens également de notre arrestation dans une zone portuaire. Alors qu’une télévision sénégalaise filmait les installations portuaires, les militaires qui avaient des yeux de lynx, avaient tout vu de loin, avant de se ruer vers nous et nous arrêter tous. On était plus de 20 journalistes qui étaient en mode excursion mais nous avions fini au poste de garde.  Les autorités sénégalaises étaient alors contactées pour nous tirer d’affaire. Même le ministre de l’information et de la communication de l’époque, Aziz Sow était entré dans la danse en contactant son homologue guinéen après l’intervention de l’ambassadeur qui avait pourtant reçu un niet de la part des autorités militaires. Le dernier recours était alors de câbler le ministre qui finira par décanter la situation après presque trois heures dans les locaux des militaires mais il fallait effacer toutes les images qui étaient prises dans cette zone militaire. Ouf de soulagement pour tout le monde.

Les Lions, la queue entre les pattes

Les journalistes qui étaient présents à Bata, avaient l’impression d’être sur des nuages avant même le coup d’envoi de la compétition. Confiance débordante grâce à la belle équipe que conduisait Amara Traoré. Une brochette de talents avec Demba Bâ, Mamadou Niang, Dame Ndoye, Moussa Sow, Papis Demba Cissé tous «killers» sans compter  Souleymane Diawara, Lamine Sané, Kader Mangane en défense,  Tavarez et Rémi Gomis au milieu, le Sénégal était le grandissime favori de ce tournoi. Et les Lions avaient le privilège d’être programmés le jour du match d’ouverture. Des instants magiques dans l’antre du Estadio de Bata. Moments inoubliables pour ceux qui s’étaient déplacés au stade pour garder un souvenir vivace et des histoires à raconter à leurs fils ou même petits fils. Oui, l’extase était à une dimension inimaginable dans le stade. Le réglage au millimètre près. Oui, le spectacle a été à la hauteur des attentes du peuple, du continent africain. Et dans le terrain, on n’avait jamais imaginé que le Sénégal allait faire juste un aller-retour enregistrant trois défaites sur le même score de 2-1 en match d’ouverture contre la Zambie, la Guinée Equatoriale ou encore la Libye. Les Lions quittaient alors la compétition, la queue entre les pattes. Nguirane Ndaw s’évanouissait au coup de sifflet finale contre la Libye. Amara Traoré parlait lui de « choses irrationnelles » alors que si on cherchait l’explication technico tactique, la sélection de 2012 était bien déséquilibrée. Ils ont débarqué en taille patron en Guinée Equatoriale, mais Niang et ses partenaires sont rentrés, tête basse.

Papa Lamine NDOUR STADES

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code