OPINION CONFRATERNELLE : UN MATCH AMICAL, DES ENSEIGNEMENTS ET DES INQUIÉTUDES.

Par Adama NDIONE

(CHALLENGE SPORTS). Je me suis posé mille et une questions à l’issue de cette défaite du Sénégal face au Maroc. Des questions surtout dans le choix des hommes, le projet de jeu, ce que Aliou Cissé a voulu faire de manière spécifique dans ce match là, où beaucoup de spécialistes ont eu du mal à faire une analyse cohérente de ce que le Sénégal a proposé hier à Rabah. Voici notre opinion.

Un match plein d’enseignements.

Les matchs de reprise ne sont jamais aisés, et généralement la plupart on se cherche. C’était le cas du Sénégal d’Aliou Cissé qui arrive à Rabah avec un groupe remanié, amputée de toute une colonne vertébrale avec les absences de Mendy (et de Gomis), du capitaine Kalidou Koulibaly et de Sadio Mané (en plus des absences notables de Mbaye Niang et Diao Baldé Keita).

La stratégie tactique des Lions, à quoi cela ressemble ?

Pour bien comprendre la manière de jouer de Cissé, clarifions une chose d’abord: les 4-4-2 à plat servent généralement aux techniciens à mieux attaquer, en passant par les côtés, avec des joueurs de couloir rapides et techniques capables de déborder et de proposer de bons centres dans le troisième tier, mais aussi et surtout avec deux milieux récupérateurs de confiance, capables aussi de garder le ballon, et dont au moins, l’un des deux peut parfois casser les lignes en une passe, aller en box to box pour parler comme les anglais. C’est une tactique à vocation « offensive ».

A contrario, le 4-4-2 en losange permet surtout d’avoir une bonne assise au milieu en constituant un bloc médian compact, afin d’obliger un adversaire technique jouant bien au ballon (et potentiellement supérieur) de passer par les côtés, ce qui amoindrit son rendement global. C’est une tactique à vocation « défensive ».

Confusion autour de l’animation

En l’absence de Sadio Mané, Sidy Sarr ou Crépin pour l’animation offensive?

En mettant dans ce match deux attaquants de pointe (Baba Thiam et Famara Diédhiou) ensemble, plus deux joueurs hybrides comme Krépin et Sarr (un relayeur et un excentré), la logique aurait voulu qu’Aliou Cissé jouât dans un 4-4-2 à plat en ayant Krépin et Sarr sur les côtés, puisque le joueur de Bruges peut aussi évoluer sur les flancs avec la même percussion

Mais au vu des 30 premières minutes de jeu, la lecture était autre. Au début, on a vu Baba Thiam jouer à gauche tandis que Sarr était isolé à droite avec une vingtaine de minutes sans grand-chose. Or si le projet était d’animer le jeu en 4-3-3, l’un des deux attaquants de pointe Famara ou Baba aurait dû rester sur le banc, et Krépin aurait été au cœur du jeu en pointe haute devant Gana et Kouyaté.

Impossible de faire du jeu dans ce schéma…

Le schéma tactique de Cissé en question.

Autre lecture, du moment où Aliou Cissé a décidé de mettre deux pointes, c’aurait été pour mettre en même temps deux excentrés dans un 4-4-2 à plat, comme nous l’avons dit plus haut.

Au cas où il voulait évoluer en 4-4-2 losange, non seulement la présence de Sarr dans le 11 paraîtrait incompréhensible, mais il aurait surtout mis une sentinelle en pointe basse devant la défense (Sidy Sarr? Loum Ndiaye ?), plus deux relayeurs qui auraient pu être Idrissa Gana Guèye ou un Joseph Lopy par exemple, tandis que Krépin Diatta évoluerait en pointe haute du losange juste derrière Baba et Famara.

Quand les Marocains ont choisi de laisser le ballon aux Sénégalais…

Un autre gros souci selon moi, c’est que dans un match où Wahid a laissé la balle à Cissé, ce dernier, à la faveur de sa technique plutôt énigmatique et illisible, ne savait plus quoi faire de la balle à chaque possession. Et mieux encore, les arrières sénégalais ont à peine effectué des centres pour les joueurs de tête que sont Baba et Famara.

Dans le football moderne, les équipes qui font les meilleurs résultats sont celles dont les arrières latéraux sont performants. Cela est un fait. Et pour preuve, le joueur de l’Inter de Milan Ashraf Hakimi est à l’origine du but de Hamalla sur l’ouverture du score.

Malgré tout, quelques satisfactions quand même…

Quelques uns ont montré tout de même de bonnes choses.

Le projet n’y était pas et tout était confus dans le jeu proposé par Cissé. En conférence de presse d’après match, le technicien sénégalais a déclaré qu’il n’y avait « pas péril en la demeure », que ce match n’était qu’une simple bourrasque, pour le paraphraser.

Ousseynou Ba a montré des choses intéressantes en défense centrale à travers ce match, dans le jeu aérien, la couverture et l’anticipation. Il a aussi été au rendez-vous dans les duels et la relance. Une association avec Koulibaly pourrait être envisageable dans l’avenir.

Ce n’était donc qu’un match amical, dira-t-on. Mais ce match contre le Maroc est quasiment identique aux deux contre l’Algérie en Can 2019, où les moyens tactiques étaient inexistants. Cissé n’aura donc pas retenu les leçons des défaites contre l’Algérie en Can, car on a semblé entrevoir les mêmes difficultés contre les Lions de l’Atlas que contre les Fennecs.

Par ailleurs est-ce que cette défaite sera une « bonne chose » en ce sens que ça permettra à Aliou Cissé de se « remobiliser » ? La Mauritanie est, toute proportion gardée, un cran en dessous du Maroc côté potentiel mais les Mourabitounes l’auraient aussi remporté, tellement la prestation était terne.

Mardi prochain à Thiès sur une pelouse difficile et pas de qualité idéale, il aura l’occasion de rectifier, et de prouver que tous ces doutes que les fans des Lions ont de lui ne sont que des impressions, mais qu’il sait où il veut aller. Comme il l’a dit, « il n’y a pas de péril en la demeure ». Wait and see!

ADAMA NDIONE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code