« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Abdoulaye THIAM SUD QUOTIDIEN : Quand Desmond Tutu m’a serré la main en me disant Nangadef.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Abdoulaye THIAM actuel rédacteur en chef de SUD QUOTIDIEN interviewant ici l’ancien international Demba BA.

Dans ma toute petite carrière de journaliste, j’ai eu à accumuler beaucoup de souvenirs. De bons et de moins bons. Pour ne pas dire bien entendu, des mauvais. Je n’ai pas couvert la CAN 2002 à Bamako, mais j’avoue que j’ai retenu de très bons souvenirs quand j’allais chez les familles des joueurs pour vivre la CAN avec elles afin de le rapporter dans mon journal. J’ai couvert sept coupes d’Afrique, mais celle qui m’a marqué la plus, est sans le nul doute ma première en 2004 en Tunisie. C’était mes premiers faits d’armes dans une CAN. Je me rappelle quand le Sénégal est éliminé en quart de finale par la Tunisie dans le brouillard de Rades, on est allé au marché pour faire nos emplettes. On était tellement amère et les esprits étaient très tendus. D’un coup, j’ai entendu quelqu’un qui hurlait à tout va : « ne me touchez pas, dégagez hors de ma vue etc ». Il était furieux et il insultait en wolof. Je me dis qu’il doit être un sénégalais. Quand je me suis retourné, j’aperçois que c’était feu Demba Mballo photographe. Il était très affecté par la défaite, l’élimination du Sénégal. Il était entouré par des Tunisiens et il hurla à tue-tête. Il avait le sang chaud. On est intervenu et on l’a calmé. C’était notre première sortie après la belle coupe du monde en Asie et un statut de vice-champion d’Afrique. Naturellement on faisait partie des favoris de cette CAN 2004. C’était vraiment une réelle déconvenue parce que très sincèrement y avait de la place pour le Sénégal. Cette déception m’a beaucoup marquée.

Abdoulaye Thiam en compagnie ici d’Alioune Badara FALL de l’Observateur lors de la CAN 2004 en Tunisie.

J’ai couvert également deux coupes du monde en 2010 en Afrique du Sud et 2018 en Russie, mais les émotions que l’on vit dans une CAN est incommensurable. J’ai eu la chance de couvrir plusieurs grands événements sportifs dans le monde dans plusieurs disciplines, mais pour tous ceux que j’ai vécus, ma première CAN à Tunis et la finale tout récemment de 2019 au Caire m’ont vraiment marquées. Si 2004 était ma première expérience de campagne, 2019 restera aussi indélébile dans la mesure où c’était la première fois que j’assiste sur le terrain un parcours aussi élogieux des Lions du Sénégal en tournoi international. Et en plus en tant que Président de l’Association nationale de la presse sportive du Sénégal (ANPS). Près de quatre-vingt journalistes et photographes sportifs à gérer durant toute une CAN, c’était vraiment exaltant. Les autres faits marquants de ma petite carrière de journaliste, c’est le fait de côtoyer sur le terrain pendant ces campagnes de grands journalistes très chevronnés, rompus à la tâche disons. Je peux citer des confères comme Babacar Khalifa Ndiaye pour qui j’ai énormément de respect et de considération. J’ai eu la chance d’être avec lui pendant un mois en Afrique du Sud au mondial 2010. Et le fait marquant c’est que dans le vol de South African Airlines, j’ai partagé l’avion avec le grandissime Desmond Tutu prix Nobel de la paix. C’était extraordinaire de le rencontrer. C’était comme si je rencontrais Nelson Mandel himself. Dés que je l’ai aperçu à l’aéroport je suis allé vers lui.

Abdoulaye Thiam 3e à partir de la gauche en jacket noir en compagnie des confrères de l’Anpas (de g à d: Mbaye Séne, Amedine Sy, Thiam et Bacary Cissé)

Je l’ai abordé en lui disant que je suis sénégalais. Il m’a répondu « Nangadef » en me serrant la main.  J’étais aux anges. J’ai pris une photo avec lui. Malheureusement je ne sais plus où est ce que je l’ai encore. Mais l’apothéose, c’est quand je suis dans les gradins pour regarder la finale entre les Pays Bas et l’Espagne. Pour la première fois j’assiste à une finale de mondial de football. Cela n’arrive pas tous les jours pour un jeune journaliste. C’est un souvenir inoubliable. Quand j’ai vu le stade plein à craquer, mes yeux pétillaient. Le stade était orange. C’était émouvant si l’on sait le rôle que la Hollande a joué dans l’abolition de l’apartheid. J’apercevais Nelson Mandela faire son entrée dans le stade. J’avais des frissons. C’était très fort pour moi de regarder Mandela en chair et en os même si c’était à partir des gradins. C’est inoubliable. Cela m’a beaucoup marqué.

D’autres personnalités que j’ai eu à rencontrer m’ont également marqué. Je peux citer le Président de la FIFA, de la CAF, du CIO, de l’IAAF de l’époque Lamine Diack. Ce dernier pour qui j’ai beaucoup de considération m’a marqué par son humilité et sa personnalité. Il m’a aidé plusieurs fois dans ma jeune carrière de journaliste.

Abdoulaye Thiam en compagnie de l’Athlète Sénégalo-Belge Nafissatou Thiam lors des championnats du monde d’Athlétisme de Dague

Ma rencontre avec Macky Sall dans sa Suite d’Hôtel…

Thiam en compagnie du Ministre des Sports Matar BA lors d’une soirée de l’Anpas.

Je me souviens aussi à Buenos Air en Argentine, j’étais le seul journaliste sénégalais qui couvrait les Jeux Olympiques de la Jeunesse. J’avais la chance de rencontrer le Président Macky Sall dans sa Suite d’Hôtel pour l’interviewer. L’entretien est barré à la UNE de Sud Quotidien et diffusé en boucle dans la matinale de Sud Fm. C’était extraordinaire. J’ai tout fait pour obtenir cet entretien avec le Président de la République. J’ai remué ciel et terre pour l’accrocher. J’ai acculé El Hadji Kassé pour avoir cette interview. Finalement on m’a obligé d’envoyer un protocole d’interview et accepter l’obligation de ne pas parler politique, que du sport. J’ai accepté et respecté ces conditions. Quand je dormais dans mon hôtel et le téléphone sonne. On me dit que le chef de l’Etat m’attend. J’ai sursauté et enfilé ma veste pour filer vers l’hôtel Intercontinental où logeait le Président de la République. Cette interview m’a fait énormément de plaisir. J’ai reçu les félicitations de ma direction et j’étais très fier de moi.

Gérer près de 80 journalistes dans une campagne, n’est pas toujours facile.

Abdoulaye THIAM, par ailleurs Président de l’ANPS lors d’une campagne de CAN en Guinée Equatoriale.

Ce métier m’a permis de nouer des contacts dans le milieu sportif. J’ai parlé de Babacar Khalifa Ndiaye, mais aussi y en a d’autres comme Mamadou KOUME que j’apprécie beaucoup de par son humilité. C’est un doyen qui a beaucoup contribué et avec brio d’ailleurs à notre formation dans la pratique du journalisme sportif. Je peux citer encore d’autres comme Fantamady Keita toujours humble, il se rabaisse à notre âge. Il est jovial et sympathique. Y a également des gens formidables qui m’ont marqué dans le métier. Je veux nommer Salif Diallo, Harouna Déme, Amedine Sy, Youssouph Badji, Grand Yacinthe Diandy et beaucoup d’autres aussi qui ne sont plus là comme Mballo photographe, Lamine Mbaye avec qui j’ai fait ma maitrise, le master de journalisme ensemble, on partageait la même chambre en 2008 à Tamalé au Ghana. Il était à l’As à l’époque. La CAN 2019 en Egypte m’a très marqué parce que c’est la seule jusque là que j’ai dirigée en tant que Président de l’ANPS. Je l’ai dit plus haut. On avait un nombre record de journalistes qu’on a réussi à gérer sans grands couacs. Cela aussi fait partie des beaux souvenirs de CAN. Ce n’était pas facile. Mais on l’a réussi quand même. J’ai eu également une petite expérience en tant que Président de l’ANPS à conduire la délégation des journalistes à la coupe du Monde Russie 2018. C’était vraiment exaltante comme mission. J’ai eu à participer aux congrès de l’AIPS à Bruxelles, à Lausanne et tout récemment à Budapest Ce sont des rencontres qu’on n’oublie pas non plus. Et tout cela je le dois au Groupe Sud Quotidien où je travaille depuis 2001. Je n’ai travaillé que dans ce groupe Le seul organe que j’ai connu. J’ai gravi les échelons. J’ai commencé en tant que stagiaire, puis pigiste, reporter, chef desk sport, chef d’édition et aujourd’hui rédacteur en chef. Dieu merci. J’ai été témoin de beaucoup de choses dans la tanière. Avec mon ami Ndiassé Sambe on était toujours à la recherche effrénée d’informations. On a vu beaucoup de choses. Certaines on les a écrites et d’autres non pour des raisons d’éthique ou professionnelles.

Abdoulaye THIAM SUD QUOTIDIEN

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code