« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Assane Ndiaga DIOP : Globe-trotter, le Protocole de la presse.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Assane Ndiaga en compagnie du doyen Babacar Khalifa Ndiaye dans les gradins du stade de Caire.

Du Nigeria en 1980 en Egypte récemment en 2019, j’ai couvert plusieurs « CAN ». 1980 au Nigeria, 1984 en Côte d’Ivoire, Maroc en 1988, Alger en 1990, Mali 2002, Gabon/Guinée Equatoriale 2012, Guinée Equatoriale 2015, Gabon 2017 et Egypte 2019. Des phases finales qui m’ont permis de découvrir beaucoup de choses, connaitre le monde de la presse et du sport. Nous sommes en 1980 à la 12 ème édition de la CAN, ce fut ma grande première. J’étais l’un des rares journalistes avec Ibrahim Soumaré l’actuel Directeur General de OUEST TV, à couvrir l’évènement. Lui pour le Compte de « JEUX D’AFRIQUE » et moi comme envoyé spécial d’un journal édité en Côte d’ivoire : LE SPORTIF IVOIRIEN. Un canard dirigé par le défunt Albert Daheraut avec comme Red Chef le défunt Alphonse Boulamou. Paix à leurs âmes. Nous étions basés à Lagos cette ville grouillante, logés dans la Zone d’IKEDJA à une quinzaine de kilomètres du Stadium National Surulere de Lagos. C’est là-bas où on passait toute journée avant de regagner l’hôtel tard dans la soirée. La finale s’est jouée le 22 mars 1980 au cours de laquelle le Nigeria coaché par le brésilien Otto Gloria laminait l’Algérie 3 buts à 0. 

Assane Ndiaga dans les studios de RFI.

« Messieurs les journalistes, le ministre a payé votre séjour »

En 1984, ma deuxième CAN en Côte d’Ivoire restera un grand souvenir. Nous étions pris en charge par Laurent Dona Fologo alors puissant ministre des sports. Presque tous les envoyés spéciaux de la presse étaient logés à l’Hôtel Ibis du plateau face au Stade Houphouët Boigny. Je me rappelle feu Kabinet Kouaté, Leon Folquet  (actuel Président du Comité Olympique Gabonais) feu Ronny Mba Minko, feu Steph Malongo du Congo,  Kabala Muana Mbuyi de la RDC, feu Jean Diatta et Gerard Dreyfus, feu Jean Gilbert Foutou  du Congo,  feu Pakebo Jackson du Cameroun, Abel MBengue du Cameroun,  Mensha NGnamey du Togo,  Djibril Traoré du Mali, Fekrou Kidane d’Ethiopie,  Ben Soumaro, Fantamady Keita de la Guinée, Ibrahim Soumaré , Essama Essombo du Cameroun, etc…Ha ! y avait du beau monde.  A la fin de la compétition, au moment où nous quittions l’hôtel pour nos pays respectifs (en ce moment-là j’étais basé au Gabon), nous allons à la réception pour régler notre séjour. Le concierge de nous dire : « Messieurs les journalistes le Ministre Fologo a payé la note pour vous tous et vous souhaite un bon retour. » Un bon geste de générosité malgré l’élimination du pays hôte la Côte d’Ivoire. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le Ministre des sports du Cameroun a affrété un avion spécial pour les journalistes qui désirent se rendre à Yaoundé pour fêter avec eux le sacre.  Je suis désigné comme par hasard, pour dresser la liste et s’occuper de la coordination.  Les 72h de séjour au pays de Roger Milla, réception, soirées, « niamaniama », cadeaux, honneur tout y était. C’est là où j’ai su que l’épouse du Président Biya est la sœur de la femme d’un bijoutier sénégalais, un certain Thiam.  Ce séjour inoubliable m’a donné plusieurs opportunités : connaissances avec des personnalités comme Roger Milla qui m’a invité chez lui à Montpellier par la suite dans les années 88, MBomo Njoya le père de l’actuel Président de la FECAFOOT, Emmanuel Ngassa Happy. Au cours de ce séjour avec Ngassa Happy Président de l’Union de Douala et Président des Chargeurs du Cameroun, nous avons mis en place l’Association des Editeurs de Presse Sportive Privée d’Afrique Centrale dont j’ai été longtemps Secrétaire Général. A cette époque, j’avais mis en place un magazine sportif ZONE 2 au Gabon, parallèlement à ma qualité de Correspondant RFI sport à Libreville. 

En 1988 au Maroc, les dirigeants sénégalais à l’image de feu Mawade Wade ont contribué à l’élection du Président Issa Hayatou. Lors de cette CAN, mes souvenirs vont vers Magib Sène qui fut mon compagnon durant toute la CAN. Conseiller du Ministre de sport, Il donnait un coup de main en faisant la retransmission pour la RTS.

Assane Ndiaga Diop toujours à la rescousse de la presse pendants les grandes campagnes.

En1990, je débarque à Alger en provenance des Etats Unis où je vivais, pour assister à la CAN. J’arrive à Alger vers 2H 30 du matin. Après les formalités d’usage à l’aéroport, je me renseigne sur le lieu d’hébergement de la presse. C’est l’hôtel MAZAFRAN. Arrivé à la réception, je demande s’il y a de chambre libre, le concierge me répond par la négative. Mais il me rassure que demain y aura des départs. Je consulte à la réception la liste des journalistes déjà arrivés. Je vois plusieurs confrères connus, Ouatarra Hegaut de la Côte d’ivoire, Djibril Traoré du Mali. Sans hésiter je fais réveiller Djibril pour pouvoir dormir avec lui jusqu’à demain. Il le fait avec plaisir. Un bien fait n’est jamais perdu. Lors de la Coupe du Monde de Football de cette année, alors que je résidais aux Etats Unis, je l’ai assisté à tout point de vue.

Lors de cette CAN, dans la délégation de la presse sénégalaise, il y avait feu Serigne Ally Cissé du Soleil, et notre ami Khalifa Babacar Ndiaye qui couvrait sa première CAN. Il fait 12 degrés à Alger lors du match d’ouverture, je vois Khalifa Ndiaye grelottait de tout son corps sahélien, il avait du mal à prendre ses notes. Je l’offre mon manteau et ce durant toute la CAN. Voilà le début de nos relations si sincères jusqu’à aujourd’hui.

Assane Ndiaga Diop décoré ici par l’ancien Président Léopold Sédar Senghor.

Une anecdote me revient toujours en mémoire lors des inscriptions pour les accréditations au Centre de Presse. Je viens, je trouve Serigne Aly Cissé et les autres. Une longue file d’attente se dresse devant moi. Furieux, je fonce vers le chargé de vérifier les demandes d’accréditation.  Je trouve Emannuel Maradas qui prétendait à aider les gens. Je dérange tout dans le seul but de « diakhassé » les rangs. Vous connaissez celui-là ? Criais-je en désignant CISSE. Il est plus expérimenté que vous tous, plus âgé que vous. Il est là depuis très longtemps, donner lui son accréditation. Les gens commencent à dégager et voilà quelqu’un qui s’approche de moi. « Monsieur DIOP calmez-vous, c’est qu’elle presse » ?  Sénégalaise ! Ai-je répondu. « Venez avec vos passeports ». Devinez la suite certes favorable.

MALI, lieu de naissance de la maison de la presse.

Assane Ndiaga Diop recevant ici sa décoration de l’ANPS des mains de feu Pape Diouf pour services rendus à la presse.

Mali 2002. Que de souvenirs ! Les noms qui reviennent à l’esprit sont Mamadou Koumé, Amedine Sy,  Grand Bathily, l’ancien SG de l’ANPS Mamadou Diouf,  Salif Diallo,

 Pape Samba Diarra, Papis Diaw,  Ameth Tidiane Deme, Charles Faye, Mamadou Niang, Cissoko de l’APS. Les Pape Fall,  Harouna Deme, Youssouph Badji, Didier Gomis,  Ndiaga Sylla même si ces derniers ne logeaient pas avec nous et tant d’autres.

La Première délégation de l’ANPS débarque à Bamako en début janvier 2002. Nous cherchions en vain un Hôtel 3 Etoiles abordable. Amedine Sy et quelques membres de la délégation trouvent refuge dans un Hôtel acceptable situé dans le nouveau quartier Chic de Bamako ACI 2000. C’est dans ce quartier où est érigée la Fédération malienne de football. Après deux nuitées, je propose au Président Koumé de louer des appartements ou un Immeuble et l’aménager. Après réunion, nous avons opté finalement pour ce choix. Je trouve un bâtiment à étage dans le quartier « DERRIERE LE FLEUVE », un quartier résidentiel où se trouvent plusieurs ambassades et ONG et même l’hôtel de Salif Keita s’y trouve. Le Bâtiment était occupé par l’Ambassade d’Allemagne au Mali. Sept mois sans occupants, la bâtisse était délabrée. Après concertation, nous avons fait appel au propriétaire du Bâtiment pour négocier le contrat pour la durée de la CAN.  Le prix est fixé à 700 000 Frs CFA. A l’unanimité nous avons accepté. Mis il fallait passer au nettoiement, et le rendre fonctionnel. Je me rappelle, nous étions partis à côté de la gare à Niaréla pour trouver des volontaires « baragnili » maliens pour nettoyer la maison toute la nuit car c’était le lendemain que l’on devait rejoindre le local et jour du match d’ouverture de surcroît. Nous sommes partis à Bamakocoura à MALITEL la société malienne de télécom pour l’affaire des lignes. Nous avions négocié deux lignes téléphoniques pour permettre à nos radioreporters d’envoyer leurs papiers. D’autres sont partis au quartier HAMDALHA pour chercher des matelas, des lits et des chaumiers.

Il fallait faire le dispatching des chambres, la remise des draps, des oreillers etc…. J’avais négocié auprès de CCBM un téléviseur ECRAN GEANT, connecté à CANAL PLUS. Nous avions fait en sorte que le site était des plus fonctionnels. Chaque jour, je faisais venir des journaux du Sénégal par vol par le biais d’un frère. L’ANPS avait loué une voiture durant la CAN pour les déplacements. Nous avions installé un petit kiosque où on pouvait acheter le thé, le sucre, les cigarettes et autres. Chaque jour on organisait une conférence de presse avec un dirigeant sportif africain, des coaches, des Présidents de Fédérations, des anciennes gloires du football comme Salif Keita, des confrères étrangers, des parlementaires et ministres de passage à Bamako étaient nos hôtes. Avec l’apport de Sentel qui nous avait habillés, on débarquait au stade dans le bus avec nos uniformes. Certains spectateurs nous confondaient à l’équipe nationale de football du Sénégal.

Le Président KOUME et son staff avaient décidé de faire payer aux journalistes un prix forfaitaire abordable pour bénéficier de l’hébergement et les trois repas du jour. La maison de la Presse est née à Bamako.

Le chef de protocole à l’honneur.

A quelques trois mois des élections présidentielles du Mali, vu notre organisation et crédibilité, j’ai été approché par le Chef du Protocole du Président ATT qui voulait recevoir la presse sénégalaise à son QG afin de délivrer un message. Lorsque j’ai donné la nouvelle aux confrères, certains souhaitaient que le Président se déplace, d’autres par respect et considération avaient donné leur accord pour le déplacement. Dans cette tergiversation, j’ai pu convaincre les gars à faire le déplacement.  Au lendemain de la finale, plusieurs délégations devaient rentrer au bercail. Arrivés à l’aéroport pour les formalités de départ, à notre grande surprise, le vol que nous devions prendre, s’apprêtait à ramener les ivoiriens et de l’autre côté, nous apercevions une autre délégation qui attendait. Que faire pour un seul avion sur le tarmac pour trois délégations ?  C’est là que me sont venues les idées du protocole. Les confrères me demandent de régler le topo. Et en bon sens, je suis mon intuition. Je me dirige vers le Commandant de Bord, lui-même ne savait qui embarquer en premier. « Ma dème baapko ».  J’expose mes charabias et je l’ai convaincu. Cinq minutes plus tard le Capitaine DIARRA, a décidé d’embarquer la délégation sénégalaise. HA ! La CAN  2002 restera inoubliable…

La CAN 2012 organisée conjointement en Guinée Equatoriale et au Gabon fait partie également des beaux souvenirs. C’est de là où est venu le nom de Globe-Trotter. J’ai rallié Dakar- Bata par la route. J’emprunte un bus « DIARRA TRANSPORT » à partir de la gare voyageur stade l’amitié. Je fais Dakar Bmako par bus, puis Bamako-Benin, Benin-Nigeria, Nigeria- Cameroun en passant par le fleuve Bakassi en empruntant une chaloupe. En pleine milieu du Fleuve qui sépare les deux frontières, une patrouille camerounaise se présente devant nous et exige à notre chaloupe de s’arrêter. Il faisait 1h du matin. Les flics Camerounais devaient contrôler tout le monde. J’étais le seul sénégalais, je tends mon passeport. « Vous allez où » ? me demandait le policier. Je vais à Bata avec transit au Cameroun pour se procurer d’un visa pour la Guinée Equatoriale car ce pays n’a pas d’Ambassade à Dakar. Ai-je répondu. « Où est Sadio MANE, il faut nous ramener la Coupe hein ». Etape clause.

Vers 6h du matin, nous voilà arrivés en terre camerounaise. Arrivé à la Police de l’Air et des frontières fluviales, avec les problèmes qui sévissaient au Nord Anglophone Biafra,  il était interdit à un étranger de rentrer au Cameroun par la frontière maritime. Je suis bombardé de questions avant que les choses se diligentent grâce à ma ruse.

A Bata, je retiens les bisbilles entre la délégation zambienne et sénégalaise qui partageaient le même hôtel. Les dirigeants zambiens avaient déjà payé l’hôtel et voulaient partir de l’hôtel et être remboursés déduction faite des deux nuitées. Le Gérant de l’hôtel CARMEN a refusé. Ils se sont adressés à la CAF et pris un avocat.

En 2017 au Gabon, j’étais membre de la Commission d’organisation de l’ANPS. J’avais abattu un travail colossal dans l’organisation, surtout à Franceville. J’étais fatigué, surmené, hospitalisé et mis sous perfusion, jusqu’à même rater la finale. Arrivé à Dakar, j’ai été pris en charge dans une structure sanitaire assisté par Mamadou KOUME.

En Egypte 2019, j’avais dans mon for intérieur, un défi de prêter assistance au nouveau Président de l’ANPS et partant au nouveau bureau du Comité Exécutif, pour la réussite de cette première aventure de sa gestion de la maison de la Presse sénégalaise. Au four et au moulin, épaulés par mes frères Mbaye Sène l’Inter, Amédine Sy, Harouna Deme, Coumba Dia, Sokhna Fall, Fatou Kiné Sylla, Mor Bassine Niang, Bamba Kassé, Idrissa Sané, Doudou Mbaye et tant d’autres. J’ai fait de mon mieux, pour apporter ma contribution à la réussite de cette campagne que je juge positive.  J’ai aimé l’ambiance.

Autres faits qui m’ont marqués dans ma carrière, ma cooptation au sein de l’AIPS AFRIQUE comme membre du Comité Exécutif en charge du Protocole, lors du Congrès de Dakar en 2015. Ma décoration récente de l’ANPS pour services rendus. La manière dont j’ai assisté la presse sénégalaise et la délégation sportive sénégalaise lors des jeux africains de Jo’burg en 1999, car je faisais partie du comité d’organisation (division accueil/protocole).

Mon passage au sein de l’Union des Journalistes sportifs Africains (UJSA) à Kinshasa, comme chargé des relations extérieures avec le statut de diplomate. Inspiré par le journal ZONE 2, la création du Magazine sportif ZONE 4 que j’ai lancé à Libreville, et agréé par les Ministres des sports de la ZONE 4 d’Afrique Centrale. Et en 2010 j’ai été nommé Manager Général de l’équipe championne de la Mauritanie de KSAR que j’ai accompagnée à AMAN en match éliminatoire de la Coupe Arabe. Que de beaux souvenirs ! YALLA DIEUREDIEUF.

Assane Ndiaga DIOP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code