« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Harouna DEME VOX Populi : «Mali 2002 : De l’enfer de Kayes, aux larmes de Bamako»

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Harouna Deme avec le sélectionneur Aliou Cissé.

C’était ma première grande expérience de reporter sportif. Celle de la couverture d’un événement sportif d’envergure : la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) « Mali 2002 ». C’était il y a une éternité. C’était il y a 20 ans. Mais les souvenirs de « Mali 2002» restent vivaces dans mon esprit, tout autant que ceux de la Coupe du monde 2006, en Allemagne. C’est comme si c’était hier. Sans doute, parce qu’en plus d’être ma première, ce fut aussi la plus belle de mes CAN.

Jeune reporter sportif, je faisais partie des six envoyés spéciaux du Groupe COM7 à cette CAN, alors que j’avais à peine deux années d’expérience dans le métier. Autant dire que j’étais un grand bleu. Mais bon… L’histoire aura été belle quand même. N’eût été cette défaite en finale, aux tirs au but face au Cameroun, c’aurait été le summum d’une carrière qui démarrait à peine.

Mais ce soir du dimanche 13 février 2002 reste celui des larmes de désespoir. Pas les miennes. Certes, j’ai pleuré, mais intérieurement. Pas une larme n’a coulé sur mon visage. Par contre, le désespoir de ces confrères ne pouvant se retenir, à l’image d’un Aboubacar Demba Cissokho de l’APS inconsolable, du doyen Abdoulaye Ndiaga Sylla anéanti, m’a marqué à jamais.

Team COM7

Pour Bamako 2002, au sein du Groupe COM7, l’option avait été prise par Mme Jacqueline Fatima Bocoum, alors Directrice Générale, de mettre une villa à la disposition des reporters du groupe. Avec le coordonnateur de l’hebdomadaire Lion, feu Ousmane Kane – qu’Allah le Tout Puissant ait pitié de son âme – qui était le chef de mission, Ndèye Dom Diouf pour la radio 7FM, Hyacinthe Diandy et Cheikh Mbacké Sène pour le journal Info7 et Youssouph Badji et moi-même pour Le Populaire, nous logions dans une villa cossue de la commune 5 de Bamako.

Chaque matin, nous rallions soit l’hôtel Mirabeau (tanière des Lions) pour la conférence de presse du jour, soit le stade les jours de matches, soit la Maison de la presse sénégalaise établie sur les bords du fleuve Djoliba de Bamako et qui abritait une soixantaine d’envoyés spéciaux de la presse sénégalaise. Ce, sur initiative du président de l’ANPS, Mamadou Koumé.

Et le soir, après les entraînements, les matches et autres conférences de presse, on repartît à l’hôtel Rabelais pour envoyer nos papiers difficilement via internet. Il faut savoir qu’en 2002, au moment de la CAN au Mali, le réseau de téléphonie cellulaire n’avait pas encore quatre mois et l’internet était très difficile d’accès.

Alors, la direction de COM7 avait trouvé un partenaire sur place, à l’hôtel Rabelais- dont le centre informatique, plutôt bien équipé, était mis à notre disposition après les heures de bureaux, à partir de 19 heures. C’est dans cet hôtel que logeait aussi la délégation officielle du Sénégal, avec à sa tête le ministre Joseph Ndong et le président El Hadji Malick Sy.

Mali 2002, la plus belle des CAN

Hrouna DEME très à l’aise dans les campagnes de CAN.

Oui, Mali 2002 a été la plus belle de mes CAN. L’ambiance de fête, l’esprit de la «Diatiguiya» avec ces quartiers qui sponsorisaient et supportaient les équipes, la convivialité, le stade Modibo Keïta et sa tribune «Serpent», le majestueux stade du 26 mars de Bamako… Voilà autant de souvenirs qui se bousculent dans ma tête, lorsque je revisite cette belle aventure, cette belle épopée qui restera à jamais dans les annales du football sénégalais.

Mais c’est surtout l’étape du match de Kayes, celui du troisième match du groupe D des Lions, face à la Tunisie (0-0), qui a une saveur particulière dans ce parcours, au-delà même de cette finale perdue. Ce jour-là (31 janvier), j’avais quitté Bamako à bord d’un des vols COCAN affrété par la CAF. Au départ, il était annoncé que le tarif pour le billet était de 70 000 francs CFA en aller-retour (retour le lendemain du match au matin). Mais une fois à l’aéroport de Bamako, la CAF a décidé qu’il fallait casquer 100 000 francs CFA pour embarquer. N’empêche, tout le monde est passé à la caisse.

Mais alors que le départ était prévu à 11h 30, jusqu’à 13h l’avion n’avait pas décollé. La raison avancée est qu’il fallait attendre un officiel qui était en retard. Le monsieur en question, c’était le ministre des Sports du Mali. Il n’a daigné se pointer que bien après 13h. Et sans la moindre excuse. On pouvait donc décoller dans un vacarme inquiétant à bord de l’appareil russe.

Kayes et sa chaleur à faire bouillir l’eau glacée

Harouna Déme dans les braises de Kayes.

Arrivés une demi-heure plus tard à Kayes, nous avons failli mourir à cause d’une chaleur à faire bouillir l’eau glacée. Au sortir de l’aérodrome de Kayes, difficile de trouver un taxi pour rejoindre mon lieu de chute, au quartier Badalabougou, plus précisément à la résidence du Dr Dembélé, un immeuble en ville qui abrite la pharmacie Dembélé. C’est là que je devais rejoindre ma consœur Ndèye Dom Thiouf, qui avait rallié Kayes la veille.

Sur place, il faisait tellement chaud qu’il n’était même pas recommandé de prendre une douche. « Attention Harouna, à cette heure de la journée, l’eau est bouillante», m’avertit Ndèye Dom. Et effectivement, au moment de faire les ablutions pour la prière de la mi-journée, j’ai pu m’en rendre compte. Car, j’ai failli me brûler, tellement l’eau qui sortait du robinet chauffait. Toujours est-il qu’il fallait faire vite pour rejoindre le stade, situé un peu à l’écart de la ville.

En sortant, ma première remarque aura été le nombre de lézards morts sur la route. Alors, en interpellant le chauffeur du Dr Dembélé qui devait nous acheminer au stade, il me fera remarquer qu’à Kayes, lorsque le soleil est au zénith, tout animal qui s’aventure sur le goudron meurt grillé sur le coup. Et il a ajouté que même les hommes qui portaient des sandales en plastique n’osaient pas marcher sur le goudron. Sinon, leurs chaussures allaient fondre. Cela renseignait sur la chaleur qui sévissait à Kayes. Le thermomètre affichait plus de 45 degrés.

Pas d’eau au stade

Pourtant, c’est dans cet enfer que devaient s’expliquer les équipes du Sénégal et de la Tunisie. Au stade, il a fallu négocier ferme pour avoir le droit d’entrer avec une petite bouteille d’eau glacée. Parce que la sécurité interdit tout objet pouvant servir éventuellement de projectiles.

D’ailleurs, j’ai pu assister à une scène hilarante, un dialogue de sourds, entre les policiers maliens et notre confrère Aboubacry Ba. Une bouteille d’eau minérale à la main, il se verra interdire l’accès à la tribune de presse. Les policiers ne voulant pas de bouteille. Alors qu’Aboubacry leur disait que sans sa bouteille d’eau, il ne ferait pas de direct.

«Vous me voyez crier à la télé pendant 90 mn, dans cette chaleur, sans avoir de l’eau pour me désaltérer. Je ne le ferai pas. Si ma bouteille ne rentre pas, je n’entrerai pas», menaçait-il. Finalement, c’est l’intervention des officiels de la CAF qui a permis de décanter la situation, et Aboubacry est finalement rentré avec sa bouteille d’eau.

Les zombis débarquent du train

L’autre moment hilarant, c’est lorsque la délégation sénégalaise, partie de Bamako par train la veille du match, après une journée et demie de voyage, a débarqué au stade. La bande à Ahmed Tidiane Dème, Jérôme Diouf, Papis Diaw, feu Demba Mballo – Qu’Allah l’accueille en son paradis céleste – entre autres, ressemblait à un contingent de zombis. On aurait dit qu’ils avaient tous été aspergés de poussière. Tellement, ils étaient rouges et leurs habits poussiéreux. Après un si long voyage, marqué par une panne du train, ils étaient arrivés au stade 15 minutes après le coup d’envoi du match.

Kayes reste donc pour moi ce souvenir d’une ville inhospitalière où il fait si chaud, qu’on n’aimerait pas y passer une seule minute. Surtout qu’après le match, après avoir envoyé des articles, depuis le centre de presse du stade, il fallait rejoindre les villas d’hôtes construites par le Mali, faute d’hôtel, pour y passer la nuit. Mais avant d’aller dormir, il fallait chercher de quoi se mettre sous la dent. Et là encore bonjour la galère.

Le dibi des journalistes

Car, à Kayes, en ce temps-là, il n’y avait ni restaurant, ni fast-food, ni même une petite superette. Juste de petites boutiques, où il n’y avait pas grand-chose. Finalement, sortis de la cité des hôtes en groupe, nous avons sillonné une bonne partie de la ville sans trouver de quoi manger. On s’est résolu à aller dans une dibiterie, presque à 2h du matin.

Et drôle de scène encore, au moment d’acheter de la viande grillée, divergence de vue. Certains disaient que 5000 francs CFA ça suffisait pour ce groupe d’une quinzaine de personnes, parce que la viande au Mali c’était à gogo. Mais Mballo et son ami photographe Diop Le Maire estimaient que c’est trop peu et qu’il fallait acheter pour 10 000 francs CFA. Ce qui fut fait. Sauf que la quantité était si énorme qu’une fois à la résidence, on a eu du mal à consommer ne serait-ce que la moitié. Finalement, une bonne partie de la viande a été offerte aux militaires qui gardaient le site.

La nuit fut très courte. Car, le réveil se fera quasiment à 5h du matin. La chaleur était passée par là. Surtout qu’il fallait prendre le bain avant que le soleil ne chauffe l’eau. Et un peu plus tard dans la matinée, alors que les confrères, venus par train, avaient fini de rejoindre la gare de Kayes pour retourner à Bamako, je prenais le chemin de l’aérodrome pour prendre mon vol retour COCAN pour regagner la capitale. Et là encore, il a fallu attendre trois bonnes heures avant que l’avion, qui devait venir de Bamako, n’atterrisse. Ce, après avoir débarqué les équipes qui devaient jouer le soir. Un peu plus de 30 minutes plus tard, nous étions à Bamako.

Cette expérience de Kayes aura été un moment fort de découverte, de galère, de résilience aussi pour moi. Elle a marqué ma CAN 2002 qui demeure la plus belle, puisque si le Sénégal n’a pas gagné, tout au moins, il n’a pas tout perdu. Bamako 2002, c’est un long mois de joie sur les pelouses du Mali pour les Lions qui ont été jusqu’en finale. Une satisfaction donc. Surtout que côté ambiance, c’était le Sénégal en miniature avec plus de 60 journalistes et une foule de supporters du 12e Gaïndé qui avaient fini de faire de Bamako un Dakar bis.

Harouna DEME

VoxPopuli

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code