“SOUVENIRS & INTRIGUES” : IDRISSA SANE. Le cliché et la réalité, le temps du mondial.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” racontent d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportif ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, brefs les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Idrissa Sané en charmante compagnie pendant le mondial 2018 en Russie.

Il me faut peut-être l’aide du VAR (arbitrage vidéo) pour me confirmer que ce que j’ai vécu est une réalité que mon esprit tente de débusquer. Loin du rêve. Cette réalité d’en face est peut-être incroyable mais vraie. Mes quelques 25 jours de couverture médiatique de la coupe du monde russe, m’ont donné un sentiment aussi bizarre que le fossé entre ce cliché qui dessinait une Russie renfrognée, qui hait les étrangers et qui ne digère pas du tout l’homme de couleur noir et cette belle et souriante nation qui a ouvert son cœur aux populations de tous les univers. Le temps d’accueillir la coupe du monde de football bien sûr. Ma crainte de devoir faire face à un peuple xénophobe m’a creusé le ventre avant de m’envoler pour le pays continent. Mon accueil chaleureux à ma descente de l’avion à l’aéroport Vnukovo de Moscou a vite rempli mon sac d’enthousiasme. Conduit par des sourires ravissants de ces charmantes filles russes et de limpides explications jusqu’à la sortie, là où Moscou me tend ces bras, les promesses d’un bon séjour chez Poutine me cajolent déjà. Ces multiples sollicitations de russes bon teint, qui se bousculent même pour un selfie avec l’homme noir que je suis, font à la fois plaisir et un peu peur. Je me dis que c’est de façade. Qu’on a dû instrumentaliser ce peuple juste le temps d’accueillir les hôtes venus des quatre coins du monde pour se faire plaisir autour du ballon rond. On avait peur pour ces tristes images que la Russie avait l’habitude de servir au monde du foot. Comme à la veille de la coupe du monde lors du match de préparation Russie – France du 28 mars (1-3), à Saint-Pétersbourg, où des cris de singe ont été entendus à plusieurs reprises dans les travées du stade, visant clairement des joueurs de l’équipe de France dont Pogba. La FIFA avait même ouvert une enquête. Ces scènes de racisme n’ont pas refait surface. Au mieux, c’est un nouveau visage, tout souriant, accueillant…mais fantastique. Oui le noir que je suis se laisse arracher par des bras blancs. Une vie de star sous la lumière des appareils photo. A Moscou, la belle et ambiante capitale, à Ekaterinbourg où tient encore Staline en mode statut, ou encore dans la ville balnéaire de Samara, Selfie par-ci, échange de civilités par là ont rythmé mon séjour. C’est trop beau pour être vrai. Le fait de se présenter comme un sénégalais, pays du célèbre footballeur de Liverpool Sadio Mané donne droit à toutes les flagorneries. L’équipe nationale du Sénégal était le préféré des russes. Bizarrement ! L’enthousiasme prend vite le dessus sur les appréhensions. Oups ! dans la perdue ville de Tyumen qui n’était pas concerné par la coupe du monde où j’ai juste été jeté pour une escale de 24heures le temps de rallier Moscou à partir de Samara, on m’a regardé d’un œil un peu bizarre quand même. Genre que fait un black dans ce coin russe qui se trouve dans la plaine de la Sibérie occidentale.

Les premiers contacts avec la Russie sont chaleureux. De charmantes demoiselles formées pour la circonstance savent bien distribuer un sourire angélique pour souhaiter la bienvenue aux hôtes. Et leur commerce facile, parce qu’elles parlent au moins l’anglais et savent donner les indications qu’il faut au fan de foot qui vient de débarquer.  Et pour donner à la connexion son haut débit, j’avais préparé quelques mots en russe. Spasibo pour dire merci et ça fait toujours chaud au cœur d’un russe d’entendre un étranger se donner du mal à parler leur si rude langue. Et quand je balance le fameux «Krasiva» qui veut dire tu es belle aux nymphes dont la réaction s’exprime parfois par un câlin pas anodin, on se dit qu’on s’est trompé de Russie.

Le dur apprentissage

Loin d’être un touriste.

Derrière cette bulle confortable, j’ai passé des nuits blanches pour remplir les pages de mon journal qui m’a envoyé chez Poutine pour la couverture médiatique et pas pour du tourisme. Seul pour rapporter tout ce qui se passe autour de l’équipe nationale du Sénégal aux millions de lecteurs de mon journal prisé.  J’ai dû me multiplier, sacrifier mon sommeil comme la nuit d’un samedi, quand je suis tombé sur l’information concernant le forfait de Saliou Ciss et qu’il fallait chercher son remplaçant pour torcher la concurrence. Et quand le lendemain, dimanche la fédération a sortie le communiqué sur le forfait de Ciss partagé par les camarades qui ont dormi la veille pendant que je traversais la nuit froide de Kalouga, c’était un coup bas. Mais bon, j’ai quand même eu une sacrée avance sur les autres pour faire un article fouillé.

Je n’oublierai pas ma désillusion de Samara, ville où les Lions sont tombés face à des Caféteros de la Colombie. Cette défaite combinée au règlement du fair-play élimine le Sénégal. A peine le match terminé, je devais filer à l’aéroport où il fallait écrire mes articles avant le vol. L’amertume m’a refusé toute inspiration ce soir là, mais il fallait remuer les méninges, j’ai vu la face ignoble de mon métier ce soir là. Même le sourire, le commerce facile, la disponibilité dépassant les limites de ces volontaires qui ont rendu mon séjour tout simplement royal, ne pouvait me réanimer.  La pilule passe le lendemain. 

IDRISSA SANE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code