« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Ndiassé SAMBE RFI : CAN 2004 : « Quand Habib Bèye cherchait Ousmane Ndiaye du Quotidien… »

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Ndiassé Sambe à gauche et Ousmane Ndiaye reporters au journal LE QUOTIDIEN à l’époque.

Nous étions jeunes, nous étions insouciants. Inconscients aussi du moment que nous vivions et de la trace que cette CAN tunisienne allait laisser sur notre futur parcours de journaliste. Je dis “nous” parce que ma première expérience en compétition internationale ne peut se raconter sans mon ami, camarade de promotion, binôme : Ousmane Ndiaye aujourd’hui rédacteur en chef à TV5 Afrique.

Nous avons débarqué dans cette CAN 2004 escortés par une solide amitié construite sur les bancs du Cesti, une complicité tissée par nos fibres sportive et journalistique, et une confiance dopée par notre chef de desk du journal Le Quotidien Papa Samba Diarra.

PSD nous avaient recrutés, biberonnés, et lâchés sans appréhension dans la “jungle africaine” trois mois à peine après notre sortie du Cesti.

Nous voilà donc à Tunis pour couvrir la CAN promise au Sénégal, parce que deux années avant, il y avait eu “2002”. Tunis était une belle ville et nous avait surpris par sa modernité, ses autoroutes et ses beaux quartiers de la Marsa, Sidi bou Seid, Hammamet.

Nous avons attaqué la couverture de cette CAN avec appétit et soif d’apprendre et de prouver devant les grands Khalifa Babacar Ndiaye, Charles Faye ou encore Serigne Mour Diop.

Les Lions ? Un premier match nul contre le Burkina Faso (0-0) dont l’attaquant Moumouni Dagano faisait tellement peur au sélectionneur français Guy Stephan, qu’on avait l’impression que l’Etalon était Didier Drogba et Samuel Eto’o réunis.

La suite : l’élimination ! Deux semaines après notre arrivée, le Sénégal sort de la compétition en quarts de finale après sa défaite devant le pays organisateur, la Tunisie (1-0). « La honte !» avions-nous titré. Le Sénégal s’était offert en spectacle de la plus mauvaise des manières avec un envahissement de terrain de la part du staff technique et des remplaçants. Ils criaient au vol et accusaient l’arbitre émirien Hussein Buzyn (le même que celui de France-Sénégal 2002) de ne pas avoir sifflé une faute sur Diouf juste avant le but de Mnari. La scène est irréelle, du « navetanes » à Radés. Amara Traoré, Abdoulaye Sarr ou le feu Professeur Fallou Cissé gagneront pendant longtemps le surnom des ‘’envahisseurs’’. Certains joueurs cassent tout, panneaux publicitaires de préférence. On n’en attendait pas moins d’El Hadji Diouf, mais pas d’Habib Bèye. Le joueur de l’OM est qualifié de « vulgaire délinquant » par Ousmane dans son commentaire. (« Insouciants !» vous-disais-je.) Le lendemain, Bèye a passé son temps à chercher « Ousmane Ndiaye du Quotidien » à l’hôtel. Il ne l’a toujours pas retrouvé…

Ce revers exacerba la tension dans une tanière déjà sous pression. Les éternelles vrais-fausses rumeurs des sorties en boîte refont surface, la bamboula des dirigeants aussi, les filles entrées en douce dans l’hôtel…

Je me rappelle avoir accueilli l’élimination des Lions plus comme un soulagement qu’une déception. Nous commencions à être vraiment fatigués. Nous remplissions tous les jours au moins deux pages dans le Quotidien qui paraissait aussi le dimanche à l’époque. Aucun jour de repos en près de trois semaines, du boulot de 10h à minuit, en plus de l’afterwork-tea dans la chambre d’Amédine Sy… Un vrai apprentissage en accéléré qui nous forgea pour la vie.

Ndiassé SAMBE RFI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code