« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Papis DIAW TFM : « Je faisais le même boulot que mon idole » .

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Papis Diaw envoyé spécial de Walf FM à la CAN 2000 au Nigéria.

Depuis un peu plus de vingt ans dans ma carrière de journaliste, la Can 2000 au Nigéria est sans doute la campagne qui m’a le plus marquée. C’était ma première Can. Et j’ai vécu à Kano et à Lagos des moments inoubliables. Elle m’a marquée pour plusieurs raisons. D’abord, j’étais jeune dans le métier. Et j’ai eu à faire cette mission avec une icône du journalisme sportif Africain, en l’occurrence le doyen Abdoulaye Diaw. J’ai fait le trajet avec lui. On a pris l’avion ensemble et on a passé la nuit dans un même Hôtel. Une référence, une idole que je toisais, que j’admirais, que j’écoutais. D’une relation d’idole avec un fan, c’est devenu tout suite des rapports confraternels. Ma référence en journalisme sportif devient un confrère que je dois désormais côtoyer pour faire le même boulot. Abdoulaye Diaw symbolisait énormément de choses pour nous les jeunes journalistes. On a voyagé encore ensemble de Lagos à Kano et puis de Kano à Lagos encore pour le quart de finale. Je me suis amusé à lui poser une question peut être bête à savoir : « Doyen, vous avez fait combien d’années de journalisme avant de couvrir une Can » ? Dix ans Papis a-t-il répondu. J’étais ébahi, à la limite même submergé par l’émotion. Laye a attendu dix ans avant de faire sa première Can au moment où moi je viens de boucler ma première année d’expérience dans le journalisme. Et je vais devoir faire le terrain avec lui, un grand nom du journalisme sportif. C’était vraiment une expérience inoubliable avec un brillant journalisme que je regardais en haut. Cela m’a beaucoup marqué.

Mais ce qui semble être de vraies difficultés, c’était la retransmission en direct des matchs du Sénégal. A l’époque, en tant que radio, nous n’avions pas eu des droits de transmission. D’où, on n’avait pas droit à une cabine de reportage ni une ligne téléphonique du stade. J’étais obligé de me rabattre sur le téléphone portable avec lequel je retransmettais en direct les matchs d’une manière très laborieuse car le réseau n’était pas le meilleur au Nigéria. Ce n’était pas évident. Nous seulement nous n’avions pas une très grosse expérience, mais nous n’avions pas non plus les moyens qu’il faut pour faire correctement notre travail. A fortiori pour quelqu’un qui vient de connaitre une première campagne de cette nature. J’ai travaillé avec le téléphone portable pendant toute la coupe d’Afrique. Et je m’en souviendrai pour toujours.

L’autre anecdote qui me revient toujours à l’esprit, c’était l’ambiance entre confères. On n’était pas nombreux à l’époque. Je crois qu’on devait être une douzaine dont un seul photographe en la personne de Demba Mballo (paix à son âme). La chose la plus drôle, c’était avec lui. Après l’élimination du Sénégal, nous sommes allés dans les magasins pour acheter des cadeaux pour le retour. Nous sommes entrés dans un magasin de matériel électronique. Mballo est séduit par une chaine à musique. Il est allé marchander au comptoir, mais malheureusement pour lui, il ne parlait pas anglais. Il était obligé de se rabattre sur les journalistes pour traduction. La seule expression qu’il connaissait était : How much ? (Combien). C’était le seul mot anglais qu’il connaissait. Dés qu’il voit un article qui lui plaisait il dit : How much. Et la manière dont il le prononçait nous avait tous marrés. Finalement nous l’appelions tous comme ça : Mballo how much (Que Dieu ait pitié de son âme). Jusqu’à sa mort, je l’ai toujours appelé comme ça.

L’élimination du Sénégal en quart de finale par le Nigéria le pays organisateur aussi m’a beaucoup marqué. Je me souviens de ces incidents quand le Nigéria a égalisé. Les supporters ont envahi le terrain, même les forces de l’ordre qui étaient sensé mettre de l’ordre s’y étaient mises. Il a fallu attendre plus d’un quart d’heure pour que le match reprenne. On avait tous peur, c’était invraisemblable cette déconvenue très amère. Ce qui était positif dans tous ça c’est que cette équipe avait été le socle de la belle génération dorée de 2002.

Il me revient à l’esprit une anecdote sur le doyen Laye Diaw. Le sponsor Nike nous avait donné des tee shirts à l’effigie du Nigéria. Doyen Laye a fait preuve de son expérience. Lui avait bien gardé son tee shirt. Le jour de la finale Nigéria/Cameroun, grand Laye a enfilé son tee shirt et tout le monde le prenait pour un supporter du Nigéria. Et il n’était pas du tout inquiété dans le stade Surulere. A la fin du match les Nigérians n’étaient pas contents et y avait des bagarres, de la violence dans le stade. Nous qui n’étions pas venus avec nos tee shirts, on a évité le pire. C’était vraiment des souvenirs énormes. Mais une première campagne laisse toujours de beaux souvenirs.

Mohamed Papis DIAW TFM

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code