« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Sambou BIAGUI DTV : La Can 2006, mon chargeur, ma natte de prière et les salades de fruits…

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. A nous de jouer.

Sambou Biagui en compagnie de l’ancien international sénégalais Papa Malickou Diakhaté.

Elle fait partie des phases finales de CAN qui m’ont marquées, même si Tamalé en 2008 reste dans les souvenirs, pas à cause des résultats catastrophiques enregistrés par le Sénégal, mais surtout par le fait qu’il était bon d’être sénégalais dans cette ville “Niassene”.

Les premiers jours n’ont pas été faciles pour nous, en tout cas pour moi. En effet, je suis arrivée sans mon chargeur de téléphone et il était difficile d’en trouver. Il fallait donc sortir en chercher. C’est une dame très gentille qui m’en a trouvé. Elle était en effet surprise lors ce qu’un noir, chapelet à la main, se présente devant elle.  Surprise et à la fois ravie, elle a appelé son frère qui lui a amené un nouveau téléphone qu’il m’a offert. Parmi ses cadeaux, il y’avait aussi une belle natte de prière.

Sambou Biagui en bas à droite de l’image avec les envoyés spéciaux à Port Said en 2006.

En 2006 en Egypte, le voyage sur Alexandrie a été périlleux pour la presse sénégalaise qui devrait couvrir la rencontre de quart de finale entre le Sénégal et la Guinée. La disposition complexe des infrastructures routières a fait que notre chauffeur s’est perdu en cours de route. En un moment du long voyage, on s’est retourné au point de départ et fallait signaler cela au chauffeur qui fit demi-tour. Ce fut une longue journée de voyage, heureusement qu’il y’avait des dattes en cours de route.

Après Alexandrie, cap sur le Caire pour la demi-finale contre le pays hôte. Le jour du match a été aussi trop longue. Nous avons quitté le stade avant le déjeuner pour un match programmé à 17h. Après l’élimination du Sénégal, notre bus est arrivé à l’hôtel vers 2h matin. Malgré l’heure tardive, il fallait impérativement chercher quelque chose à mettre sous la dent. Pour nous permettre de tenir le temps que le thiep soit réchauffé, les restaurateurs nous servent des Salades de fruits. Malheureusement pour moi, je n’ai toujours pas retrouvé mon bol. Il paraitrait qu’une ancienne gloire (doyen de la presse) me l’a chipé à la table…

La Can Égypte 2006 m’a bcp marquée pour plusieurs faits inédits. D’abord la ville Port Said où la presse avait pris ses quartiers à quelques kilomètres d’Ismaelia où logeait l’équipe nationale de football du Sénégal. Cette ville très religieuse où l’on interdit même de marcher avec une fille qui n’est pas votre femme.

Deux défaites en poule et un ticket de demi-finale.

L’autre fait inédit, c’est la qualification du Sénégal. Je collaborais à l’époque avec un journal britannique pour qui je faisais un compte rendu de deux lignes des matchs du Sénégal. A la fin de la rencontre j’écris cette phrase que j’ai envoyée : “Le Sénégal a perdu son dernier match de poule contre le Nigéria (2-1) et se voit éliminé de la compétition après une seconde défaite”. Aussitôt le message envoyé, le responsable du journal m’appelle pour me dire “mais Sénégal peut passer fait le décompte de point”. Alors qu’on se dirige vers la zone mixte pour la conférence de presse, je le souffle à certains confrères comme Saliou Gackou, Malal Junior, Malick Ndiaye. Il se trouve qu’ils avaient la même appréhension. Le bruit de couloir court et le Sénégal était bien qualifié grâce à la différence de buts.
Ma pire CAN, c’était celui du Gabon. Une chaîne égyptienne Nil Tv avait fait appel à moi pour le commentaire des matchs du Sénégal pensant que les Lions seront cette fois-ci en finale. Alors moi qui suis parti pour rester un mois avec bcp d’argent en perspective, ne fera quelques jours puisque le Sénégal a été prématurément éliminé. En plus en cas qualification, nous devrions quitter Franceville pour Libreville où on devrait s’installer pour les demi-finales et la finale.

Sambou BIAGUI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code