Suspension d’Ahmad : Me Senghor, le «plan B» sur une voie royale

Présidence CAF : Me Senghor, le « plan B » de la Caf sur une voie royale

(CHALLENGES SPORT) Le président de la Fédération Sénégalaise de Football (FSF) Me Augustin Senghor, devient avec la suspension de 5 ans de Ahmad Ahmad par la Fifa, le favori à la présidence de la Caf en mars prochain à Rabat.

Décryptage

Me Senghor a officialisé sa candidature au sein de l’instance faitière du football africain le 16 novembre à Dakar au siège de la Fédération de football (FSF) lors d’un point de presse. Au cours de cette rencontre, entouré par d’éminents dirigeants du football sénégalais, le président de la FSF en poste depuis 2009, soutenait qu’il était « l’homme de la situation » à la Caf.

Une candidature loin d’être anodine, car minutieusement pilotée par son staff vue son timing et ses chances de succès. Le dirigeant considéré à tort ou à raison comme un proche d’Ahmad, serait en effet considéré officieusement au sein de la Caf comme le « plan B » de ce dernier et serait déjà adoubé par le bourreau de Issa Hayatou.

L’actuel maire de Gorée serait la botte secrète du président sortant, éjecté désormais de son fauteuil. Le Congolais Constant Omari qui assurait déjà l’intérim, va gérer les affaires courantes jusqu’à la prochaine assemblée de mars.

Ahmad, confiné depuis son test positif à la Covid-19 le 2 novembre, était déjà fragilisé après son interpellation le 6 juin 2019 dans un hôtel parisien pour une affaire de corruption.

L’enquête sur le comportement de M. Ahmad entre 2017 et 2019 a porté sur diverses questions liées à la gouvernance de la Caf – l’organisation et le financement d’un pèlerinage à La Mecque (Oumra) – ses accointances avec l’entreprise d’équipement sportif Tactical Steel et d’autres activités, lit-on sur le site de la Fifa.

Le Malgache mal parti pour briguer un second mandat, ne verrait pas d’un mauvais œil l’élection d’un proche au poste de président, en cas d’inéligibilité d’ici le 12 mars 2020, date de la prochaine assemblée générale de la Caf . Il se dit dans les chaumières que Me Senghor qui ne nourrissait pas d’ambition de se présenter contre Ahmad, devait se retirer si le Malgache sortait sans dommages de ses ennuis actuels.

Désormais, la probable disqualification d’Ahmad change la donne et met de facto sur orbite Senghor dans la course au strapontin. Le président de l’US Gorée bénéficie déjà d’un large soutien d’une quinzaine de fédérations africaines selon ses proches sans compter l’appui pas encore affiché de l’appareil de lobbying de la CAF qui peut toujours faire mouche.

Un apport non négligeable qui lui donne déjà une longueur d’avance sur ses principaux concurrents : l’Ivoirien Jacques Anouma, le Sud-africain Patrice Motsepe et le Mauritanien Ahmed Ould Yahya.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code