CHRONIQUE BALLE DE MATCH: Politique et Sport, un mariage de raison?

(CHALLENGE SPORTS) – Au-delà de la passion et des émotions qu’il génère, le football cristallise aussi, quelquefois, des enjeux politiques. Balle de match va, avec vous, revisiter cette cohabitation chargée d’histoire entre le sport et la politique.

Le sport peut il épouser des valeurs e politique?

Depuis la nuit des temps, le sport en général et le football en particulier ont cheminé avec la politique, souvent dans des relations soit, d’expression de suprématie, de contestations idéologiques et malheureusement, quelquefois, teintées de violences et maculées de sang.

Au lendemain de la finale de la coupe du Sénégal, les vainqueurs ont été reçus par Monsieur le Président de la République. Une première car d’habitude les grilles du palais n’étaient ouvertes qu’aux équipes nationales après des performances notables en Afrique et dans le monde ou pour les remises du drapeau à la veille des compétitions internationales.

Pour avoir remporté le trophée national, l’équipe de Ziguinchor a eu droit à la salle des banquets : bizarre. Oui car rien dans la préparation de la finale ne présageait la tenue d’un tel évènement, aucun communiqué informant à cet effet.

Certes cette réception n’a pas été improvisée, la tenue vestimentaire des invités le démontre, mais si les pensionnaires de Saly avaient gagné le scénario aurait été différent.

Avec « ses 3 cases et sa cuisine » comme disait une chanson populaire parlant du Walo, le site balnéaire n’a pas le même intérêt politique que la Casamance pour les autorités.

C’est comme si, autant en 1980, le régime d’alors était soupçonné de vouloir la défaite du Casa jusqu’à changer d’arbitre la veille du match ce qui expliquera les incidents de cette finale, autant cette fois – ci les autorités semblaient prier secrètement pour une victoire des enfants du sud.

En 1979 le Président Senghor et Madame étaient à la loge à Demba Diop, une pimpante équipe du Jaraaf faisait face au Casa sports. L’Etat sentait les prémisses du mouvement irrédentiste casamançais et à travers ce match une victoire de l’équipe de la médina allait tempérer l’ardeur des sudistes.

Mais les coéquipiers de Bassirou Ndiaye donnèrent une autre tournure à cet après-midi en s’imposant 2 à 0 et gâchèrent la fête.

Yaya Jammeh chassé, le MFDC muselé, Emballo et BARROW installés, la coupe du Sénégal vient sortir ce joyau géopolitique du Président Sall qui peut être, ne tardera pas à faire une tournée dans la zone pour tacler Sonko et appuyer Doudou Ka dans son mercato pour affaiblir le Pasteef.

Le maire, Monsieur Baldé, fait de la résistance face à l’enveloppe de Monsieur le Président en offrant des parcelles aux joueurs à la place certainement de citoyens beaucoup plus indiqués.

En 1974 et en pleine guerre froide, les deux Allemagne Est et Ouest, RDA et RFA s’affrontent pour la première fois depuis la construction du mur de Berlin. Les joueurs de l’Allemagne de l’Est, la RDA se firent un point d’honneur, à la surprise générale, de battre leurs homologues de l’ouest, la RFA représentante du capitalisme et finirent premier du groupe.

Ceci fut considéré, à l’époque comme une victoire du communisme sur le capitalisme.

L’Italie des fascistes interdira le football qu’il jugeait avantager le capitalisme, alors qu’elle avait gagné la coupe du monde en 1934, en inventa la voleta pour le remplacer.

Pour soutenir les palestiniens, les joueurs chiliens mirent lors d’un match des numéros floqués aux formes du territoire réclamé par la Palestine et dessiné par l’ONU, ceci provoqua une vive réaction d’Israël.

Après la guerre des six jours et suite à la résolution de l’ONU demandant aux pays arabes de reconnaître l’Etat d’ Israël, alors les palestiniens, sans territoire, multiplièrent les attentats contre les intérêts israéliens.

Ainsi en 1972 aux jeux olympiques de Munich, le groupe terroriste palestinien, septembre noir, prend en otage et assassine 11 athlètes israéliens. Alors que l’Allemagne en organisant ces jeux voulait effacer les scories des jeux de 1936 qui s’étaient déroulés dans une suffocante atmosphère de propagande nazie. Le salut olympique d’alors qui ressemblait fort au salut nazi, était considéré par le public comme une adhésion des délégations présentes au nazisme. Ce salut, inventé par Pierre de Coubertin, fut changé 10 ans plus tard.

En prolongement de ces jeux, l’athlète noir américain Jesse Owens après le camouflet fait à Hitler avec ses victoires devant les allemands, ne fut pas reçu à son retour en Amérique par le Président Roosevelt, malgré ses 4 médailles d’or et ses records du monde.

Il était reproché à Owens son soutien aux républicains dans la campagne présidentielle.

En Guinée, après le vote du non au référendum de 1958 et l’orientation révolutionnaire du régime, le football fut considéré comme une vitrine de l’idéal guinéen.

Le HAFIA de Conakry et le SILY national de par leurs résultats devaient prouver la suprématie du peuple de Guinée sur les peuples réactionnaires comme aimait le dire le Président Sékou Touré.

Tous les bons joueurs des autres clubs rejoignaient obligatoirement le HAFIA qui remportait ainsi chaque année le championnat. Aucun footballeur n’avait le droit de prétendre à un contrat professionnel quel que soit son talent.

Toute contre-performance était interdite et celle du Hafia contre le Maouloudia d’Alger avait suscité une demande d’explication adressée aux joueurs et aux dirigeants rassemblés dans une salle avec chacun une feuille pour répondre comme des écoliers à la question de savoir « qu’est ce qui explique la défaite du Hafia ? »

Plus proche de nous, Karim Benzema refusant d’entonner la marseillaise, s’explique « je ne suis pas d’accord avec les paroles, car la marseillaise invite à la guerre »

L’affaire du chantage à la sextape sur Valbuena, l’ayant fait écarter du onze tricolore par Deschamps, l’attaquant français a déploré l’immixtion de la politique dans son cas lorsque le premier ministre Manuel Valls avait déclaré « les conditions ne sont pas réunies pour un retour de Benzema en équipe de France »

Avant lui beaucoup d’autres joueurs dont Zinedine Zidane ou Michel Platini restaient muets lors de l’exécution de la marseillaise, chacun avait sa motivation.

Dans les gradins avec des banderoles, sous les maillots des joueurs, les noms des stades, des clubs, les supporters, les footballeurs comme les autorités véhiculent souvent des messages à forte connotation politique.

Le football étant fortement mondialisé, les firmes donnant les horaires des matchs, les princes du golf se disputant les clubs car la propriété ne répond plus qu’au volume du chèque, travaillons à préserver l’esprit du sport et à atténuer l’effet de la politique.

Serigne Fallou DIENG

dserignefallou39@gail.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code