Edouard Mendy/Alfred Gomis : Destin croisé des anges gardiens du Sénégal.

Par Adama NDIONE

(CHALLENGE SPORTS). Lorsqu’on évoque les noms d’Alfred Gomis et d’Edouard Mendy, une des premières questions que l’on se pose c’est « comment le Sénégal s’est-il retrouvé tout d’un coup avec deux gardiens de très haut niveau » ? Ce Sénégal dont le poste de portier a souvent été un des tendons d’Achille, semble observer ce passé si récent et si lointain, tellement par le plus grand des hasards, les deux sénégalais se faisaient encore face à face le 4 Novembre dernier en Champions’ League, après les confrontations lors de la saison 2019-2020 en Ligue 1. Lecture d’un destin croisé des deux anges gardiens de Cissé.   

La guerre des anges gardiens du Sénégal.

Le Sénégalais supporter des Lions de la Teranga est forcément heureux de constater la présence de deux excellents gardiens dans les buts. Des duos, il y en a eu par le passé en équipe nationale, même si le niveau et la performance semblent plus ou moins inédits. Toumany Diallo et Amadou Thiam ont fait les beaux jours de la sélection dans les années 60 et 70, en menant le Sénégal dans ses deux premières Can en 1965 et 1968.

Un peu plus tard vers la fin des années 70 et début des années 80, Mansour Wade et Gaspar Gomis ont valu aux Lions plusieurs succès malgré une absence en Can, tandis que Mandiaty Fall n’était que le 3e gardien.  

Cheikh Seck ancien gardien du Sénégal.

Dans les années 90, Cheikh Seck est passé devant Mansour Wade dans la hiérarchie de Pape Diop, même si Wade a été brillant. Quand Cheikh Seck s’est blessé à Kinshasa au Zaïre en 1987 lors d’un match de barrage pour les éliminatoires de la Can 1988, c’est Samba Fall qui a tenu la dragée haute aux zaïrois en arrêtant un pénalty, avant que l’arbitre gabonais Jean-Fidèle Diramba ne gâche la fête.

Samba Fall ancien gardien du Sénégal.

Dans les années 90 le Sénégal n’a pas connu des gardiens de prestige, même si quand Cheikh Seck a baissé pavillon après la Can 1994. René Jean Charles Ndiaye ancien de la Douane, Waly Ndiaye de la Jeanne d’Arc et Khadim Faye du Jaraaf se sont succédés sans très grande réussite.

Il a fallu les années 2000, clairement marquées par le duo Oumar Diallo / Tony Silva, pour que le Sénégal expérimente des gardiens disputant des compétitions aussi prestigieuses que la champions’ League européenne. Aujourd’hui, le Sénégal dispose en son sein deux gardiens de haut niveau qui ont à peu prés le même profil même si le portier de Chelsea a pris un léger avantage sur son coéquipier de Rennes. Edouard Mendy et Alfred Gomis ont en quelque sorte un destin croisé dans les terrains et en sélection.

Destins croisés de deux envolés

Avant la rencontre de Ligue des Champions entre Chelsea et le Stade Rennais à Stamford Bridge, la dernière fois qu’un gardien sénégalais avait joué dans cette compétition c’était il y a 13 ans avec Tony Mario Sylva. L’ancien gardien du Centre Aldo Gantina et de la première équipe U20 du Sénégal a eu à disputer une Can de la catégorie en 1993. Il était titulaire ce soir-là dans les buts bretons. C’était en 8e de finale en 2007 contre les Red Devils de Manchester United.  

Et d’ailleurs, Tony était le seul gardien sénégalais à avoir disputé la compétition. Il dira en marge de la rencontre Chelsea / Rennes : « Aujourd’hui, voir Edouard et Alfred arriver à ce statut ne me surprend pas, car ils ont toujours travaillé pour arriver à ce niveau-là. C’est la récompense du fruit de leur travail. »  

Si Mendy, né en France, a fait sa formation dans le nord de l’Hexagone notamment au Havre, Gomis est quant à lui né au Sénégal, mais avec une formation totalement italienne, où il a eu le temps de se former au Torino Fc, malgré plusieurs prêts avant de se faire remarquer à la Spal. Ils se retrouveront finalement ensemble en sélection nationale, avec chacun un statut à défendre.  

Edouard Mendy : un destin sénégalais   

Edouard Mendy

Le natif de Montivilliers en Normandie il y a 28 ans, Edouard Osoque Mendy connait sa toute première sélection en septembre 2018 lors du déplacement des Lions à Tananarivo en Madagascar. Les Lions décrochent le nul 2-2, mais Mendy ne joue pas, car il y a un certain…Alfred Gomis titulaire dans les buts !

Mais deux mois plus tard, lors du voyage à Malabo pour l’avant-dernière journée des éliminatoires de la Can 2019, Mendy connut sa première sélection. Le Sénégal bat les Equato-Guinéens par 1 but a 0. Depuis cette date, Edou comme l’appellent les fans des Lions, totalise 8 sélections.

Seulement, il est à noter qu’Edouard Mendy, né en France de père Bissau guinéen et de mère sénégalaise, a failli jouer pour les Djurtus de la Guinée Bissau ! Convoqué en match amical, il a participé à un stage au Portugal, mais ne joue pas le match finalement.    

Alfred Gomis : une famille de gardiens 

Alfred Gomis.

Amigo Alfred Junior Gomis de son nom complet, est né à Ziguinchor au Sénégal en 1993, avant de suivre plus tard ses parents en Italie. D’une fratrie de gardiens de buts, il est le frère cadet de l’international sénégalais Lys Gomis (4 sélections), David Gomis et Maurice Gomis, tous gardiens de buts.  

Ayant connu sa toute première sélection avec les Lions le 14 novembre 2017 contre les Bafana Bafana d’Afrique du Sud, il connut lui aussi la victoire pour commencer, avec cette victoire des lions 2-1, en marge des éliminatoires du mondial 2018. Alfred Gomis sera même à la coupe du monde 2018 en Russie, mais ne jouera pas.

Entre-temps, avant la coupe d’Afrique des Nations 2019, Edouard Mendy lui passe devant, dans la hiérarchie du sélectionneur Aliou Cissé. Mais à la CAN, Edouard Mendy ne joue que les deux premiers matchs (Contre la Tanzanie et l’Algérie), avant de se blesser. Gomis prend le relais et mènera le Sénégal jusqu’en finale face à l’Algérie.

L’heure du choix : Aliou Cissé va devoir trancher

Alfred ou Edouard dans les cages?

Depuis la dernière Can en Egypte, le sélectionneur national Aliou Cissé ne s’est jamais formellement prononcé sur la hiérarchie entre Alfred Gomis et Edouard Mendy. Seulement de manière tacite jusque-là, l’ancien joueur de l’Om semble tenir la corde. Quoique l’intérim de Gomis ait été très probante pour la suite de la Can 2019.    

Alfred Gomis semble avoir de l’expérience dans le haut niveau malgré qu’il soit plus jeune que son concurrent Edouard Mendy, puisqu’il totalise 227 matchs en pro clubs et équipe nationale confondues, alors que Mendy n’en est qu’à 131. Seulement, à la faveur du transfert de Mendy à Chelsea et de son remplacement au Stade Rennais par Gomis en provenance de Dijon dans un jeu de chaises musicales, les formes actuelles de l’un et de l’autre semblent dessiner une tendance assez favorable au joueur de Chelsea, auteur d’un excellent début de saison en Premier League.  

Même profil, même ambition…

Même profil, même ambition.

Une petite comparaison des deux athlètes, surtout par rapport à leurs forces et leurs faiblesses pourraient aussi aider le sélectionneur national à se faire davantage une idée dans sa hiérarchisation, si jamais le doute persiste.     

Au vu de leurs trois dernières saisons, il est difficile de trouver des points faibles à Edouard Mendy, tellement il a démontré un très bon jeu de pied, des sorties aériennes rassurantes avec une forte concentration sur son sujet. Mendy a aussi d’autres qualités telles que les longues relances aux pieds. Il aime rester maitre sur sa ligne aussi, avec des arrêts reflexes et décisifs sur des frappes de prêt.    

Alfred Gomis aussi, à la faveur de sa grande taille, aime rester maitre de ses 18 mètres dans ses sorties aériennes, et est capable d’effectuer des arrêts reflexes comme son compère car étant très fort sur sa ligne. D’ailleurs, c’est une des forces sur lesquelles il se rapproche beaucoup d’Edouard Mendy. Seulement, un des points sur lesquels Gomis gagnerait à s’améliorer ce sont les arrêts des frappes venant de loin. Aussi, son jeu de pied semble moins tranché par rapport au football d’aujourd’hui dont sa modernité nécessite des relances propres à partir du premier tiers.  

Au vu de leurs performances, au niveau des championnats où ils évoluent, du degré d’exposition par rapport au niveau des attaquants adverses, du coefficient de buts pris par rapport aux occasions de but subis, Gomis semble être plus un gardien à l’ancienne comparé à Mendy, même s’il est assez rassurant car prenant moins de risques, mais moins enclin à participer à la construction de la transition offensive à partir de derrière.

Le sélectionneur national Aliou Cissé, loin du dilemme cornélien de devoir choisir parmi son abondance de biens entre deux excellents gardiens, va devoir adopter la même démarche qu’un certain Valeri Nepomniachi, sélectionneur russe des Lions indomptables du Cameroun de 1988 à la Coupe du Monde 1990 en Italie, c’est-à-dire choisir entre Thomas Nkono (Edouard Mendy) et Joseph Antoine Bell (Alfred Gomis), un choix basé sur un critère très simple : les performances en club. Reste à savoir qui de Bingourou Kamara et de Abdoulaye Diallo sera le Jacques Songo’o…sénégalais !

ADAMA NDIONE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code