LUTTE : L’arène dans le cachot du désespoir.

(CHALLENGE SPORTS). L’effet du Covid 19, le mini confinement, le couvre-feu, l’arrêt de toutes les activités sous toutes ses formes…n’auront pas pesé sur la volonté des acteurs de la lutte qui depuis des semaines, se donnent à cœur joie en s’affrontant par presses interposées. Si ce ne sont pas les arbitres ou les lutteurs en activité, ce sont certains anciens lutteurs dont Boy Kaire, Moustapha Gueye, Tyson ou Yekini qui sont au-devant de la scène.

L’arène sénégalaise risque de perdre son lustre d’antan, elle est minée depuis quelques temps par des batailles de positionnement qui n’ont pas encore révélé tous ses secrets.

Tous face à un seul lutteur. Le premier toubib de l’arène, Docteur Alioune Sarr. Le président du comité national de gestion (CNG) de lutte qui est à la tête de cette structure provisoire depuis 26 ans, devient de plus en plus ” contesté”. De partout, l’arène bruite de son départ à la tête de cette structure. Beaucoup d’acteurs de la lutte semblent le considérer comme le principal blocage de l’évolution de ce premier sport national du Sénégal. Une considération très équivoque par rapport au travail accompli par le Dr Sarr et son équipe, durant ces 26 ans de ” gestion”.

En effet, avec son équipe, le natif de Fatick a réussi pourtant à redorer l’image d’une arène qui était ternie déjà par un caractère très informel donnant lieu à une gestion cavalière des combats par les promoteurs qui, après les affiches (jusque dans les années 90) pouvaient se refuser d’honorer leur part du contrat. Ils ne payaient pas pour la plupart le cachet consenti. Personne n’y pouvait rien. Aucune structure pour garantir aux lutteurs de recevoir leur cachet après combat. Alioune Sarr a au moins réglé ce problème, histoire de générer un bol d’air aux lutteurs qui avaient du mal à entrer dans leurs fonds. L’ancienne gloire Boy Bambara nous soutenait : « si j’étais de cette génération actuelle, je deviendrais milliardaire. On me doit tellement d’argent dans ce milieu que je ne pourrai le compter. Mes centaines de drapeaux gagnés un peu partout dans le Sénégal suffisent à le démontrer. Mais sans argent. Plutôt le prestige ». Ainsi, avec l’arrivée du CNG après la réforme Abdoulaye Makhtar Diop en 1994, beaucoup de choses ont changé. Les contrats sont devenus officiels.

 Plus aucun combat sans l’assurance de voir le promoteur ou organisateur s’acquitter de tous les droits liés aux cachets, aux frais d’organisation ou autres assurances. Après l’avance sur cachet, le reliquat est désormais disponible avant même la tenue des affiches. Le mardi suivant le combat qui se tient pour la plupart le samedi ou le dimanche, les managers des lutteurs peuvent récupérer leur chèque donnant lieu de reliquat. Une révolution qui fera date dans l’arène. Entre autres mesures, l’organisation pratique de cette arène avec un règlement intérieur strict pour les lutteurs qui étaient habitués par le passé à se comporter comme ils veulent, sont désormais préposés à certaines directives. Des amendes, des suspensions, des retraits de licence. Un ensemble d’arsenal juridique et financier qui contraignait tout contrevenant. Une grosse avancée dans cette arène où l’indiscipline a toujours semblé être le premier moteur. Une parfaite organisation qui a favorisé l’éclosion des écoles de lutte, mais surtout une bonne organisation des écuries. Néanmoins, il faut noter que comme dans toute œuvre humaine, le CNG a des tares qu’il faut reconnaitre. Les contestations ont commencé à fuser de partout. Depuis quelques années, il ne se passe pas un seul début de saison, sans que le monde de la lutte ne soit pas au milieu des débats. Toutes les questions tournent autour de la gestion du Dr Sarr et de son équipe. La plus départ des anciens lutteurs réclament son départ. Même intégrés dans le comité national comme c’est le cas cette saison avec Tyson et Yekini pour représenter les lutteurs, après Tapha Gueye et Manga 2 bien entendu. Mais tous finissent par se retirer. Démissionner du poste. Aujourd’hui, comme dans un passé récent, la rengaine est la même. Le départ du Dr Alioune Sarr est considéré comme la solution à tous les problèmes. Sauf que si cela apparaît comme un point essentiel, il est clair aussi que cette arène connait depuis des saisons beaucoup de problèmes qui, malgré la bonne volonté de la tutelle, sont réels. Parmi ceux-ci, la hausse vertigineuse des cachets qui étouffent les promoteurs. Mais aussi le départ des sponsors qui ne se retrouvent plus dans les schémas des promoteurs. Le départ à la retraite de beaucoup de ténors des années 90/2000 ont fait fuir également les annonceurs. L’absence de politique globale pour une meilleure application des dispositions en place vient confirmer également que l’arène sénégalaise est remarquablement dans le cachot du désespoir. Autant de considérations qui en elles-mêmes, et sans une profonde remise en question des différents acteurs, ont plus tué la lutte, que cette gestion toujours décriée du CNG. Dès lors, pour beaucoup d’analystes et spécialistes, « l’arène doit opérer une mue plus profonde que jamais. Le départ du Dr Alioune Sarr ne suffira pas seulement pour tout régler ». Première discipline au Sénégal en termes d’entrées, même si le football est dans le cœur de tous les Sénégalais, la lutte ne semble pas encore sortie de l’œil du cyclone. Tous les acteurs doivent le comprendre. L’appliquer et le vivre. La lutte est en train de mourir, de perdre son lustre d’antan. Le départ du Dr Alioune Sarr peut être un point, même si la tutelle continue à lui faire confiance malgré tout. Mais après quoi il faudra se résoudre à l’évidence. Rien ne peut plus être comme avant. Peut-être en octobre si le Dr Sarr, partait. Wait and see.

Dame SEYE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code