« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Bacary CISSE RECORD : Entre le gîte en cabaret de la presse et le presque pugilat entre joueurs et journalistes.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Bacary Cissé un reporter de terrain sur la terre de Tamale.

C’était en 2008 au Ghana, que j’ai découvert la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) pour la première fois. Un baptême de feu pour un jeune journaliste. Comme toutes les grandes premières, la tâche m’intrigue malgré l’excitation et la fougue qui m’animent. Le Sénégal logé dans le groupe D en compagnie de la Tunisie, de l’Afrique du Sud et de l’Angola n’a pas fait mieux que de rentrer à la maison au bout des trois premiers matchs du premier tour. Tamale, la capitale de la région du Nord du Ghana, était choisie pour abriter ce groupe.

J’ai été choisi par le journal « STADES » qui était mon premier employeur.  Avec Mor Fall, le photographe attitré de ce quotidien du Sport, nous avons choisi de profiter d’une opportunité : celle de la succession des épreuves vécues par l’équipe nationale. Tout a commencé à Ouagadougou, au Burkina Faso, où les Lions devraient affronter en amical les Ecureuils du Bénin avant de  s’installer dans leur camp de base à Ouaga 2000. Déjà, chez les pays des Hommes Intègres, nous avons très vite senti les prémices d’une débâcle puisque l’équipe vieillissante des Lions avait commencé à montrer des faiblesses et autres signes de défaillances. Que ce soit dans le comportement pendant les entrainements mais aussi le respect des règles élémentaires digne d’une équipe de haut niveau a été foulé aux pieds.

Tamale, ville propre.

Bavary Cissé Rédacteur en chef du quotidien RECORD.

A l’issue de ce stage qui va durer une semaine, on a fait cap sur Ghana. A Tamale, tout comme dans les autres villes de ce pays, c’est la propreté dans les artères qui attire l’attention du visiteur. Je savais qu’en un moment, le Ghana était bien administré par le régime militaire mais jamais dans ma vie, je n’ai imaginé que des mères de famille se levèrent tôt le matin pour balayer et nettoyer les grandes artères de la ville. Mieux, il était interdit de fumer sur la voie publique.

C’est vrai que les Lions ont fait long feu de tout bois avec cette élimination prématurée et inattendue dès le premier tour avec deux matchs nuls (contre la Tunisie et l’Afrique du Sud) et une défaite contre l’Angola (1-3). C’est vrai que nous ne pouvions rêver pareille conjoncture parce qu’on avait à cœur d’observer de façon approfondie toutes les facettes de la présentation et du retentissement de compétitions majeures.

L’auberge des envoyés spéciaux.

A Tamale déjà, le gîte des journalistes qui ressemblaient plus à un cabaret qu’à un hôtel, a interpellé plus d’un. Etant à notre première expérience, on n’a pas trop compris. C’est vrai qu’on me dira que Tamale est une localité enclavée du Ghana où il n’est pas facile de dépoussiérer un hôtel acceptable, mais tous les envoyés spéciaux étaient d’avis qu’une mission de prospection digne de ce nom permettrait au moins de dénicher un nid plus commode où l’internet ne ferait pas défaut comme ça été le cas dans notre abri provisoire qui ressemblait plus à une auberge qu’à autre chose.

Je n’avais pas l’habitude de côtoyer les « barrons » de la presse auparavant puisque n’ayant pas fait plus de deux ans de service. Mais, au Ghana, le manque de solidarité entre confrères m’a plus intrigué tout comme les prestations honteuses des Lions. Non seulement des coups de poing ont tonné dans le bus qui nous transportait vers Tamale mais des articles relatant les escapades d’un confrère m’ont aussi choqué.

Le presque pugilat entre journalistes et joueurs.

Justement, parlant d’escapades, on sera bien servi à Kumasi où les Lions devaient jouer leur dernier match de groupe contre l’Afrique du Sud. Au bord de l’élimination, Lamine Ndiaye qui avait hérité de l’équipe après la démission surprise de Kasperzack, a eu à faire avec les déboires de certains joueurs qui ont investi Kumasi by night dès leur arrivée. Alors, étant l’un des témoins oculaires de la virée nocturne de certains joueurs au Vienna City, j’ai compris que le Sénégal aura du mal à soulever le graal si les pensionnaires de la tanière n’ont pas conscience de la mission qui leur est assignée. Ce soir-là, n’eut été l’intervention musclée des videurs de la boite de nuit en question, l’irréparable allait se produire entre journalistes et footballeurs tellement que les nerfs étaient tendus.

Drogba pour couronner tout.

Le Sénégal étant sorti de la compétition, nous devons malgré tout continuer la couverture de ce 26ème biennal du football africain. Alors, étant dans un journal sportif, il nous est arrivé de faire un saut à Sekondi-Takoradi, pour assister au match de quart finale Côte d’Ivoire-Guinée afin de servir la forte communauté guinéenne au Sénégal. En fin de compte, les Éléphants ont pris le dessus sur le Sily qu’ils ont massacré (5-0). A la fin de la rencontre, Mor Fall et moi n’avions pas regretté les 480 km qu’on s’est tapé puisqu’à l’arrivée Didier Drogba nous a offert une exclusivité. Le goleador ivoirien n’avait pas le temps de faire un tour en zone mixte. Mais, quand il a appris qu’on était des sénégalais et qu’on lui a parlé de nos relations avec le regretté Pape Diouf, l’ancien Marseillais a gentiment demandé aux autres confrères qui étaient à l’affut que c’était une interview exclusive dans l’intimité d’un coin d’Essipong Stadium de Takoradi.

Cette première expérience qui a été le baromètre de notre carrière nous a permis  de comprendre et de partager l’aboutissement de l’effort de grands sportifs dans un cadre grandiose. Nous avons par la suite couvert d’autres grands événements mais nous avons surtout compris que des événements compétitifs de cette ampleur ne se limitent pas à la période de leur déroulement, mais suscitent des débats, questionnements et autres polémiques bien antérieurs. Que d’émotions !

Bacary CISSÉ RECORD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code