« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Ibrahima MBOUP RTS. Ma première était une désillusion.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” racontent d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, brefs les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Ibrahima Mboup à l’extrême droite en compagnie de ses confrères à Bata.

Ma première campagne remonte à la coupe d’Afrique 2012 en Guinée Equatoriale. La fameuse Can de Bata. Ce fut un rêve de gamin qui se réalisait. Tout jeune, j’ai suivi toutes les CAN à la télé. De spectateur, je suis devenu acteur en 2012 en commentant les matchs du Sénégal en compagnie d’une idole, d’un mentor en la personne de Abdoulaye Dabo ancien rédacteur en chef du desk Sports de la RTS, qui m’avait choisi en compagnie aussi de Pape Biram Bigue Ndiaye pour couvrir la Can. Je me souviens bien que nous sommes arrivés à l’aéroport de Malabo vers 4 du matin après un long voyage Dakar-Casablanca-Malabo. La fatigue se faisait sentir mais la passion et l’envie l’ont emportées sur le reste. Arrivés à l’aéroport, nous sommes accueillis par grand Moussa Gueye (paix à son âme). Un Sénégalais établi en Guinée Équatoriale dont la bonté et la disponibilité m’avaient ébloui. Nous avons dormi chez lui. Je crois que nous étions une dizaine. Journalistes et techniciens de la RTS. Le lendemain matin, la première vague de la délégation a rejoint Bata. Dans l’après-midi, nous avons pris la direction de l’île via un vol qui nous a donné des frayeurs. C’est la peur au ventre que nous avons voyagé à bord d’un vol peu sûr. Mais grâce au Tout-Puissant, nous sommes arrivés à bon port. Débute alors la CAN avec son rythme infernal. Entre la couverture des séances d’entraînement, les conférences de presse, les matchs, le montage des sujets, l’enregistrement des magazines. Comme vous le savez, le Sénégal a entamé la phase de poule face à la Zambie. J’ai commenté ce match avec Abdoulaye Dabo. Dans les 5 premières minutes, y avait beaucoup de pression. Je l’ai sentie au point qu’il m’était difficile de bien commenter. Mais j’étais chanceux car j’avais à mes côtés un certain Abdoulaye Dabo, journaliste chevronné qui couvrait la CAN depuis 1986. Sentant que je tergiversais un peu, il m’a fait signe de la main pour me motiver. C’est de là que je suis revenu dans le match et commenter mon premier match de phase finale de coupe d’Afrique des Nations. Malheureusement, le Sénégal a perdu 2 buts à 1. Une entrée en lice ratée. Les Zambiens étaient gonflés à bloc. Nous avions partagé le même hôtel avec les journalistes Zambiens. Ils ne voulaient même pas partager la table à manger avec nous. Ils nous évitaient dans les couloirs comme des pestiférés. Les Zambiens ont toujours en mémoire le crash de l’avion de leur équipe nationale en partance pour Dakar, tombé au large de Libreville en 1993. Après cette défaite, nous sommes rentrés à l’hôtel Carmen de Bata vers minuit. Personne n’a mangé. Chacun est allé s’enfermer dans sa chambre. La nuit a été longue. Comme dans toutes compétitions, il y a souvent un brin d’espoir malgré la contre-performance. Lors du deuxième match des Lions, nous concédons encore une défaite.   2 buts à 1 contre la Guinée Équatoriale. C’est le match de l’élimination. C’est le duo Dabo-Pape Biram qui a commenté la partie. Après le 2ème but Equato-Guinéen, ils sont restés presque une minute sans parler. Ils étaient tellement abattus. J’étais tout juste dernière la position-commentateur. J’étais sans voix. Surpris par le spectacle qui se jouait sous mes yeux. L’équipe du Sénégal qui a survolé les éliminatoires venait d’être éliminée. Ce jour-là, j’ai vu une équipe sénégalaise stressée avant le match. La pression était immense. J’ai eu la chance d’assister à l’arrivée du bus des Lions au stade de Bata. Deux heures avant le match. Les joueurs n’étaient pas sereins à leur descente. Ils avaient tous le masque. Dos au mur. Sans doute dominés par l’émotion. Ils ont fait une grosse première période. Malheureusement, c’était encore une défaite. Arrivés à l’hôtel. Nous n’avons pas mangé. Rebelote. Chacun est allé dans sa chambre comme après le revers face à la Zambie. Bien qu’éliminé, le Sénégal devait disputer son troisième match de poule face à la Libye. Match que j’ai commenté avec Abdoulaye Dabo. Les Lions perdent encore 2 buts à 1. Trois matchs, trois défaites. La pire Can de l’histoire du Sénégal. Ma première campagne vient de se terminer. On a fait un séjour de 10 jours en Guinée Équatoriale. Nous n’avons pas couvert le reste de la compétition. Ce fut une grosse désillusion. Mais au plan professionnel, j’ai beaucoup appris. Les conditions étaient difficiles. La pression était immense. Malgré tout, nous avons tenu le cap. C’est une expérience inoubliable pour un jeune reporter. Ça marque dans une carrière

Ibrahima MBOUP RTS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code