« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Mamadou DIOUF SOLEIL : « On me prenait pour Khalifa DIOUF ancien champion de judo ».

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

L’équipe de basket qui a battu l’Egypte chez elle en 1992.

Ça n’a pas été ma première campagne, mais elle est sans nul doute celle qui a marqué mes esprits. Les championnats d’Afrique de Basket masculin en décembre 1991 et janvier 1992 au Caire en Egypte, restent toujours dans mes meilleurs souvenirs. D’abord c’était un Afrobasket qui marquait le retour des Senefs (Sénégalais de France). Avant, les Africains qui avaient une double nationalité ne pouvaient pas participer à ces compétitions. Et après de rudes batailles, FIBA a finalement autorisé leurs participations aux championnats d’Afrique, histoire de relever sûrement le niveau du tournoi. Dans l’équipe du Sénégal, étaient concernés les Alexandre Silva, Adramé Ndiaye, Etienne Preira qui sont venus de la France et rejoindre des locaux comme Issakha Bary, Cheikh Dia, Massaer Ndiaye, Valdiodo Sady etc… C’était une très grande équipe du Sénégal.

Madiouf et feu Pape Diouf: ils ont collaboré au journal LE SPORTIF en 92.

Quand je suis arrivé au Caire, je suis devenu une star. Les Egyptiens me prenaient pour une vedette, pour l’ancien champion de Judo Khalifa DIOUF. Sur mon badge, il est écrit mon nom Mamadou Diouf et les Cairotes me confondaient au judoka Sénégalais Khalifa Diouf qui avait battu le champion égyptien Mohamed Aly Rachouan trois mois au paravent. Rachouan était presque un jeu égyptien. Il était adoubé et adulé. L’idole de tout un peuple. Alors quand Khalifa Diouf a battu leur champion de judo en septembre 1991 au Caire, ils ont retenu son nom. C’était aux Jeux Africains de 1991 au Caire. Je rappelle que Rachouan a été médaillé d’argent aux Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles. Depuis lors, il était devenu une icône du judo et du sport égyptien. Alors quand je passais avec mon badge, tout le monde m’appelait Khalifa DIOUF. Cela m’a beaucoup marqué.

Etienne Preira, l’extraterrestre.

Etienne Preira qu’on appelait le diamant noir sénégalais.

C’était des championnats d’Afrique très intéressants sur le plan humain d’abord dans la mesure où le Sénégal avait battu en demi-finale l’Egypte le pays organisateur. L’Egypte était à l’époque la pionnière du Basket Ball Africain. L’Egypte a même participé aux jeux olympiques de Berlin en 1936. Elle participé et remporté les championnats d’Europe de 1949 organisés au Caire en battant la France en finale. Avant la naissance de FIBA AFRIQUE, l’Egypte participait aux championnats d’Europe. C’est en 1925 que la Fédération Egyptienne de Basket Ball a été créée. Le basket est entré en Afrique par l’Egypte. Il n’y avait pas de championnat d’Afrique, y avait le Young men children Association. D’ailleurs les premiers championnats d’Afrique sont organisés en Egypte. Donc un pays de basket, un pays qui a une histoire avec le ballon orange. C’est cette Egypte là que le Sénégal avait battu et éliminé en demi-finale en janvier 1992. Et c’était la première défaite en Basket de l’Egypte à domicile. Et les égyptiens ne pouvaient pas digérer. Et cette victoire sénégalaise portait l’empreinte d’Etienne Preira qui était la star du Basket Ball sénégalais (99 – 83). Un écart de seize points. Dont 28 points d’Etienne Preira. Ce jour-là, le public ne cessait de scander le nom de la vedette sénégalaise. Tout le monde ne parlait que lui. Dans les taxis, les télévisions, les radios, les coulisses du stade. Pour les Egyptiens Etienne était un extraterrestre. Il était au-dessus de tous en Afrique. On le surnommait d’ailleurs Jordan. A l’époque j’étais au Journal LE SPORTIF avec feu Pape DIOUF, Mamadou KOUME. Je me souviens comme hier de mon titre qui barrait la UNE du journal. J’avais titré : « 16 points dans la vue des Egyptiens ».

Le policier égyptien qui se faisait passer pour un journaliste.

Le papier de Madiouf qui avait fait la UNE du journal LE SPORTIF à l’époque après l’éclatante victoire du Sénégal sur l’Egypte.

Le jour du match, il y a eu un événement qui m’a profondément marqué aussi. Il s’agit d’un espion égyptien qui est venu infiltrer le Sénégal. Un faux journaliste égyptien. Il s’agissait d’un policier qui se faisait passer pour un journaliste égyptien. En réalité il était venu pour nous fliquer. Il avait une carte de presse et il est tombé sur moi. Il disait qu’il voulait rencontrer les joueurs sénégalais. J’ai eu le flair, je l’ai soupçonné. En fait il était venu avec des xons. Je connais bien les égyptiens. Je suis allé plus d’une dizaine fois pour les congrès d’AFABA l’ancienne FIBA AFRIQUE en tant que membre de la commission médias de l’instance africaine. Donc quand il est venu au regroupement, il avait un comportement bizarre et je l’ai intercepté. Quand je me suis renseigne, il s’avérait que le gars en personne était un policier ou un militaire en tout cas. Notre chance est que ce jour-là, les joueurs n’ont pas mangé à l’hôtel. Ils étaient invités par l’ambassadeur pour un déjeuner avec le diplomate sénégalais.

C’est un événement qui m’a beaucoup marqué.

Quand les angolais provoquaient Etienne Preira  en kéréols.

L’autre fait manquant, c’est le jour de la finale contre l’Angola la bête noire de toujours. Les Palancas Negras nous avaient battus en match de poule (68 – 64). On les recroise en finale. Mais les angolais avaient trop peur d’Etienne Preira. Il les avait torturés en match de poule. Et lors des championnats d’Afrique de 1989 aussi chez eux à Luanda. C’est normal qu’ils prennent leurs dispositions en finale. Ils le surveillaient comme du lait sur le feu. Ce jour-là, les angolais ont joué sur un détail très important. Ils ont joué la carte de la provocation. Le meneur de jeu Souza était demandé à provoquer la star sénégalaise en l’incitant à commettre des fautes. Le joueur angolais le provoquait avec des insultes et des intimidations. Etienne s’est énervé et en dix minutes, Preira a commis trois fautes parce qu’il donnait à chaque provocation un coup au joueur angolais. Ça a été le tournant de la finale que le Sénégal a perdue 71 à 66. Après la finale mes confrères angolais m’ont révélé que c’était le psychologue de l’équipe qui leur avait conseillé de provoquer Etienne Preira. Et le coup a réussi. Comme Etienne Preira comprenait le kéréols qui a beaucoup de ressemblance au portugais, ils ont joué sur ça pour lui lancer des piquer dans le terrain. Souza était très petit de taille et il Etienne faisait presque deux mètres. C’est ce qui a énervé surement la star sénégalaise. Le match était arbitré par un français et un grec parce que Sénégal/l’Angola a toujours été un match chaud, un derby en Basket. Malheureusement les Palancas Negras sont toujours venus au bout des Lions même si le score était la plupart étriqué. Je crois que la première victoire du Sénégal sur l’Angola est arrivée en 1997 à Dakar lorsque les Lions a remporté le titre. Voilà des faits qui ont fait que ces championnats d’Afrique de basket de 91/92 en Egypte m’ont marqué.

Mamadou DIOUF SOLEIL.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code