« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Babacar Ndaw FAYE Emedias : En 2009 les envoyés spéciaux sont gardés à vue à Tripoli.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Babacar Ndaw Faye dans les tribunes.

Juillet 2009. Après quelques missions de courtes durées dans la sous-région, me voilà lancé par ma rédaction d’alors (L’Observateur), pour mon tout premier voyage de longue durée en qualité de journaliste sportif. On devait partir en Libye, alors gérée de main de maître par Mouammar Kadhafi. J’avoue que j’appréhendais particulièrement cette mission parce que quelques mois plus tôt, envoyé en mission à Nouakchott pour couvrir un déplacement du guide libyen qui devait y diriger une prière, j’avais été très choqué par la folie des grandeurs de l’homme et par les courbettes des autorités politiques et coutumières de nos voisins du nord. Cela s’était grandement ressenti dans le papier que je fis alors, qualifiant de cirque ce qui venait de se dérouler sous mes yeux. Ce qui n’avait pas du tout été du goût de ceux qui avaient pris en charge la visite, pour plusieurs journalistes africains dépêchés pour l’événement, tous aux frais du contribuable libyen. Dès mon retour, je compris très vite que le ton de mon article n’avait pas été apprécié par nos amis Lybiens dans la mesure où le reliquat des frais qui devaient nous parvenir après publication des articles n’arriverait finalement plus.

Quelques mois plus tard, je me présente à l’ambassade de Lybie à Dakar, en compagnie de quelques confrères comme mon grand compagnon de galères africaines, Malal Junior Diagne, mais également Adama Kandé, Alexis Dacosta, Sadani Thiam, Amedine Sy, Woury Diallo ou encore le regretté photographe Demba Mballo. J’étais le plus jeune et le moins expérimenté de ce groupe qui devait couvrir l’Afrobasket masculin 2009 pour lequel le Sénégal nourrissait de grandes ambitions avec une belle équipe où l’on retrouvait Boniface Ndong, Maleye Ndoye et Desagana Diop et découvrait un Mouhammed Faye explosif.

A la représentation diplomatique, sans explication claire, on nous fit comprendre, après qu’on a payé les frais, qu’on ne pouvait pas disposer de visa pour couvrir cette compétition continentale. Nos passeports ne nous étaient pas rendus. Et pire encore, la police fut appelée pour nous chasser des lieux.

Il n’en fallait pas plus pour qu’un grand bruit ne soit créé au sein de l’ambassade. Et puisqu’on était à quelques minutes de midi, les confrères, qui s’y connaissaient bien en moyens de pression, avaient rapidement coordonné pour que les éditions du journal s’ouvrent sur ce fait divers qui m’amusait particulièrement, moi le bleu du groupe. RFM, Sud FM, Walf, qui lancent leur journal sur cette affaire me fit très vite prendre la mesure de la puissance des médias.

Rapidement, les ministères du Sport et des Affaires étrangères s’emparent du dossier et les autorités consulaires libyennes font volte-face. Nous sommes convoqués le lendemain pour recevoir nos passeports avec visas et nous pouvions enfin partir dans la foulée, une nuit d’un jeudi à vendredi.

Au bout de nos peines, croyions-nous. Que nenni ! Il nous fallait poser le pied sur le tarmac du grand aéroport de Tripoli pour que les embrouilles reprennent.

Il est cinq heures du matin et c’est un froid glacial qui nous sert la première gifle. Dans le hall de l’aéroport, il semble qu’il y ait un souci avec nos visas. Les forces de l’ordre sur place n’ont cure du fait qu’on venait couvrir un évènement sportif majeur qui se tenait sur leur sol. Une dizaine de nègres mal fagotés qui débarquent comme ça, certains avec de grandes caméras, ça interpelle. Ici, plus qu’ailleurs. Nous sommes alors trimballés de bureau en bureau. Questionnés à tour de rôle. Regardés de haut. Surement insultés en langue locale… Puis, gardés à vue dans une petite pièce. Parce qu’entre temps, le bouillant Malal avait – ô sacrilège ! – engueulé l’un des agents en tenue, en lui faisant comprendre que nous étions journalistes. Ici, cela ne fonctionnait pas, visiblement. C’était il y a plus de 10 ans en arrière et le développement de la technologie n’était pas encore ce qu’il est aujourd’hui. Pas d’internet, pas de puce : difficile d’entrer en contact avec qui que ce soit. Pis, il est encore trop tôt (6h à Tripoli, 4h ou 3h à Dakar), un vendredi (équivalent du dimanche dans les pays arabes) où le service est à l’arrêt.

C’est ainsi que nous étions obligés d’attendre, de voir les aiguilles de l’horloge répéter leur défilé de façon interminable, de se faire trimballer par moments, ou harceler quand on osait se détendre : «Sahafi Sénégal, sit down ! »

Babacar Ndaw Fye lors d’une compétitions internationale.

Jusqu’aux alentours de midi, quand nos différentes rédactions à Dakar se sont rendus compte que nous n’avions toujours pas fait signe de vie (il fallait quand même envoyer les premiers papiers pour ceux qui sont en radio), ont alerté les services des affaires étrangères qui à leur tour ont câblé l’ambassadeur du Sénégal à Tripoli. Ce dernier, ayant suivi les bisbilles qu’il y a eu la veille à Dakar s’était déjà douté que ça n’allait pas être simple pour nous et avait déjà entrepris des démarches. Mais le vendredi, day off, n’aidait pas. Il vint tout de même à notre rescousse, nous fit sortir de notre geôle de circonstance et nous permit d’entrer en contact avec Dakar, le temps que la situation se décante pour que nous sortions enfin de l’aéroport pour regagner nos chambres d’hôtels.

L’Afrobasket pouvait enfin démarrer. À côté, Tripoli restait un mystère. Belle ville, superbement bien éclairée, très propre, de rutilantes voitures partout et des conducteurs disciplinés qui payaient le litre de carburant à moins de 60 FCFA. Ici, le sport favori n’était ni le football ni le basket : c’était de vénérer le guide suprême Mouammar Kadhafi. Une autre époque.

Babacar Ndaw FAYE Emedias.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code