Pippen régent contrarié, buzzer de la discorde et dynastie en stand-by : 93-95, la vie sans Jordan

NBA – A l’occasion de la sortie du documentaire “The Last Dance”, consacré à la dernière saison de Michael Jordan sous le maillot des Bulls en 1997-98, nous vous entraînons dans la triomphale saga de la franchise de l’Illinois sous le règne de “His Airness”. Règne mis entre parenthèses deux saisons à la suite de la première retraite de MJ en 1993.

Les flashes crépitent et les micros saturent. Michael Jordan a le sourire. Il en faut plus pour lui faire perdre ses moyens. Il s’assoit, à côté de sa femme Juanita Vanoy, devant un parterre de journalistes conscients qu’un moment d’histoire s’écrit sous leurs yeux. Jerry Reinsdorf, propriétaire des Chicago Bulls, prend place à la droite de Sa Majesté. Le commissioner David Stern. Le GM Jerry Kraus. Le coach Phil Jackson. Le bras droit Scottie Pippen. Ils sont tous là.

Le Berto Center, salle d’entraînement de la franchise de l’Illinois, se mue en théâtre d’une conférence de presse dont l’objet est voué à changer le destin de la Ligue. Nous sommes le 6 octobre 1993 et le meilleur joueur de basket du monde va expliquer pourquoi il prend sa retraite. A 30 ans. Au sommet de son art.

“Je n’ai plus rien à me prouver”

Jordan parle de lassitude, de sentiment d’accomplissement : “J’ai toujours dit aux gens qui me connaissent que quand j’aurai perdu le sentiment de motivation, le sentiment d’avoir quelque chose à prouver en tant que joueur de basket-ball, il sera temps pour moi de quitter le jeu.” Et cette heure est venue. “J’ai juste l’impression que j’ai atteint le pinacle de ma carrière, que je n’ai plus rien à me prouver“, explicite le MVP des trois dernières Finales NBA, toutes remportées par les Bulls.

Le décès de son père, assassiné le 23 juillet de la même année, “(lui) a fait réaliser à quel point la vie est courte” mais n’a pas motivé la fin de sa carrière. His Airness l’assure en tout cas, lorsque l’impact de ce drame est évoqué : “J’aurais pris la même décision avec mon père à mes côtés.”

Théorie du complot

Il n’a pas encore mis un pied hors du microcosme-NBA que la question de son comeback se pose déjà. Et MJ ne l’élude pas : “Dans cinq ans, si l’envie revient, si c’est avec les Bulls, et si David Stern me laisse revenir… je pourrais faire mon retour.” Une suggestion d’approbation nécessaire par le boss de la ligue nord-américaine qui suscitera la polémique.

Notamment parce que la NBA a mené une enquête sur le génial arrière des Bulls et son appétence pour les jeux d’argent. Ses conclusions officielles ? “Absolument aucune preuve que Jordan a violé les règles de la Ligue“, comme le relatera le New York Times, trois jours après la fameuse conférence de presse. Insuffisant pour tuer dans l’œuf toutes les rumeurs de suspension maquillée.

Cela n’est que spéculation. La résurgence de l’idole, elle, sera factuelle. Les Bulls voudront toujours de Jordan. Stern ne s’opposera pas à son retour. Le tout à un horizon bien inférieur aux cinq ans évoqués. Mais à cet instant, Chicago est à des années-lumière de cette perspective. En NBA, il faut être excellent ou médiocre. Et les Bulls n’ont pas l’effectif pour tanker. Surtout que la donne change pour la prochaine draft. Le pourcentage de chance octroyé au cancre de l’année d’obtenir le premier choix est encore plus élevé qu’avant (25% contre 16,67%). Tandis que le sésame s’éloigne pour les équipes échouant aux portes des playoffs.

Pour Pippen, c’est l’opportunité d’une vie

Pas de doute : l’objectif de Chicago est de rester compétitif. Cette mission incombe à Phil Jackson. Mais Scottie Pippen la personnifie plus encore. Il a l’ambition de prendre les commandes. Drafté par les SuperSonics en 5e position en 1987, il avait été échangé dans la foulée avec Olden Polynice, sélectionné trois rangs plus bas par les Bulls. Seattle empochant au passage un deuxième tour de draft et un potentiel swap de premiers tours dans les deux années à venir. Une contrepartie qui a semblé de plus en plus dérisoire au fil des années, Pippen s’avérant le complément idéal de Michael Jordan, tandis que Polynice ne réalisait qu’une carrière honorable.

Mais Scottie Pippen n’est pas seulement un élément clef de la transformation de MJ d’inénarrable soliste à machine à gagner. Il n’est pas un “scoreur” aussi hallucinant que son illustre compère, mais il est peut-être encore plus polyvalent. Lui aussi était de la Dream Team 1992. Lui aussi peut être le mâle alpha. Il a 28 ans et une occasion en or de le prouver. “J’étais l’homme le plus heureux du monde, déclarera-t-il en 2017, sur le plateau d’ESPN, à l’évocation des nouvelles responsabilités qu’il s’apprêtait à acquérir. C’est une opportunité à saisir, en particulier lorsque vous êtes dans une position, comme moi avec Michael [Jordan], où vous ne serez probablement jamais sous le feu des projecteurs.”

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code