« SOUVENIRS & INTRIGUES » : SODA THIAM RFM : « Madame, vous ne pouvez pas voyager ».

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Soda Thiam en train d’interviewer ici un sénégalais vivant à Tenerife.

C’était exaltant ! Ma première vraie campagne était en Espagne à Tenerife plus précisément où se déroulait la coupe du monde féminine de basketball en septembre 2018. Ma vraie première escapade en tant qu’envoyée spéciale dans un grand événement sportif. Pour la première fois je me suis réellement confrontée aux vraies réalités du terrain même si j’ai eu à couvrir auparavant quelques événements de moins d’envergure.

Déjà, les choses se compliquent même avant mon départ du Sénégal. Je devais voyager le mercredi 19 septembre., Mais le samedi d’avant en début de soirée, je commençais à ressentir des courbatures. Je n’ai rien dit à ma famille, ni à mes supérieurs de peur qu’on m’annule le voyage. Couvrir une compétition de coupe du monde pour une jeune journaliste, n’arrive pas tous les jours. Alors en début de soirée, je ne pouvais plus cacher ma douleur puisque je ne parvenais pas à marcher. Mon mari m’a amené à l’hôpital. Arrivée devant la porte, on me met sur une chaise roulante. J’avais toutes les difficultés pour m’assoir dans le fauteuil roulant. Mais il fallait absolument le faire. Une fois à l’intérieur, je suis hospitalisée pour des perfusions. Quelques heures après, le médecin vient dans la salle pour me faire faire quelques mouvements, ce que je ne parvenais pas. Les choses se compliquent et mon voyage risque d’être compromis si ma situation sanitaire ne s’améliore pas. Pendant tout ce temps je pensais au voyage. Si je ratais cette opportunité, ce serait vraiment dommage pour une jeune reporter comme moi. Au moment de ma sortie de l’Hôpital, le médecin m’a demandé de revenir mercredi (jour de mon voyage) pour faire une radiographie. J’ai hoché la tête. Mais il ne m’a jamais revu.

Soda Thiam admise à l’hôpital à 48 heures de son premier grand voyage en tant qu’envoyée spéciale dans une coupe du monde. Elle a failli manquer ce grand rendez-vous à Tenerife 2018.

Deux jours après je commençais à marcher normalement (et oui avec les massages, méthode de grand-mère, que j’ai utilisés). Le jour du voyage, arrivée à l’aéroport, je suis très heureuse de voir que je ferai le voyage avec des confrères. Pour une grande première, il le fallait. « Alhamdoulillah je ne serai pas seule », soupirais-je. Au moment de l’enregistrement, j’ai vécu la plus grosse frayeur de ma vie de reporter. L’agent qui s’occupait de me faire enregistrer, regarde mon passeport et me dit : « Madame, vous ne pouvez pas passer ». Mon sang a fait un tour. Comme si le monde est en train de s’écrouler sur mes pieds. Je garde difficilement ma sérénité et lui demande la raison. En réalité, le vrai problème était que le visa devait commencer le 20 septembre et mon billet était pour le 19. Alors après avoir passé des coups de fil à mes supérieurs on me demande de rentrer à la maison et on m’annonce qu’il n’y aura vol que le vendredi 21.

Heureusement cette fois ci, c’était la bonne et pas de problème puisque j’ai pu embarquer et avec d’autres confrères aussi. A mon arrivée à Tenerife, je n’ai pas connu assez de difficultés le jour puisque le groupe qui était parti le 19 avait pu trouver un hôtel. Alhamdoulillah je suis en enfin en terre Espagnole.


Le lendemain, on prend la direction du stade pour récupérer les accréditations. Là aussi pas de problème et je me suis empressée d’entrer dans le stadium pour regarder un match, histoire de prendre mes repères.

Soda Thiam brandissant ici le trophée de champion d’Afrique de Beach Soccer en Egypte.

Et le travail commence. Il fallait vite envoyer un papier pour marquer ma présence. Le Sénégal entame le mondial avec une défaite contre les Usa mais heureusement les lionnes n’avaient pas pris une raclée. Après les envois, on va voir ce que ça donne les rues de Tenerife avec des consœurs. Il fallait mettre quelque chose d’abord le ventre. Nous nous sommes confrontées à une première difficulté : la barrière de la langue. Ça faisait presque dix ans je n’ai pas prononcé un seul mot en espagnol. Il fallait sortir la grande artillerie. Revisiter mes cours d’Espagnol de troisième secondaire dix ans après. Et comme y avait des menus affichés, il fallait prononcer deux mots et terminer la commande par des gestes lol. Il me fallait être très rusée pour me tirer d’affaires. Quand on ne comprend pas les conversations autour de soi, les pancartes, les menus des restaurants, on peut vite se sentir vulnérable à cause de la barrière de la langue.

Sur le parquet, les Lionnes réussissent leur deuxième sortie avec un succès 70-69 contre la Lettonie. C’est la toute première fois que le Sénégal bat une sélection européenne. Grâce à sa victoire sur la Lettonie, la première d’une nation africaine en poules de coupe du monde, le Sénégal est qualifié pour les barrages avant même de jouer et perdre son troisième match contre la Chine. Malheureusement les Lionnes s’inclinent face au pays-hôte de Astou Ndour.

Alors c’était finit pour la bande à Astou Traoré mais pas pour la presse sénégalaise puisqu’on devait terminer le mondial avec beaucoup de difficultés.  Il n’y avait plus beaucoup de matières à mettre sous la dent. Alors j’en profite pour faire la collecte pour mon grand reportage sur les difficultés que rencontrent les sénégalais de Tenerife avec l’émigration clandestine. Une autre réalité du terrain. Après avoir fait la collecte à Santa Cruz où se déroulait la compétition, il fallait rallier le sud de l’Espagne où il y’a une forte présence des compatriotes sénégalais. Le plus difficile est qu’il fallait y aller la nuit pour être là-bas la journée et leur trouver dans leur lieu de travail le plus connu : la vente à la sauvette, la restauration ou videur de boîte de nuit. Alors j’étais avec une consœur et deux confrères. On a pu faire le tour pour des interviews jusqu’à 3 h du matin. C’était émouvant malgré les difficultés du terrain.

 Les jours passent et c’était la routine stade-hôtel. Mais il faut avouer que la mission était exaltante quand même.

Ce fut une belle expérience j’ai pu apprendre beaucoup de choses, mieux connaître certains confrères et consœurs. Et c’était la première fois que je reste plus de 2 semaines sans ma famille. Et deux mois plus tard, une autre occasion s’offre à moi. C’est la couverture de la Can de Beach soccer à Sharm El cheikh en Égypte comme seule journaliste étrangère et sénégalaise. Un bon souvenir dans cette partie du pays des pharaons où l’équipe de Beach soccer a remporté son 5ème titre continental et moi j’ai soulevé mon premier trophée de can …

Soda THIAM RFM.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code