« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Frank SIMON de FRANCE FOOTBALL : « CAN 1994, trois médias ont sollicité une accréditation à mon nom ».

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Frank SIMON dans les studios de BBC.

Ma première véritable campagne de CAN, c’est-à-dire vécue sur le terrain, remonte au printemps 1994. A l’époque, j’ai 24 ans. Pigiste à Afrique Football (1990-1992), j’ai loupé l’édition 1992 au Sénégal, ayant été maintenu à Paris pour réceptionner la copie et les photos envoyées régulièrement par les envoyés spéciaux.

Début 1994, enfin dégagé des obligations militaires, je viens de passer un mois en Afrique de l’ouest, d’Abidjan à Ouaga en passant par Bamako, où j’ai observé longuement les Eléphants champions d’Afrique sortants, tout cela dans le contexte très tendu de la dévaluation du franc CFA.

Je suis à l’époque pigiste à France Football qui m’a généreusement accrédité pour l’évènement. Sauf que la rédaction en chef ne fera pas appel à moi durant la CAN tunisienne, s’appuyant uniquement sur les deux titulaires envoyés (Jean-Marie Lorant et Jean Issartel). Mais ça, je ne le découvrirai qu’à la veille du départ… 

Grâce à quelques piges que j’ai engrangées précédemment, je me paie le voyage pour Tunis. Sur place, j’ai aussi négocié de partager une chambre à l’hôtel El Mechtel avec mon ami de trente ans, le géant sud-africain Mark Gleeson. Je débarque deux jours avant le début de l’épreuve, et retrouve rapidement sur place mon autre ami Fayçal Chehat, rédacteur en chef de La Lettre du Sport Africain (LSA), devenu depuis patron du site www.2022mag.com et basé comme moi à Paris.

Le journaliste de FRANCE FOOTBALL est aussi consultant à RFI.

Je vais donc piger pour lui mais aussi pour le mensuel Le Supporter Africain, dirigé par Eric Fabre, le patron de l’Association des Black Stars. Ce dernier, magnanime, me rembourse d’ailleurs mon billet d’avion, ce qui me permettra de disposer de quelques précieuses liquidités en poches durant ce séjour.

Premier choc : au moment de collecter mon accréditation (le centre de presse est situé dans mon hôtel), je fais connaissance avec mon futur mentor, Faouzi Mahjoub. Qui m’apprend que trois médias ont sollicité une accréditation à mon nom ! Finalement, il me donne celle au nom de France Football.

Le tournoi, qui se déroule sur une longue quinzaine, me permet d’assister à tous les matches, puisque deux sites (Tunis, avec deux stades, et Sousse) ont été retenus. L’organisation met à disposition des journalistes des navettes qui font le voyage, court et rapide, entre les deux villes. Je fais connaissance à cette époque avec de nombreux confrères africains qui deviendront, au fil des années, des amis, comme le Sénégalais BK Ndiaye ou le Japonais Yoïchi Togashi, qui décédera pendant la CAN 2006.

Je me familiarise aussi avec Tunis, qui deviendra aussi une ville où je suis revenu très souvent par la suite, pour des finales de coupes de clubs et une autre CAN, dix ans plus tard.

Frank SIMON journaliste et ancien gardien de but, est un fou amoureux du football africain.

Ce qui me marque d’emblée, c’est la proximité entre sélections. L’hôtel Diplomat, situé à quelques minutes du mien, concentre sur plusieurs étages le Gabon, l’Egypte, le Nigeria et, je crois, le Zaïre (la RDC actuelle). Les sélections se relaient à tour de rôle pour prendre leurs repas. Les joueurs se côtoient librement dans le hall de l’hôtel, et même dehors. C’est là-bas que nous verrons naitre une idylle entre le jeune Daniel Amokachi et une employée du Diplomat, qui finiront par convoler en justes noces.

A l’époque, causer avec un joueur ou un membre de l’encadrement technique est d’une terrible simplicité. Pas de sécurité pour nous repousser ou nous agresser. On entre avec son badge, on engage la conversation et on négocie un rendez-vous, tout de suite, dans une heure ou le lendemain ! Tout se passe entre gens intelligents et bien intentionnés.

C’est aussi la première CAN où débarquent les journalistes sud-africains en masse. Le pays a été réintégré par la FIFA et la CAF deux ans plus tôt, et ils découvrent donc le tournoi panafricain. Ils ne parlent qu’anglais, zoulou et afrikaans, c’est pourquoi le dialogue entre eux et les Tunisiens tourne parfois à l’incompréhension.

A Sousse, lorsque je me rends sur les matches, je discute systématiquement avec Raymond Zarpanélian, le coach franco-arménien nommé quelques mois plus tôt sur le banc de la Sierra Leone, dont c’est la première participation. « Zapiko » comme ses joueurs l’ont surnommé a fait un long stage dans le sud de la France. Je suis l’un des rares journalistes à être allé le voir sur place et une amitié s’est nouée entre lui et moi, que seule sa mort en mars 2011, séparera.

Frank SIMON en maillot jaune à l’extrême droite accroupi participe souvent à des matchs de gala lors des grandes campagnes en tant que gardien de but. Il ne voyage jamais sans ses gants.

Entre les demi-finales de la CAN et la finale, un match de journalistes est organisé. Par chance, j’ai voyagé avec crampons, short et gants. La presse internationale emmenée par Sir Bobby Charlton, affronte la presse tunisienne au stade Chedly Zouiten, qui a abrité quelques rencontres du 1er tour. Parmi nos soutiens, Mamadou Keita « Capi », le sélectionneur des Aigles du Mali, demi-finalistes de l’épreuve et un ami fidèle, lui qui fut le gardien du Mali en finale de la CAN 1972.

Alors que nous menons 3-2, grâce à un but et deux passes décisives de Sir Bobby, l’arbitre (tunisien) accorde un penalty à la dernière minute à ses compatriotes, pour une pseudo faute que j’aurais commise… On termine donc sur un match nul qui satisfait les deux formations mais pas moi !

Parmi les petits bonheurs de cette CAN, il y eut aussi l’heure passée au milieu des supporters/musiciens du Nigeria, entre le match de classement et la finale, afin de les enregistrer. Toutes choses que je transmis ensuite à la BBC french service, l’une de mes autres piges régulières du moment, où je fis enfin connaissance avec mes potes Emmanuel Coste et Gérard Herens.

Je n’oublierai jamais ces deux semaines (26 mars-10 avril 1994) qui m’ont permis de découvrir l’une des plus belles sélections africaines de l’histoire de la CAN, celle du Nigeria logique vainqueur du tournoi. J’y ai fait connaissance avec Jay Jay Okocha, Sunday Oliseh, Pierre Aubame, le père de PEA et l’un de mes plus vieux amis dans le foot africain.

Mais ma plus grande émotion fut peut-être de côtoyer la Zambie nouvelle mouture, moins d’un an après le drame de Libreville qui décima l’intégralité des Chipolopolo… sauf Kalusha Bwalya. Comme la France offrit un stage à Clairefontaine à la Zambie durant l’été 1993, je connaissais déjà très bien les futurs finalistes de la CAN 1994. Nos retrouvailles sur le sol tunisien furent émouvantes, les joueurs n’ayant pas oublié ce journaliste français intrusif qui leur rendait visite plusieurs fois par semaine !

Huit mois après cette CAN, je revins avec plaisir (et nostalgie aussi) à Tunis. Cette fois pour la finale de la Coupe des clubs champions entre l’Espérance de Tunis et le Zamalek du Caire. Ce jour-là, le football africain et arabe découvrit un authentique talent, Hedi Ben Rekhissa, alias « Balha », qui décéda d’un arrêt cardiaque trois ans plus tard. Mais ceci est une autre histoire.

Frank Simon FRANCE FOOTBALL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code