« SOUVENIRS & INTRIGUES » : Salif DIALLO APS : CAN 2000, Des journalistes logés, nourris et blanchis.

(CHALLENGE SPORTS). Cette rubrique s’intéresse aux confrères et consœurs qui nous racontent leur première campagne sur le terrain. La CAN, le mondial, l’Afro-basket, Mondiaux d’Athlétisme ou Jeux Olympiques. “SOUVENIRS & INTRIGUES” raconte d’une manière captivante ce qui a attiré l’attention pendant une campagne sportive, un premier grand événement sportif. Les journalistes sportifs ont l’habitude de narrer les événements. Ici ils se racontent. “SOUVENIRS & INTRIGUES” rabiboche les émotions, le vécu, les difficultés, les réalités du terrain, bref les souvenirs et les intrigues. Balle à terre chers journaleux.

Salif Diallo posant ici avec son confrère Abdoulatif DIOP au Caire 2019. Il couvrait ici sa neuvième CAN.

En allant à la CAN 2000, le Sénégal était un véritable petit poucet du football africain qui cherchait à recoller à la locomotive du football continental.

Au Nigeria, l’équipe constituée par l’Allemand Peter Schnittger n’avait pas de quoi faire peur ou faire naître des espoirs insensés.

La plupart des suiveurs avaient fini de lâcher le football national après les déconvenues des éditions aux Coupes d’Afrique des nations en 1986, 1990 et 1992.

Et les péripéties des éliminatoires après un repêchage consécutif à la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de nommer le duo Nigeria-Ghana en remplacement du Zimbabwe, comme pays hôtes, avait fini de doucher certaines ardeurs.

D’ailleurs, les éliminatoires avaient commencé par un énorme couac sur les hauteurs de Bujumbura.

Une défaite 0-1 qui a coûté le poste à Amsatou Fall et mis au-devant, le technicien allemand qui était le DTN.

Dans cette sélection, les stars étaient les expatriés, Henri Camara (Suisse), Khalilou Fadiga (Belgique), Salif Keita (Belgique) et Pape Sarr (France).

Sur le plan local, Schnittger avait fait appel aux internationaux locaux de la Jeanne d’Arc, Pape Malick Diop, Pape Niokhor Fall, Assane Ndiaye finaliste de la Coupe de la CAF en 1999.

Avec comme leader technique Fadiga, cette escouade avait fini par faire trembler l’Afrique dans un quart de finale épique contre le Nigeria (finalement vainqueur 2-1 après prolongations).

Pour les footballeurs sénégalais, c’est une véritable leçon de vie et de football africain après avoir été obligés de faire face à un envahissement du terrain et à des décisions d’arbitrage tirées par le cheveu.

Et pour la plupart des jeunes reporters qui découvraient la CAN, le Nigeria, c’était le théâtre idéal pour apprendre le métier.

Auparavant, quel voyage compliqué de Dakar à Kano en passant par Lagos, la rebelle et dense où il a fallu passer la nuit dans un hôtel quelconque.

Dans une ville tentaculaire où l’odeur des mauvais combustibles vous prenait à la gorge, il est demandé d’ouvrir les yeux et de ne faire confiance à personne ou presque. 

Dans un premier temps, il fallait aller chercher des nairas, la monnaie locale pour faire le change afin de pouvoir régler soi-même son hôtel.

Après une nuit difficile, passage obligé à l’hôtel de la CAF pour pouvoir disposer des fameuses accréditations et direction un aéroport secondaire pour prendre un coucou sous forme d’avion en fin de journée direction, Kano, la ville de Baye Niasse au nord du pays.

Tout le monde a prié ce soir pour le Saint Homme de Kaolack dont les talibés ont mis les petits plats dans les grands pour réserver un accueil digne de chef d’Etat à la délégation de journalistes.

Bus, gyrophare de la police pour ouvrir la voie, rien n’était de trop pour ces hôtes qui n’y croyaient pas à leurs yeux.

Direction, une villa où tout était en place pour s’occuper des hôtes gratuitement.

Rien à payer, ni le logement, ni nourriture, tout a été donné grâce à un richissime talibé du Saint Homme de Kaolack qui s’appelle Izac Rabihou.

Sur le terrain, les Lions étaient aussi accompagnés, soutenus à tue-tête par les talibés qui se sentaient plus proches du Sénégal que de leur pays de naissance : tout cela par la Grâce de Baye Niasse.

Avec une victoire et une défaite, le Sénégal est allé jouer son dernier match de poule à Lagos contre la Zambie (2-2).

Là aussi, rebelote, les talibés sont là pour parer à toute éventualité et une villa est apprêtée pour recevoir les journalistes.

Après la Zambie, place est faite pour le match contre le Nigeria, le pays hôte qui s’est sorti du traquenard 2-1 après prolongations grâce au coup de pouce d’un arbitre zimbabwéen.

Le Sénégal avait failli notre fête, avait balancé le sourire aux lèvres un officiel de la CAF comme si les Lions n’étaient pas attendus.

Les Lions ont été éliminés mais l’esquisse d’un groupe a commencé à naître pour réussir une décennie presque parfaite de 2000 à 2008. 

SALIF DIALLO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code